Browsing Category "Débat d’Idée"
12 Fév
2018

A vos agendas : (1) Pour la défense du service public postal

Rendez vous le 22 février 2018 à 18h00 à l’AGORA Guy HERMIER

32,  rue Chateaubriand, 13007 Marseille

 

Conseil d’Arrondissement : Un pas de plus vers la création de la Place Louise Michel

J’ai mis en débat l’inauguration de la Place Louise Michel : La Mairie de secteur  me donne satisfaction ! Il en est pas de même sur le projet d’Hôtel 5 étoiles sur la Villa Valmer : Je suis seul  contre tous et le projet ! Enfin j’ai émis de grandes réserves sur l’extension du périmètre  de la Zone Touristique qui va aggraver la situation du commerce en centre ville.

Corderie : Cri du Cœur de Jacques Peronne

Bonjour Christian,

J’ai apprécié ton intervention lors du débat à l’Ordre des Architectes (franchement décevant) d’hier soir, en dépit du numéro habituel de Rudy Ricciotti.  La réunion ayant tourné court, je n’ai pas eu le temps de m’exprimer :

– Quelle responsabilite? (concernant les vestiges de la Corderie et globalement l’état de la ville) Elle est celle des Marseillais eux-même qui persistent à élire aux commandes des incompétents quand ils ne sont pas des affairistes! On tourne autour du pot (de chambre). Archéologie, Patrimoine, Architecture, experts, voire Ministre, sans compter les organes des pouvoirs nationaux, territoriaux, personne n’a répondu au devoir de désobéir aux instances locales en les contrant frontalement. Pour les vestiges, la mobilisation serait devenue nationale et le quartier aurait été sauvé, car le recul s’amorce quand les enjeux politiques grossissent. Seul digne,  le milieu associatif s’est battu. Vainement. L’état a reculé devant un projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes et on s’est couché devant celui d’un simple immeuble d’habitation sur un lieu reconnu d’une richesse exceptionnelle, à Marseille-Massilia. Read more >>

La CORDERIE refait surface à la Maison de l’ARCHITECTE à Marseille

Surprise !

L’ordre des Architectes a organisé une rencontre débat sur le dossier de La CORDERIE et la destruction d’une partie du Site Archéologique.

Le représentant de l’INRAP (Archéologie) est resté droit dans ses bottes et a défendu la position de la ministre qui a fait le choix d’un classement partiel du site archéologique pour permettre au Promoteur de réaliser son projet.

Les envolés de Rudy Ricciotti, architecte, intéressantes pour une large, ont en partie dédouané le principale coupable de ce gâchis en la personne du Maire de Marseille et des élus de sa majorité.

Trouble-fête, en tant qu’élu du secteur municipal concerné par ce dossier et plus largement en tant que membre de la commission urbanisme de la Métropole Aix-Marseille, j’ai rendu à César, Jean Claude Gaudin,  ce qui lui revient : le choix de vendre coût que cour l’espace Corderie à un promoteur pour poursuivre la gentrification de la Ville sans émotion devant le sacrifice des fouilles archéologiques.

(2) LES ÉTATS GÉNÉRAUX DU PROGRÈS SOCIAL : contribution

Assemblée générale de la section, 3 février 2018

 Texte de Bernard Lamizet

  1. Signification des États généraux

Les « états généraux » sont une figure de la politique française depuis 1789. Les états désignaient, dans l’Ancien régime les assemblées régionales appelées, en particulier, à prendre des décisions dans le domaine de la fiscalité. Réunis assez rarement (les dernies l’avaient été au début du XVIIème siècle), les « états généraux » rassemblaient des représentants de l’ensemble des régions. Ils avaient été convoqués par Louis XVI en 1789 pour prendre des décisions sur la fiscalité de l’ensemble du royaume, et l’on sait ce qu’ils sont devenus. Depuis, la figure des « états généraux » désigne les réunions de concertation et d’appréciation des situations. C’est ainsi qu’en 1981, des « états généraux de la recherche » avaient été réunis, dans les régions, à l’initiative de J.-P. Chevènement pour associer les chercheurs et la société civile à l’élaboration d’une politique de la recherche. Read more >>

Etats généraux du progrès social : De Marseille à ,Paris les communistes mobilisés

Pierre Laurent,
3 février 2018, seul le prononcé fait foi Il me revient de conclure ces États généraux du progrès social.
La journée a été riche, très utile, et elle nous ouvre à tous de nouvelles perspectives.
C’était son but.
Ces États généraux du progrès social sont une étape, une démarche, une méthode que nous allons poursuivre et améliorer tous ensemble en avançant.
Je tiens avant de poursuivre à remercier, en votre nom à tous, les municipalités et les militants qui ont accueilli ce matin les ateliers à Ivry, Malakoff, Saint-Denis, Paris et, évidemment pour cet après-midi, Montreuil et son Maire Patrice Bessac.
Ces États généraux reposent sur une conviction qui a été exprimée par vous toutes, par vous tous, au cours de la journée, une conviction forte : vivre dignement au 21è siècle,  c’est possible !
Et le monde du profit dans lequel nous vivons nous en empêche et c’est insupportable !
Quand on aligne la situation inhumaine dans les Ephad, l’asphyxie de l’hôpital public, le cri d’alarme des gardiens de prison ou celui de la Procureure du Tribunal de Bobigny, le sort réservé aux migrants, les constats accablants de la fondation Abbé Pierre sur les millions de mal logés, le scandale Lactalis, les émeutes dans les magasins pour acheter du Nutella ou des couches à prix cassés… et tant d’autres scandales, on se dit que notre société va dans le mur, que le capitalisme tue l’humain et que nous avons raison de clamer avec force l’humain d’abord !
Oui, la page de ce système doit se tourner et nos luttes portent l’exigence de cette
nouvelle humanité. Read more >>