Browsing Category "Europe"
4 Août
2018

cette semaine , vu sur les Champs Élysée de Lisbonne : la campagne pour les 35H

 Les Champs Élysée de Lisbonne, l’avenue de la libertade est comparée aux champs Elysées de Paris.

La campagne du Parti Communiste Portugais pour les 35H s’Affiche dans toute la capitale Portugaise.

 

Accueil des migrants : Honte à l’état et aux collectivités locales qui laissent les personnes sans moyens d’hygiène

Lundi 30 juillet, visite du quartier Colbert :

Halle Puget (crédit photo Marius Rivière)

Halle Puget (crédit photo Marius Rivière)

Place de la Halle Puget, rue des Pénitents Bleus, la communauté européenne finance un lieu d’accueil pour les demandeurs d’asiles.

La mission est mise en œuvre avec une absence totale d’humanité pour le public ciblé mais également pour accompagner la cohabitation avec les

 Rue des pénitents bleus (crédit Photo Marius rivière)

Rue des pénitents bleus (crédit Photo Marius rivière)

habitants du quartier qui pour beaucoup sont dans un grand dénuement.

Plus généralement le quartier compris entre les rues Colbert et de la rue St barbe est laissé à l’abandon alors que les commerçants et habitants essaient de vivre normalement et font des efforts pour leur quartier.

Je propose, en tant qu’élu de ces arrondissements, une autre rencontre le 6 août à 17h30 pour mettre en place un collectif de travail et d’action pour le quartier

17 Juin
2018

(1) Européennes juin 2019 : S’opposer aux politiques antisociales « une plate-forme commune et la construction d’une liste large » des forces de Gauche sans le PS

Pierre Laurent, secrétaire général du PCF, et Ian Brossat, maire-adjoint PCF de Paris, récemment désigné  chef de file de la liste du PCF  pour les Européennes, ont écrit jeudi aux organisations de gauche, hors PS, pour leur proposer « une plate-forme commune et la construction d’une liste large en vue » de ces élections.

Dans cette lettre, dont une copie a été transmise à l’AFP, le PCF s’affirme déterminé « à porter un projet alternatif de progrès pour l’Europe ». Les élections européennes auront lieu en juin 2019.

  • « Pour réussir une telle démarche, une telle liste, nous avons besoin d’unir nos forces », affirment-ils aux destinataires de leur lettre, EELV, Ensemble, LFI, GDS, Générations, Nouvelle Donne, NPA, PCOF, PG, République et Socialisme.
  • « Les communistes pensent souhaitable de construire une liste large capable de porter des exigences précises de transformation de la construction européenne, capable de porter avec efficacité jusqu’au niveau européen les luttes sociales et écologiques menées en France, capable de contribuer à constituer au Parlement européen un groupe uni et confédéral de toutes les forces de gauche et écologistes, clairement opposées aux logiques actuelles ».
3 Juin
2018

Ian Brossat mènera la liste communiste aux Européennes

L’adjoint d’Anne Hidalgo à la mairie de Paris a été désigné lors du Conseil national du Parti communiste français.

Secrétaire national du Parti communiste français, Pierre Laurent nous annonce que Ian Brossat conduira la liste communiste aux élections européennes. A 38 ans, l’élu du XVIIIe arrondissement de la capitale, adjoint (chargé de Logement) de la maire Anne Hidalgo (PS), a été désigné lors du Conseil national.

Cette désignation comme « chef de file » pour les européennes a fait l’objet d’une résolution votée dimanche par le Conseil national du Parti communiste français, a précisé M. Brossat.

« Nous entrons désormais en campagne. Mais nous ne nous faisons pas à l’idée que la gauche parte à cette élection aussi éparpillée et nous sommes donc disposés à continuer les discussions avec nos alliés potentiels », a déclaré à l’AFP Ian Brossat, qui devrait quitter son poste d’adjoint à la mairie de Paris s’il est élu député européen.

