Browsing Category "Mairie du premier secteur"

Mobilisation citoyenne à l’Agora Guy Hermier (7e) pour participer à l’enquête publique sur le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI)

Après la nouvelle séance de travail au siège des élus Communistes de Marseille, ce mercredi matin, Cours Jean Ballard, nous avons présenté à la presse nos réflexions sur le document du PLUI soumis à l’enquête publique : conf presse 20 02 2019 PLUI  

On a fini la journée à l’Agora Guy Hermier, rue Chateaubriand, autour des planches du 7e arrondissement.

La discussion déborde sur l’absence de lieux culturelles et d’équipements publics au niveau du 1er Secteur.

Il est proposé d’engager un travail sur la réouverture du musée de « la Marine » dans les locaux du Palais de la Bourse sur la Canebière.

Nous proposons de signer la pétition en ligne mais également d’engager une campagne pour sauver le musée de la marine et de l’inscrire dans le projet de musée multipolaire de la mer que nous portons depuis deux ans à partir des différents sites  de l’Estaque à la Pointe Rouge en (ref « livre Rêver Marseille, pour un autre développement » de Christian Pellicani aux éditions  Gaussen)

 Nous soutenons la pétition.

 

(4) Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI) : Nouvelle réunion de travail mercredi 13 février au 8, Cours jean Ballard

Après plusieurs réunions, d’échanges et la rencontre le 7 février 2019 avec le commissaire enquêteur nous allons passer à la rédaction de nos remarques et proposition pour le Plan Local d’urbanisme intercommunal (PLUI).

En France, le plan local d’urbanisme (PLU), ou le plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI), est le principal document de planification de l’urbanisme au niveau communal (PLU) ou intercommunal (PLUI). Il remplace le plan d’occupation des sols (POS) depuis la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains du 13 décembre 2000, dite « loi SRU »1.

Le PLU est régi par les dispositions du code de l’urbanisme, essentiellement le titre V du livre Ier.

La loi d’engagement national pour l’environnement ou « Grenelle II », du 12 juillet 2010, a modifié plusieurs aspects du PLU : prise en compte de la trame verte et bleue, orientations d’aménagement et de programmation, PLH (programme local de l’habitat) voire PDU (plan de déplacement urbain) intégré dans celles-ci… De plus, lorsque l’EPCI (Établissement public de coopération intercommunale) a la compétence intercommunale, le périmètre du PLU est celui de l’intégralité de l’EPCI (on parle alors de « PLUI »).

Les petites communes se dotent parfois quant à elles d’une carte communale. Cependant une commune de petite taille mais soumise à une forte pression foncière (commune littorale par exemple) ou à de forts enjeux paysagers ou architecturaux (commune appartenant à un Parc naturel régional par exemple) peut avoir intérêt à se doter d’un PLU. Read more >>

Solidarité Noailles – « Tous Enfants de Marseille »: Succès de l’initiative aux Docks des Suds

Rencontres et débats dans de nombreux stands. on à retrouvé notre immeuble dessiné par un artiste : Un moment d’émotion pour Thierry qui a rouvert la Galerie de l’Atelier des Arts fin janvier 2019.

 

Participer à l’enquête publique Plan Local d’Urbanisme intercommunal (PLUi) du territoire Marseille Provence & Périmètres Délimités des Abords des Monuments Historiques

Rappel : Tous les mercredis matin de février de 9h30 à 12h30 rendez-vous au 8, Cours Jean Ballard, 13001 Marseille (2eme étage) pour travailler le dossier de l’enquête Publique sur le PLUI. Le groupe des élus Communistes membres du Front de Gauche apportent versent aux débats leurs analyse et proposions. Jean marc Coppola propose la tenu d’un point presse le mercredi 13 février 2019.

Plan de la cartographie des planches du PLUI

Plan de la cartographie des planches du PLUI

La réunion de ce matin nous a permis d’aborder les questions liées à la procédure et les modalités d’interventions des citoyens.

La version papier des planches du PLUI ainsi que la copie du règlement nous ont permis de mieux appréhender le sujet et de commencer à travailler certaines questions : Le logement social, les équipements publics, l’inventaire du patrimoine public par arrondissement. Le représentant d’un centre ville pour tous  a fait le point sur les réflexions de son association.

Prochain Rendez-vous le mercredi 13 février de 9h30 à 12h30.

