(2) Européennes : Ian Brossat (PCF) veut des «gilets jaunes» sur sa liste

« J’ai envie de faire de la place, sur notre liste aux européennes, aux gens qui se sont mobilisés ces derniers mois », a affirmé l’adjoint à la maire de Paris sur Sud Radio. L’élu communiste a évoqué « des contacts réguliers » entre son parti et les « gilets jaunes » sur le terrain. « Il faut qu’ils nous bousculent » et « que la politique s’inspire de ce qu’ils ont dit », estime Ian Brossat à propos des « gilets jaunes ». « Discréditée », la gauche doit « renouer » avec « ces ouvriers, ces employés qui font vivre le pays et qui ne sont pas respectés comme ils le devraient », analyse l’élu.

Le candidat a également appelé à un rassemblement de la gauche en vue des européennes. « Je continuerai à discuter avec Benoît Hamon (Générations), je continuerai à discuter avec France Insoumise, si elle souhaite discuter, ce qui pour l’instant n’est pas le cas », a précisé Ian Brossat. A gauche, les candidatures aux européennes se bousculent avec, outre celle du PCF, déjà quatre autres listes déclarées, celles de la France Insoumise, de Générations, d’Europe écologie les verts, et de Lutte ouvrière, sans compter la future liste du PS et/ou celle que pourrait conduire Ségolène Royal.

Déambulation Hivernale avant la reprise

L’eau  et le froid repeignent les murets et sculptent la roche.

Dans une montagne qui a pris ses habits d’hiver.

1 Jan
2019

2019 déambulation culturelle (1) : Jean-Michel Basquiat – Fondation Louis Vuitton- Exposition en cours – Du 3 octobre 2018 au 21 janvier 2019

« Je biffe les mots pour que vous les voyiez mieux. Le fait qu’ils sont à demi effacés vous donne envie de les lire. » Jean-Michel Basquiat

Jean-Michel Basquiat, peintre américain, naît à Brooklyn, New York, le 22 décembre 1960. .Sa mort a été aussi foudroyante que sa vie a été fulgurante : à 27 ans, Jean-Michel Basquiat nous laisse plus de 2000 peintures et dessins.
Sa mère portoricaine l’emmène régulièrement visiter le MOMA, Museum of Modern Art, et encourage les penchants de son fils pour l’art. Son père est d’origine haïtienne. En 1968, Basquiat est victime d’un accident de voiture, alors qu’il joue dans la rue. Pendant son hospitalisation, sa mère lui offre un manuel d’anatomie « Gray’s anatomy », qui aura par la suite une influence majeure sur son travail.
À la fin des années 70, Basquiat commence à bomber des graffitis sur les murs du centre de Manhattan en compagnie d’Al Diaz, sous le pseudonyme de « SAMO© », qui signifie « SAMe Old shit », littéralement la « même vieille merde ». Lorsque cette collaboration prend fin, Basquiat entreprend de vendre des collages sous forme de cartes postales photocopiées ainsi que des dessins et des T-shirts qu’il peint lui-même. Pendant quelque temps, il joue de la clarinette et du synthétiseur dans le groupe « Gray », qu’il a fondé avec Michael Holman, Shannon Dawson et Vincent Gallo. C’est de cette époque que datent ses liens avec les réalisateurs, les musiciens et les artistes qui fréquentent les boîtes de nuit à la mode de Manhattan Downtown, le Mudd Club, le Club 57, CBGB’s, Hurrah’s et Tier 3. Il devient ainsi l’ami de Patti Astor, de David Byrne, de Blondie, de Madonna, de John Lurie et de Diego Cortez. Basquiat se met également à peindre sur des objets quotidiens, tels que des réfrigérateurs, des portes et des fenêtres. Sans domicile fixe pendant une longue période, il lui arrive souvent de prendre pour support de ses créations le mobilier de ceux qui lui accordent l’hospitalité. Ces objets peints se retrouvent par la suite régulièrement dans la création de Basquiat. En 1980/1981, il joue le rôle principal dans le film Downtown 81 (qui ne sort qu’en 2000), interprétant pour l’essentiel son propre personnage sur la toile de fond réelle de la scène artistique et musicale de Downtown.

1 Jan
2019

1er de l’An : Le froid frappe à la porte / la chaleur humaine nous porte

Bonne et Heureuse Année 2019 ! Santé, Bonheur et solidarité.

Pour le progrès social et environnemental !

(2) Nouvelle de PARIS -Transports : la gratuité c’est possible sans démagogie, c’est un choix de société, un choix politique !

L’idée de gratuité avance : (extrait de BFMTV.COM)

« Dans un soucis d’équilibre entre social et écologie, Anne Hidalgo réfléchit à la possibilité d’installer la gratuité totale des transports en commun à Paris.
Si la maire de Paris n’a pas précisé quand ni comment, elle a clairement fait un pas vers la gratuité des transports en commun à Paris. Interviewée dans le Journal du Dimanche du 30 décembre 2018, Anne Hidalgo voit dans la gratuité des transports « une des solutions face à la crise qui traverse notre pays », à savoir une crise à la fois sociale et écologique. Read more >>