Pour en finir avec l’Europe néolibérale : le 9 mai 2018 à 18h00 au siège de Solidaire 29, Bd Longchamp – Marseille 13001

Après la rencontre organisée par la section du PCF d’Arles le 3 mai 2018, cette nouvelle rencontre augure d’un espace de rassemblement et de convergence possible  pour construire un rapport de force alternatif au niveau Européen.

dans le cadre du congrès du PCF la réflexion est engagée :

 » Elections Européennes 2019

 Les prochaines élections européennes auront lieu au printemps 2019, dans un contexte de profonde crise en Europe et de recomposition politique en France. Les enjeux sont grands. Ce chantier de congrès se distingue par ses objectifs et son agenda : nous devrons, par un travail collectif, proposer un projet d’offre politique électorale du PCF au Conseil national des 30 et 31 mars, puis engager la campagne. Il s’agit d’être opérationnels et efficaces dès le printemps 2018.

Plusieurs groupes de questions se posent à nous aujourd’hui : Read more >>

EN CAMPAGNE : En Europe, l’humain d’abord, pas la finance !

Les élections européennes auront lieu le dimanche 26 mai 2019 en France. Les Français·e·s devront décider qui seront les 79 eurodéputé·e·s, en métropole et outre-mer, qui les représenteront au Parlement européen. Ces élections se dérouleront dans une Europe en crise économique, sociale, écologique, politique et civilisationnelle. Le PCF s’engage à offrir à notre peuple le choix de l’humain d’abord, du progrès social et écologique, celui du changement en France et en Europe, au service des intérêts populaires.

Depuis les premiers pas de la construction européenne jusqu’aujourd’hui, en passant par Maastricht, l’Acte unique ou le Non au référendum de 2005, les communistes se sont toujours opposé·e·s à la mainmise des intérêts du capital sur la construction européenne, rendue possible par les dirigeants politiques libéraux. Nous alertions alors sur les risques de la crise économique, sociale, écologique, politique et même civilisationnelle vers laquelle cette conception nous menait. Read more >>

7 Mar
2018

Essai : REGARD SUR LES ÉLECTIONS EN ITALIE, par Bernard Lamizet

Assemblée générale de la section de Marseille (7ème)

 Les élections législatives qui viennent de se dérouler en Italie ont désigné un Parlement dominé par le mouvement « Cinq étoiles », fondé par B. Grillo et aujourd’hui dirigé par L. Di Maio. Il peut être intéressant de se pencher sur les résultats de ces élections, à la fois parce que l’Italie est proche de nous et parce que ces résultats peuvent donner des indications utiles sur la situation politique de la France.

 Succès des partis « anti-système »

Les partis qui ont remporté ces élections sont les partis que l’on appelle les partis « anti-système », et, d’abord, le Mouvement Cinq Étoiles, qui remporte 228 sièges sur 630 à la Chambre des Députés et 114 sièges sur 315 au Sénat apparaît comme le grand vainqueur de ces élections même s’il n’a pas la possibilité de gouverner seul et s’il va lui falloir former une « coalition » – sur le modèle de ce qui se fait en Allemagne. Ce mouvement avait été fondé en 2009 par un humoriste, Beppe Grillo, dans une logique de dénonciation des erreurs et des impasses des partis traditionnels et dans une perspective populiste, qui n’était pas celle du pouvoir. Quant à la Ligue, issue de la Ligue du Nord, elle obtient 124 sièges sur 630 à la Chambre des députés et 57 sièges sur 315 au Sénat. Il s’agit d’un parti qui avait été fondé par U. Bossi sous le nom de « Ligue du Nord », pour manifester une opposition aux régions du Sud de l’Italie, moins industrialisées que le Nord, dans la perspective d’une critique des logiques constitutives de l’État en Italie.

