Browsing Category "Developpement Durable"

(9) Le Temps des alternatives au cœur de la XXIIIe université d’été du MNLE : (1) solution individuelle pour ne pas consommer de l’énergie, l’éventail !

Nul  besoin de clim en réunion : l’éventail

un geste sans effort et on a la fraîcheur

L’éventail est un objet utilisé pour induire un courant d’air dans le but de se rafraîchir ou d’attiser les braises d’un foyer.

Sous sa forme universelle, il est un écran rigide avec un manche. Le plus souvent, en France, l’éventail renvoie à un accessoire de mode de la forme d’un demi-disque dont la feuille est faite de matériaux légers (tissu, cuir, papier,…) plissés et montés sur des brins qui pivotent autour d’un axe (appelé « rivure »), permettant ainsi à l’objet de se fermer pour diminuer son encombrement et être transporté aisément.

L’usage des éventails est attesté dès l’Antiquité. Ils ont été et sont encore utilisés non seulement pour s’éventer, mais aussi comme vecteurs de messages, objets publicitaires ou de propagande politique, accessoires de mode, de danse ou de théâtre, etc.

Un autre dispositif portatif qui permet de se préserver de la chaleur uniquement rayonnée par le Soleil est l’ombrelle.

 

Les discours et les actes : « Cash Investigation » et le double discours des industriels sur le recyclage du plastique »

L’émission de ce soir montre comment les industriels préfèrent culpabiliser le consommateur, plutôt que remettre en question leurs modèles.

Le plastique, c’est increvable. C’est sa principale qualité mais pas son moindre défaut, on en produit 10 tonnes chaque seconde dans le monde et l’addiction que nous avons développée à son endroit depuis sa généralisation dans les années 1950 a des conséquences désastreuses tant pour l’environnement que pour notre santé.

« Pour traiter ce sujet très en vogue, le numéro de rentrée de « Cash Investigation » – intitulé « Plastique, la grande intox » et ce diffusé mardi 11 septembre à 21 heures sur France 2 – ne se limite pourtant pas à ce constat simpliste. Au-delà des images-chocs d’une nature défigurée partout dans le monde par les déchets de plastique, le reportage de Sandrine Rigaud s’attache surtout à démontrer avec quel génie les industriels ont opté pour une culpabilisation du consommateur, plutôt que pour une remise en question de leurs modèles économiques ultra-productivistes et hautement lucratifs. »

(4) Le Temps des alternatives au coeur de la XXIIIe université d’été du MNLE : Débat sur la gestion publique de l’eau

L’Eau agricole, potable, industrielle, urbaine 

Les différents modes de gestion ont été analysés et confrontés aux expériences de terrain des militants associatifs présents à l’université du MNLE.
La régie est le choix nécessaire mais pas suffisant : il faut impliquer les usagers de l’eau dans les décisions concernant la gestion de l’a source au robinet !
L’association fera une proposition de texte législatif quelle portera pour convaincre les parlementaires de le voter.

 

(3) Le Temps des alternatives au coeur de la XXIIIe université d’été du MNLE : Débat sur la notion de développement durable »

le MNLE a diffusé le rapport « Brundtland » en langue française. Nous avons élaboré notre démarche autour de « Produire et consommer autrement pour un autre développement soutenable, souhaité et solidaire ».

Le rapport Brundtland est le nom communément donné à une publication, officiellement intitulée Notre avenir à tous (Our Common Future), rédigée en 1987 par la Commission mondiale sur l’environnement et le développement de l’Organisation des Nations unies, présidée par la Norvégienne Gro Harlem Brundtland. Utilisé comme base au Sommet de la Terre de 1992, ce rapport utilise pour la première fois l’expression de « sustainable development  », traduit en français par « développement durable », et il lui donne une définition :

« Le développement durable est un mode de développement qui répond aux besoins des générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Deux concepts sont inhérents à cette notion : le concept de « besoins », et plus particulièrement des besoins essentiels des plus démunis, à qui il convient d’accorder la plus grande priorité, et l’idée des limitations que l’état de nos techniques et de notre organisation sociale impose sur la capacité de l’environnement à répondre aux besoins actuels et à venir »

(2) Le Temps des alternatives au coeur de la XXIIIe université d’été

un  pôle associatif de l’écologie sociale et solidaire
Le réseau constitué par l’association MNLE a pour ambition de donner un espace de visibilité à tous ceux et celles qui s’opposent au verdissement de l’économie marchande et souhaitent apporter des réponses alternatives pour sortir de l’ère des énergies fossiles afin de réduire les émissions de gaz à effets de serres pour Produire et Consommer Autrement.

Ce Pôle de L’Ecologie Sociale et Solidaire se donne également pour objectif de mobiliser toutes les énergies pour une autre société assise sur un mode de production et de consommation différent avec comme slogan « Pour un Autre développement ».