Browsing Category "Marseille"

Amies et Amis de la Commune (1871), Cap sur le 150e anniversaire avec comme objectif « une stèle en Hommage à Gaston Crémieux » dans le Jardin du Pharo

Les  membres de l’association nationale des Amies et Amis de la Commune (1871) inscrivent l’objectif d’une « stèle en Hommage à Gaston Crémieux » dans les engagements de l’association à l’occasion du 150e anniversaire de la Commune de Paris en 2021.

Pour mémoire : 

Gaston Crémieux, né Louis, Gaston, Isaac Crémieux, le 22 juin 1836Note 1 à Nîmes et mort le 30 novembre 1871 à Marseille, est un avocatjournaliste et écrivain français. Il est fusillé en raison de sa participation à la Commune de Marseille lors de la répression versaillaise.

Jeune militant radical, il s’illustre dans la défense des pauvres gens et fonde plusieurs associations d’entraide et d’éducation dans le cadre de la loge maçonnique Des amis choisis. En 1869, il soutient Gambetta à la députation. Parallèlement, il commence à publier quelques poèmes. Son évolution politique le conduit à se rapprocher des républicains les plus ardents. Il dirige avec Alphonse Esquiros et André Bastelica la ligue du Midi, jouant un rôle d’intermédiaire avec le gouvernement provisoire de Tours, où siège notamment le député homonyme Adolphe CrémieuxNote 2.

En 1871, il soutient Garibaldi, élu mais ne pouvant siéger, lors des premières journées parlementaires de 1871. Au mois de mars de la même année, il prend la tête de la seconde Commune de Marseille avec le journaliste Clovis Hugues et les futurs députés Émile Bouchet et Maurice Rouvier. Il s’y comporte de façon modérée, tentant de faire régner la clémence et le respect de la légalité. Cette insurrection se veut à la fois un soutien à la Commune de Paris et l’affirmation d’une volonté politique régionale indépendante de la capitale. Réprimée dans le sang par le général Henri Espivent de la Villesboisnet, l’insurrection dure quinze jours. Enfermé au fort Saint-Nicolas, puis à la prison Saint-Pierre, Gaston Crémieux est jugé en juin et condamné à mort par un tribunal militaire. La grâce lui est refusée par la commission des grâces. Pendant ces trois mois de prison, il écrit une pièce de théâtre consacrée à la mémoire de Maximilien de Robespierre, quelques poèmes et des récits de prison, qu’il fait remettre à son épouse par le rabbin de Marseille. Gaston Crémieux est fusillé dans les jardins du Pharo le 30 novembre suivant.

Il meurt à trente-cinq ans en ordonnant lui-même son exécution, et en criant « Vive la République ! ». Célébré par Victor HugoLouise Michel2 et Jean Jaurès3, son souvenir demeure vivace4.

Amis de la Commune (1871) de PARIS : Premier Parcours Communard à Marseille

Echange dans la Mairie du premier Secteur sur la canebière

Echange dans la Mairie du premier Secteur sur la canebière

La mairie du premier secteur a été le point de départ de ce premier parcours Communard qui passe par l’Hôtel DUC et le square Louise Michel

Square Louise Michel

Square Louise Michel

sur le square un long échange a eu lieu avec Ali Timizar  commerçant du quartier Belsunce qui depuis 2008 a porté avec nous le projet de création de ce lieu emblématique !

Arrivée gare St Charles de la délégation des Amies et Amis de la Commune de Paris (1871)

Arrivée gare St Charles de la délégation des Amies et Amis de la Commune de Paris (1871)

Chants et prises de paroles ont résonné dans tout le quartier au rythme de notre déambulation.

 

la Plaine (Marseille), Massacre à la tronçonneuse : Autoritarisme et fausse concertation au cœur de la stratégie municipale de Gaudin

La dispersion des forces de Gauche, une dose de démagogie : les bonimenteurs ont eu raison de l’électorat.

La victoire des Républicains n’était pas inéluctable !

La gentrification en marche vise à changer la population pour renforcer leur emprise sur la ville.

Place Jean Jaurès, dépassons l’émotion pour construire avec raison le rêve d’une ville plus solidaire.