Les partis populistes ont ainsi remporté les élections, qui manifestent une forme de rejet des partis traditionnels. Ce rejet peut s’expliquer de trois façons. D’une part, il s’agit d’une forme de rejet des identités et des engagements politiques classiques qui se voient reprocher leur incapacité globale à juguler la crise économique qui frappe l’Italie. À cet égard, le rejet des partis classiques exprime la recherche de nouvelles figures et de nouvelles identités politiques. Par ailleurs, on peut comprendre ce rejet populiste des partis classiques comme un rejet des politiques de coalition. C’est toute l’ambiguïté des engagements des partis classiques qui est, sans doute, ainsi, rejetée par les électeurs italiens, un peu sur le modèle de l’opposition sur laquelle avait, en partie, reposé la montée du Front national en France : la montée de J.-M. Le Pen au second tour de l’élection présidentielle de 2002 avait cette signification du rejet de ce qui pouvait semblé une coopération entre la gauche et la droite dans le gouvernement formé par L. Jospin sous la présidence de J. Chirac. Enfin, ce rejet du Parti démocrate et du parti de S. Belusconi, « Forza Italia », a peut-être la signification d’un rejet des formes et des pratiques politiques classiques et de la recherche d’une façon différente de faire de la politique. C’est bien la sur recherche de nouvelles identités et de nouveaux engagements que s’est fondée la montée du mouvement de B. Grillo, même s’il est, aujourd’hui, dirigé par une personnalité comme celle de L. Di Maio, sans doute plus proche des modèles conventionnels de la politique. L’échec des politiques précédentes contre le chômage, en particulier, peut expliquer que la jeunesse se soit en partie tournée vers les « Cinq Étoiles ».

  1. L’échec du Parti démocrate

Le Parti démocrate de M. Renzi a subi un échec considérable. Après cinq ans de pouvoir le Parti démocrate est dans l’incapacité de recueillir l’adhésion populaire. Cet échec peut se lire sur quatre plans. D’abord, il s’agit de l’échec de la mutation du parti qui fut le Parti communiste italien, un parti encore plus fort en Italie que le P.C.F. en France au lendemain de la deuxième guerre mondiale, qui avait pourtant tout pour gagner et pour s’imposer comme une force politique majeure de gauche, notamment par la relecture critique des engagements communistes. Sans doute est-ce, au moins, en partie, la transformation de ce parti qui alla jusqu’à abandonner le communisme dans son nom pour choisir, en 1991, un nom proche de celui des Démocrates aux Etats-Unis qui a été sanctionnée par les électeurs. Par ailleurs, le rejet du projet politique de M. Renzi, une forme de rejet de la social-démocratie réformiste, rejoint, en Italie, le rejet du S.P.D. en Allemagne : dans ces deux pays, c’est la social-démocratie qui ne trouve pas d’adhésion populaire. En ce sens, il importe de faire le lien avec le rejet de L. Jospin en 2002, qui fut, lui aussi, le rejet du projet social-démocrate en France. Une troisième façon de lire l’échec du Parti démocrate en Italie est la question de l’Union européenne : sans doute ce qui s’exprime dans l’adhésion aux partis « anti-système » et dans le rejet du Parti démocrate est-il le rejet des partis qui, comme le P.S. en France, se sont engagés dans une adhésion excessive à l’Union européenne, à son projet politique, à son mode de gouvernance et au risque de l’effacement des cultures et des identités nationales qu’implique l’européanisation. Enfin, l’échec du Parti démocrate, en Italie, a une autre signification : celle du rejet des acteurs et des personnalités politiques qui dominent la scène politique et l’actualité de ce pays : c’est toute un discours, tout une conception de l’image des acteurs politiques, qui font ainsi l’objet d’un rejet de la part des électeurs, ce qui devrait engager, justement, la politique italienne à imaginer de nouvelles formes de discours et de représentations.

  1. Autres significations politiques du résultat des élections en Italie

 On peut analyser sur d’autres plans le résultat des élections en Italie.

