La démission de François de Rugy répond à une exigence en matière de morale politique mais le libéralisme vert reste aux commandes

Le ministre François de Rugy démissionne : c’est un moyen d’éviter, pour le Gouvernement,  une nouvelle crise politique après l’affaire « Alexandre Benalla », la démission de Nicolas Hulot, le départ du maire de Lyon,  Les frasque du ministre de l’intérieur, le mouvement des Gilets Jaunes…
Ce n’est pas un gouvernement mais un cirque médiatique permanent qui occulte la vision d’ensemble d’une très mauvaise politique. 
Ne nous faisons pas d’illusion, le départ d’un libéral  écologiste ne fera pas changer le cap au Président Emmanuel Macron et Edouard Philippe son premier ministre. Le  Greenwashing libéral a encore de beaux jours devant lui. 
 Le successeur au ministère de « la transition écologique et solidaire » sera de la même veine ! 
.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.