Browsing Category "Developpement Durable"

Une pollution de l’air Alarmante pour notre santé ! Ne rajoutons pas 300 000 camions de plus sur nos routes !

RDV LE 1er DECEMBRE A 17H30 A MIRAMAS
Non à la fermeture du Triage SNCF de Miramas-Fos

(1) Glyphosate : Hulot évolue très vite sur le sujet ! L’interdiction définive attendra le prochain quinquennat.

Ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent. (Edgar Faure)

Le 15 octobre 2017 :

« La justice et l’Histoire nous rattraperont » : Hulot veut en finir avec le glyphosate.

« Le ministre de la Transition énergétique s’est montré ferme devant les 250 agriculteurs venus défendre le glyphosate, vendredi, sur les Champs-Élysées. Il juge cet herbicide dangereux. »

23 àctobre :

Glyphosate et néonicotinoïdes : Hulot se donne le quinquennat pour les interdire

(1) Gestion publique de l’eau : LA SLOVÉNIE INTERDIT LA PRIVATISATION DE L’EAU POTABLE

Une leçon politique à l’Est de l’Europe !

L’eau étant un bien commun, peut-on la confier à des intérêts privés ? La Slovénie a tranché… et la réponse est non ! Pour la première fois dans l’Histoire, un pays de l’Union européenne a inscrit le droit à l’eau potable dans sa constitution et en interdit formellement toute forme de privatisation. Lumière sur une décision qui, pour beaucoup, apparaîtra exemplaire.

Portée à l’origine par le mouvement associatif local, cette initiative a été votée hier par le parlement slovène (source : RTBF). : https://positivr.fr/slovenie-eau-constitution-privatisation/

Désormais, la constitution slovène garantit que, dans ce pays, l’eau ne pourra jamais devenir l’objet d’un business comme un autre. Extraits :

« L’approvisionnement en eau de la population est assurée par l’Etat via les collectivités locales, directement et de façon non-lucrative (…) Les ressources en eau sont un bien public géré par l’Etat. Elles sont destinées en premier lieu à assurer l’approvisionnement durable en eau potable de la population, et ne sont à ce titre pas une marchandise. »

(1)Le Havre accueil les Assises Nationale de l’économie de la Mer

Le Havre ([lə ˈɑːvʀ]) est une commune française du nord-ouest de la France, en Normandie (anc. Haute-Normandie)1,2,3 située sur la rive droite de l’estuaire de la SeineSon port est le deuxième de France après celui de Marseille pour le trafic total, et le premier port français pour les conteneurs. Read more >>

Climat, Atteintes à la planète : Le PCF relaie l’alerte des scientifiques

Il sera bientôt trop tard… » Ce sont les mots de 15 000 scientifiques de 184 pays, dont un millier de français. Ils lancent un nouvel appel à la mobilisation de l’opinion publique et des autorités publiques face à la dégradation de notre environnement… et donc de la survie de l’humanité. Toutes les préconisations qu’ils formulent méritent l’attention et doivent susciter des débats afin de déboucher sur l’action concrète, utile, individuelle, bien sûr, mais surtout collective au travers de politiques publiques audacieuses. Ils ont raison car depuis leur précédent appel en 1992, leurs études montrent l’aggravation de l’état de la planète, résultante de la pression exercée par l’activité humaine.

Read more >>

Le cri d’alarme de quinze mille scientifiques sur l’état de la planète « Le Monde » publie le manifeste signé par 15 364 scientifiques de 184 pays, à paraître lundi dans la revue « BioScience ».

A lire :

Tribune. Il y a vingt-cinq ans, en 1992, l’Union of Concerned Scientists et plus de 1 700 scientifiques indépendants, dont la majorité des lauréats de prix Nobel de sciences alors en vie, signaient le « World Scientists’Warning to Humanity ». Ces scientifiques exhortaient l’humanité à freinerla destruction de l’environnement et avertissaient : « Si nous voulons éviter de grandes misères humaines, il est indispensable d’opérer un changement profond dans notre gestion de la Terre et de la vie qu’elle recèle. » Dans leur manifeste, les signataires montraient que les êtres humains se trouvaient sur une trajectoire de collision avec le monde naturel. Ils faisaient part de leur inquiétude sur les dégâts actuels, imminents ou potentiels, causés à la planète Terre, parmi lesquels la diminution de la couche d’ozone, la raréfaction de l’eau douce, le dépérissement de la vie marine, les zones mortes des océans, la déforestation, la destruction de la biodiversité, le changement climatique et la croissance continue de la population humaine. Ils affirmaient qu’il fallait procéder d’urgence à des changements fondamentaux afin d’éviter les conséquences qu’aurait fatalement la poursuite de notre comportement actuel.

Les auteurs de la déclaration de 1992 craignaient que l’humanité ne pousse les écosystèmes au-delà de leurs capacités à entretenir le tissu de la vie. Ils soulignaient que nous nous rapprochions rapidement des limites de ce que la biosphère est capable de tolérer sans dommages graves et irréversibles. Les scientifiques signataires plaidaient pour une stabilisation de la population humaine, et expliquaient que le vaste nombre d’êtres humains – grossi de 2 milliards de personnes supplémentaires depuis 1992, soit une augmentation de 35 % – exerce sur la Terre des pressions susceptibles de réduire à néant les efforts déployés par ailleurs pour lui assurer un avenir durable. Ils plaidaient pour une diminution de nos émissions de gaz à effet de serre (GES), pour l’abandon progressif des combustibles fossiles, pour la réduction de la déforestation et pour l’inversion de la tendance à l’effondrement de la biodiversité. Read more >>

(1) Mobilité : La stratégie d’Oslo pour réduire, voire éliminer, les voitures

La stratégie d’Oslo pour réduire, voire éliminer, les voitures personnelles

La capitale norvégienne abandonne la notion de transport public pour se lancer dans la « mobilité comme service ». Objectif : supprimer la voiture.

Tramways et piétons dans une rue d’Oslo. METROCENTRIC – WIKIMEDIA – CC BY 2.0

Endre Angelvik est le vice-président chargé des services de mobilité de Ruter, l’autorité du transport public de la région d’Oslo, qui correspond à la capitale et représente 50 % des transports publics de la Norvège. Il explique sa stratégie pour faire de la mobilité un service sur lequel, comme l’électricité, « on compte sans y penser ».

Lire la suite : http://mobile.lemonde.fr/citynnovation/article/2017/11/03/la-strategie-d-oslo-pour-reduire-voire-eliminer-les-voitures-personnelles_5209915_4811669.html?xtref=https://www.google.fr/

Réchauffement climatique : un autre développement est possible !

Les Nations unies sonnent l’alerte sur les efforts très insuffisants des Etats pour contenir la hausse de la température planétaire. Après 2030, il sera trop tard.

La bataille du climat n’est pas encore perdue, mais elle est très mal engagée. A ce stade, il existe un « écart catastrophique » entre les engagements pris par les Etats pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et les efforts nécessaires pour respecter l’accord de Paris adopté lors de la COP21, en décembre 2015 – à savoir contenir la hausse de la température planétaire « nettement en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels », en essayant de la limiter à 1,5 °C. C’est la mise en garde qu’adresse l’ONU Environnement (ex-Programme des Nations unies pour l’environnement), dans un rapport publié mardi 31 octobre.