 Il s’agit, d’abord, du rejet des partis et des clivages traditionnels de la politique italienne, en particulier des logiques dominant, aujourd’hui, le clivage entre la gauche et la droite, ce qui fait dire à un chercheur italien que le champ politique italien se structure désormais selon d’autres clivages. La critique de l’opposition, classique en politique, entre la gauche et la droite revêt trois significations qu’il peut être intéressant de relire aujourd’hui, à la lumière du résultat des élections législatives italiennes. D’abord, il s’agit d’un rejet du principe même de l’opposition comme fondateur de la vie politique : en rejetant le clivage entre la gauche et la droite, la droite a toujours cherché à se poser une identité politique dominante, au-delà des clivages et des oppositions. Par ailleurs, il s’agit, et c’est sans doute le sens qu’il convient de donner au changement d’appellation du P.C.I. devenant le Parti démocrate, du rejet du passé du communisme. Au lieu de s’engager dans une lecture critique de l’histoire du mouvement communiste et de chercher à expliquer la confusion qui a pu s’établir entre les logiques d’État et l’engagement communiste notamment dans les « pays de l’Est » en Europe ou dans les pays comme la Chine, l’opinion – y compris l’opinion de gauche – a rejeté globalement l’engagement communiste. Enfin, le rejet du Parti démocrate manifeste, aujourd’hui, en Italie, le rejet, y compris de la part de la gauche, d’une forme d’ambiguïté ou d’affaiblissement dans l’engagement politique de ce parti qui a fini par se couper des classes populaires en s’engageant dans un projet réformiste d’accord avec les partis traditionnels.

Il s’agit, par ailleurs, d’une recomposition géographique de la politique italienne et d’une nouvelle logique de l’opposition entre le Nord et le Sud. Cela peut notamment se comprendre par le succès rencontré par l’ancienne « Ligue du Nord » devenue « la Ligue », y compris dans les régions du Sud de l’Italie. Sans doute le résultat de ces élections peut-il aussi se comprendre comme une tension de l’espace politique italien entre le Nord, plus riche et plus industrialisé, et le Sud victime des mutations de la vie économique internationale. Il s’agit, en quelque sorte, de ce qu’Elena Musiani appelle[1] « l’éclipse d’une nation ». C’est finalement l’échec de l’unification de l’Italie qui est marqué par le résultat de ces élections, en raison de son incapacité à assurer un développement économique égal à toutes les régions de l’Italie et à mettre fin aux inégalités sociales dominant ce pays. 

  1. Le rejet de l’Europe

Le résultat de ces élections peut aussi se lire comme la manifestation d’un rejet de l’Union européenne et de l’engagement européen des partis traditionnels italiens. Si l’Italie fut l’un des pays fondateurs de ce qui allait devenir l’Union européenne, avec la France, l’Allemagne, et le Benelux, c’est justement cette adhésion au projet d’une politique commune de l’énergie (C.E.C.A. en 1951 et Euratom en 1957) et d’un « marché commun » (Traité de Rome en 1957) qui fait l’objet d’un rejet exprimé par le résultat des élections italiennes. En effet, l’institution de l’Union européenne n’a permis de répondre à aucune des crises de l’économique qu’ont connues les pays qui en sont membres, en particulier le chômage, elle n’a pas permis à la politique de retrouver ses droits et ses pouvoirs dans le domaine de l’économie en raison de la domination de la culture libérale. Dans ces conditions, sans doute faut-il de donner au résultat des élections italiennes une signification forte par rapport à l’Union européenne et à ce que l’on peut appeler l’européanisation de la vie politique et la perte de souveraineté des pays membres de l’U.E.

À propos de l’Italie, ce rejet de l’identité européenne est d’autant plus fort qu’il s’agit d’un pays dont la culture politique est ancienne et dont l’identité nationale s’inscrit dans un passé lointain, dans ce que F. Braudel appelle un « temps long », en quelque sorte dénié par l’appartenance à l’Union européenne, globalement réduite aux engagements libéraux du « marché commun » et de ses contraintes et à l’éloignement toujours plus important des pouvoirs par rapport aux citoyens, allant jusqu’à leur invisibilisation et à une forme de dématérialisation, de désincarnation.

[1] Le Monde, 6 03 2018.