Browsing Category "Economie"

États Généraux de l’alimentation : Macron annonce du libéralisme par ordonnance

Le Président de la République a annoncé mercredi 11 octobre à Rungis, une série de propositions destinée au monde agricole et agroalimentaire.

L’ambition est juste d’instaurer une police des prix entre les producteurs, transformateurs et distributeurs notamment. A y regarder de plus près, Emmanuel Macron a en quelque sorte annoncé du libéralisme par ordonnance, lors de ce point d’étape des États Généraux de l’alimentation.

En effet, derrière ses propos « d’arrêter les productions qui ne marchent pas… ne s’inscrivant pas dans la concurrence internationale, de conditionner les aides à la taille des organisations de producteurs, de restructuration, de produire plus… », le président actualise les vieilles recettes libérales qui ont conduit un agriculteur sur trois à vivre avec moins de 350 euros par mois, ainsi que la disparition d’une ferme toutes les cinq minutes jusqu’au suicide agricole tout les deux jours.

Pour promouvoir une agriculture durable, le PCF propose un autre paradigme alimentaire construit avec les paysans et la société :

-L’instauration d’un moratoire immédiat, financier, fiscal de l’agriculture française pour permettre aux exploitations de retrouver leurs équilibres économiques.

-La création d’un fond de soutien à l’agriculture paysanne et ses filières relocalisées, courtes, de proximité et biologiques,

-La promotion d’une nouvelle politique agricole et alimentaire (PAC) en Europe, qui réponde en priorité aux besoins des citoyens, débarrassée des accords de libres échanges (CETA, Mercosur…) avec pour objectif la souveraineté alimentaire des peuples et la transition écologique.

Les propositions de loi portées par les parlementaires communistes en faveur d’un encadrement des marges et pratiques des transformateurs et la grande distribution sont à disposition du Chef de l’État et du parlement pour avoir le courage d’affronter la rémunération du travail paysan.

Europacity : un désastre environnemental loin des besoins des populations

Dimanche 8 octobre le Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG) organise une initiative à Paris, place de la République: nous y serons à nouveau !

L’opposition à ce mega projet consumériste, grand temple de la consommation et du divertissement du Grand Paris s’amplifie. Ainsi, le rapport de l’enquête publique sur la révision du Plan Local d’Urbanisme de Gonesse a rendu un avis négatif. Il souligne les impacts environnementaux négatifs contraires aux engagements de la France, en matière de préservation des terres agricoles et de lutte contre le réchauffement climatique. Il juge également les promesses de créations d’emplois peu crédibles.

 La Famille Mulliez (Auchan), alliée au milliardaire chinois Wanda, rêve d’une métropole béton sur les 300 hectares de terres agricoles fertiles. Un projet démesuré, de plus de 3 milliards d’euros, censé accueillir 30 millions de visiteurs par an. Bonjour l’atmosphère pour les habitant-es de proximité, sans compter la congestion automobile quotidienne déjà à saturation sur les autoroutes A1 et A3.  Read more >>

General Electrics ne tient pas ses engagements : Non aux licenciements !

Depuis hier matin, le site grenoblois de General Electric Alstom hydro France est occupé par ses salarié-es en lutte contre la suppression de 345 postes. Ils ont raison et méritent le soutien le plus large. En défendant leur site de production, un des leaders mondiaux de l’hydroélectricité (première énergie renouvelable en France), ils défendent l’intérêt général.

Lors du rachat de la branche énergie d’Alstom en 2015, General Electrics avait promis de créer  1 000 emplois en France d’ici à 2018. L’entreprise s’apprête au contraire à supprimer la moitié des emplois du site de Grenoble, c’est inacceptable ! Read more >>

Alstom : Macron déraille, ne le laissons pas brader l’industrie ferroviaire ! On a besoin d’une autre politique industrielle !

Emmanuel Macron laisse Alstom, fleuron français du rail, passer sous contrôle du groupe allemand Siemens.  Avec six sièges sur onze au conseil d’administration du groupe français, et une participation de 50 % au capital, l’Allemand sera le seul maître à bord. Ainsi cette alliance, donnant naissance au numéro deux mondial, ne serait en rien la création d’un Airbus du rail. Elle permettrait uniquement au groupe Allemand d’accroître sa rentabilité, de disposer du savoir-faire français et de bénéficier d’un carnet de commandes plein.

L’expérience du rachat des activités énergie d’Alstom par General Electric en 2015 montre combien sont insuffisantes les promesses qui consistent à assurer le maintien des centres de décisions et de recherches dans notre pays, ou encore celles de maintien des effectifs pendant une durée de quatre ans: des milliers d’emplois dans les secteurs de production seraient menacés d’être délocalisés hors de nos frontières.

Avec Alstom  aujourd’hui, avec les chantiers navals de Saint-Nazaire demain, le président de la République joue au mécano capitalistique avec les grandes entreprises industrielles dont l’État est actionnaire. L’État n’est pas une banque d’affaires et l’industrie ferroviaire n’est pas à vendre, c’est un outil essentiel pour notre politique de transition énergétique comme pour l’avenir industriel de notre pays.

L’État dispose d’un droit de veto, Emmanuel Macron peut jusqu’au 17 octobre exercer son option d’achat et acquérir définitivement ces 20 % du capital du groupe français. L’avenir de notre industrie ferroviaire est en jeu, elle nécessite de rouvrir le dossier au plus vite pour engager une véritable concertation publique, transparente et démocratique, avec les syndicats et les élu.e.s sur l’avenir du fleuron industriel français si décisif pour l’emploi, la maîtrise technologique, et la transition écologique. Dans ce sens, Fabien Roussel, député du Nord a demandé mardi 26 septembre, au nom des députés communistes la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire sur l’avenir d’Alstom et les négociations en cours.

Mercredi 13 septembre : MNLE Réseau Homme&Nature : Journée Marathon

Photo de famille avec Gérard CAZORLA après la conférence de presse

Rencontre avec le comité de rédaction de la revue  Naturellement à Marseille;

Conférence de presse avec Gérard CAZORLA, président de SCOP Ti pour présenter la fête des « Alternative » dans les locaux de l’usine le 23 septembre avec ACS et le MNLE; en présence de jean Paul Martel, président d’EMILE Communication, ambassadeur de la marque 1336 en Pays de Loire.

 Avec jean Paul MARTEL, à droite sur la Photo, président d’EMILE Communication

Réunion de travail avec les adjoint de la mairie de Roquevaire sur la gestion Publique de l’Eau;

 Rendez vous devant l’UL CGT de Gardanne

Echange sur environnement Industrie à Gardanne ;

OUFffffffffffffff

Une journée dense qui sur les questions « d’Environnement & Industrie » aura un prolongement par l’organisation d’une rencontre publique sur le territoire de la commune de GARDANNE. 

(1) environnement Industrie : rencontre à Gardanne !

Info : QcM 

Bonjour,

Vous trouverez en pièce jointe (en format Word et en format PDF) l’invitation à participer à la rencontre publique :
ENVIRONNEMENT ET INDUSTRIE
qui aura lieu à GARDANNE le mercredi 13 septembre 2017  à  18 H. 
Lieu :Union locale CGT Gardanne – rue Jules Ferry – immeuble Les Ombrages – 13120 GARDANNE.

Invitation : gardanne 13 septembre

Salutations amicales.

Réforme du code du travail: le PCF dénonce « un texte du Medef »

Après l’annonce du contenu de la réforme du code du travail, Olivier Dartigolles, le porte-parole du parti communiste français, a appelé à « organiser les ripostes les plus larges ».