Browsing Category "Humeurs"

Conseil du Territoire Marseille Provence : intervention de Christian PELLICANI, membre du Groupe “Métropole à Gauche”

DÉCLARATION  au Conseil du Territoire

 TRAGEDIE de la RUE D’AUBAGNE

Après le temps d’émotion, de solidarité et de recueillement que nous devons aux victimes, à leurs proches et aux habitants de la rue d’Aubagne, nous soutenons l’urgence d’une enquête approfondie pour établir la chaine des responsabilités dans ce drame : celles du privé, propriétaires-bailleurs, syndics, assurances ; celles des autorités publiques, Ville de Marseille – Métropole, Marseille-Habitat, SOLEAM, services de l’Etat. Car, pour que ne se reproduise plus jamais un tel drame, il faut agir sur toutes les causes.

De ce point de vue, il est surprenant que le Ministre de l’Intérieur demande un audit sur le logement dégradé à Marseille, alors que les préfets successifs ont par deux fois rédigé un porté à connaissance complet sur le logement, les urgences, les besoins, dans le cadre du Programme Local de l’Habitat adopté par une majorité de la communauté urbaine en 2006, puis 2012.

Que disaient-ils ? Ils faisaient état d’un territoire se caractérisant par une déconnexion croissante entre les marchés immobiliers et les revenus des ménages ; d’un parc privé – y compris insalubre – remplissant une fonction sociale de fait très importante ; d’un taux moyen de logements sociaux (environ 18%) sans rapport avec la demande croissante d’une population éligible à 75% à l’accès au logement social.

Tout est déjà dit. Et en particulier le fait que des dizaines de milliers de personnes n’habiteraient pas en situation d’insalubrité et de danger potentiel, si l’offre de logements locatifs sociaux était suffisante et convenablement répartie sur tous les arrondissements de Marseille. Ce n’est absolument pas le cas et ce n’est pas ce que vise la majorité municipale et métropolitaine de Jean-Claude GAUDIN.

C’est donc tout le Programme Local de l’Habitat qu’il faut refonder. Read more >>

12 Nov
2018

Drame de la rue D’Aubagne

Communiqué de l’Atelier des ARTS

85, rue d’Aubagne, 13001 Marseille

 

Chers amis partenaires de la Galerie de l’Atelier des Arts,

La rue d’Aubagne, à Marseille, a été frappée par un terrible événement qui a entraîné la mort de plusieurs personnes dans l’effondrement de deux immeubles au départ suivi de la démolition de deux autres pour des raisons de sécurité.

La rue d’Aubagne est interdite de circulation ainsi que le cours Lieutaud en grande partie.

L’atelier des Arts partie prenante de ce drame, même si la Galerie et l’Atelier ne sont pas touchés directement, a pris la décision en accord avec les éditions Gaussen, Marseille Culture Artisanat (MCA) et les artistes partenaires de la Galerie de reporter l’ensemble des expositions et soirées littéraires du mois de novembre à une date ultérieure (notamment celles du 14 novembre et les jours suivants).

Nous présentons nos condoléances aux familles des victimes.

Les dirigeants de l’Atelier des Arts sont solidaires et partenaires de toutes les initiatives prises par les habitants et les commerçants en matière de solidarité et de défense des habitants du quartier Noailles.

 l’Atelier des Arts

                                                                                  

Nouvelle-Calédonie : Après le référendum, la France doit pleinement s’engager

Le référendum concernant l’accession à la pleine souveraineté et à l’indépendance s’est tenu le dimanche 4 novembre  en Nouvelle-Calédonie.
Si c’est sans conteste le NON qui l’a emporté, le PCF estime que le statu-quo institutionnel ne saurait être de mise. Il convient en effet de poursuivre et d’amplifier le processus d’autonomie et de responsabilité engagé afin de favoriser le développement endogène pour faire face au « tout transfert de marchandises » – un véritable couloir de consommation – entre la métropole et la Nouvelle-Calédonie.
Cela implique une politique de substitution à cette dépendance dans la production agricole et industrielle, des outils financiers impliquant l’épargne locale et les fonds publics, y compris européens.
Cela implique aussi la possibilité de nouer des accords commerciaux et d’échanges et des coopérations régionales. Il faut aussi travailler à la transmission de l’histoire et à la préservation de l’identité des populations pour extirper les relents colonialistes et les discriminations raciales qui perdurent.

Cette reconnaissance de l’ensemble des valeurs culturelles et de la place des populations Kanak est un des éléments de la prise en main de son destin par le peuple lui-même.
A l’issue de ce scrutin historique pour ce territoire, la responsabilité de la France est donc pleinement engagée.

5 Nov
2018

(1) Rue d’Aubagne , une journée en enfer !

Présent sur place dès le matin, j’ai vraiment pris la mesure du désastre en rencontrant les habitants toute l’après-midi.

Cette catastrophe n’est pas programmable ni prémédité mais elle est une conséquence direct d’une mauvaise politique urbaine qui privilégie la spéculation à la rénovation du patrimoine public pour produire du  logement social et des équipements publics.

On n’a pas encore la mesure exact de l’étendu de la catastrophe : au plan humain le pire est peut-être devant nous et socialement la vie de nombreux résidents et commerçant est lourdement fragilisée.

La politique de gentrification de la majorité municipale engendre des dégâts collatéraux !

Après une journée éprouvante j’ai regardé un citronnier phénoménal et sauvage pour reprendre du moral et des forces.

Le combat pour autre développement est devant nous !

1 Nov
2018

(6) La Plaine : Quelles suites ?

Les élus communistes et les militants se mobilisent de nouveau !

Jacques Kupelian et Christian Pellicani  au cours julien ace Catherine Hermann

Jacques Kupelian et Christian Pellicani au cours julien avec Catherine Hermann

 

(1) Climat : Changement ?

La journée d’hier a été marquée par une forte activité orageuse, la plus forte de l’année en cours : 33 841 impacts de foudre au sol hier (carte), c’est la deuxième journée la plus orageuse en mai depuis 2000 derrière le 28/05/2016 (38 825 impacts au sol).

 

29 Oct
2018

La gestion libérale de la ville à besoin de murs pour cacher sa nature

Ce mur en construction ne se trouve pas sur la frontière avec le Mexique, entre la Palestine et Israël, dans le sud Marocain pour isoler les sahraoui mais sur la place jean Jaurès à Marseille.

Incapable de construire un projet urbain avec les habitants  le président de la SOLEAM cache son ego derrière un mur !