Lien pour consulter les documents en ligne : https://www.registre-numerique.fr/plui-pda-marseille-provence/documents

 

 

 

 

Après le succès de la Grande Marche pour le logement et le droit à la ville de samedi 2 février, le rassemblement de ce lundi matin devant le conseil municipal de Marseille  a été massif  pour y défendre 2 positions majeures

Devant le conseil municipal ce lundi 4 février avec les associations et les organisations syndicales

Devant le conseil municipal ce lundi 4 février avec les associations et les organisations syndicales

1. Contre l’alliance des élus de la république et des intérêts privés, portons la Marseille vivante et populaire qui peut gagner !

Depuis des mois, les membres du collectif « Marseille contre les PPP » se mobilisent pour dénoncer le projet de brader nos écoles à des opérateurs privés. Leur lutte prend aujourd’hui un nouveau tournant puisqu’il est désormais envisageable que, grâce à leur action judiciaire, ce projet soit annulé. En effet, la rapporteur publique du tribunal administratif a considéré que le milliard d’euro prévu pour financer la confiscation des écoles de notre ville par des promoteurs privés est une dépense considérable et non convaincante. Les arguments du collectif et des plus de 10 000 signataires de la pétition en ligne ont donc été entendus et le projet de cession des services publics aux intérêts privés mis à nu.

Cette semaine, une autre démonstration de la force des actions collectives a été apportée : les habitants de Maison Blanche ont obtenu le rachat et la rénovation des bâtiments scolaires. Cette mobilisation exemplaire couronnée de succès doit nous encourager à poursuivre notre engagement à l’échelle de la ville et autour du « Manifeste pour une Marseille vivante et populaire ».

Ces premières avancées doivent en appeler d’autres et mobiliser l’ensemble des citoyens préoccupés par le droit à la ville et la situation catastrophique de nos écoles que nous connaissons bien autour de Noailles.

2. Contre la fuite en responsabilité des pouvoirs publics

Ce conseil municipal sera l’occasion d’une délibération annoncée tardivement : elle vise au transfert des compétences de police municipale et de relogement de la Ville vers la Métropole.

Il s’agit d’un nouveau mépris affiché à la barbe des associations et collectifs qui négocient avec la Ville depuis des semaines pour l’avenir de Noailles et la Charte de relogement des personnes délogées de tout Marseille. Qu’adviendra-t-il de ces semaines de négociations alors que l’interlocuteur change soudainement ?

Comment admettre que cette délégation se fasse en catimini, derrière le dos des associations et collectifs qui pourtant répondent systématiquement présents en réunion ? Depuis combien de temps les élus savaient que ce transfert aurait lieu et font semblant de négocier avec nous ?

La Métropole, prochainement compétente, n’a toujours pas souhaité répondre à nos propositions, se révélant tout autant méprisante. Rappelons les propos de Mme Vassal qui nous réduisait à une « douzaine d’activistes » le 9 janvier lorsque nous lui demandions des réponses sur la situation des délogés.

L’incompétence de la Mairie en matière de traitement de l’habitat indigne lors des dernières décennies n’est plus à démontrer. Par cette proposition  , elle trahit son incompétence en matière de gestion de la crise. Gestion qu’elle partage sur beaucoup d’aspects – rappelons-le – avec l’Etat.

Pour finir et pour information, le 5 février, deux nouveaux immeubles rue de La Palud seront détruits à Noailles. Conséquence directe de leur abandon par les propriétaires et du mépris politique pour notre quartier, des dizaines d’habitants sont évacués à la va-vite et un nouveau vide va se créer dans notre quartier sans qu’aucune solution ne soit prévue. L’un de ces immeubles a été proposé aux enchères il y a deux mois. Il s’agit encore une fois d’une preuve que le laisser-faire organisé par la mairie pour les seuls intérêts du privé est non seulement indigne et méprisant, mais aussi qu’il ne fonctionne pas et produit la crise sociale et politique que nous connaissons actuellement.

Au moins deux nouveaux immeubles dans le centre sont destinés à la destruction (Marsactu, 31/01/19) : un immeuble de quatre étages totalement vide situé au 52 de la rue du Petit-Saint-Jean à Belsunce, et le second au 3 boulevard Féraud à Saint- Mauront. Ces deux immeubles sont la propriété de la Ville de Marseille qui a passé une convention avec la Soleam, société publique locale notamment en charge du projet grand centre-ville.

Nous appelons donc l’ensemble de la ville à venir défendre nos écoles, à se solidariser avec les délogés, à porter ensemble une Marseille vivante et populaire face à ces élus décidément aussi indignes que les logements qu’ils laissent périr.

Read more >>

Succès de la Mobilisation de ce samedi 2 février 2019 « pour le logement et le droit à la ville » le « soutien au délogé.es et futur.es » pour obtenir vérité et justice pour le victimes de Noailles