Browsing Category "Droits de l’Homme"

Alerte : Macron met en danger les sites remarquables et facilite à Marseille la politique municipale du tout béton

Un projet de décret risque de mettre à mal la protection des sites inscrits et classés.
Ce projet de décret porte sur la déconcentration de la délivrance des autorisations de travaux en site classé. Les autorisations de travaux ne seraient plus données par le ministère en charge de l’environnement mais par les préfets de département. Il est clair que les préfets ont beaucoup moins de moyens que le ministère pour résister à une pression locale d’aménagement. La montagne Sainte-Victoire, les massifs des Calanques, de la Nerthe et de l’Arbois font notamment partie des sites classés et seraient concernés par ce décret.
Le lien suivant vous permet d’accéder au site de l’association « Sites et Monuments » qui met en ligne une pétition pour retirer ce décret.
Le gouvernement a un double langage, d’un côté il défend la biodiversité et de l’autre, il veut publier un décret qui risque de dégrader fortement l’environnement. 

16 mai 2019 – Métropole : La gratuité des transports en débat

Aspect économique de la gratuité des transports métropolitains

Il faut bien enregistrer le fait que nous ne sommes plus sur 5 budgets de territoires additionnés (5 puisque le Pays de Martigues et le SAN Ouest Provence avaient mutualisé
leur réseau transport) mais sur un budget métropolitain des transports urbains, interurbains et scolaires.
Il se traduit chaque année par un budget annexe qui globalise dépenses et recettes. Pour le budget 2018,

les données sont les suivantes :
652 M€ en dépenses de fonctionnement
120 M€ en dépenses d’investissement, dont 85 M€ en équipements + 25,5 M€ en
charges financières de remboursement et 9,5 M€ en dépenses d’ordres.
Les recettes essentielles de fonctionnement pour couvrir les dépenses se ventilent
comme suit :
334 M€ du versement transport : 51%
125 M€ de participation d’équilibre de la métropole : 19% ‐ et 67,5 € par habitant
57 M€ des dotations et participations ‐ Etat, Départements, Région, Communes : 9%
120 M€ recettes voyageurs : 18%
C’est sur cette dernière ligne de recettes voyageurs de 120 M€, qu’intervient le coût d’un accès gratuit généralisé.
Tout en sachant que sa mise en oeuvre génèrera un triple mouvement :
> Une hausse de la fréquentation qu’il faudra assumer par une hausse de l’offre de TC (à évaluer avec l’expérience du Pays d’Aubagne)
> Une baisse des dépenses de fonctionnement, de par la suppression des titres de transports (entre 1 et 1,5 M€ probablement), du contrôle et de la répression des fraudes
(probablement entre 25 et 30 M€) sachant évidemment, qu’il faudra ré‐affecter tous les agents RTM aujourd’hui en charge de la fraude.
> Un report modal bénéfique à la réduction des dépenses de voiries, de santé et d’environnement, par exemple l’entretien des façades
Pour compenser la suppression des 120 M€ de recettes voyageurs, il faut agir sur les 3 autres sources essentielles de recettes.

1°) Le Versement Transport
La participation des entreprises au fonctionnement des TC est actuellement plafonnée à
2% sur tout le territoire de la métropole AMP et repose uniquement sur une assiette
« personnels » à partir de 11 salariés.
Or en région parisienne le taux du VT est revu régulièrement à la hausse, pour atteindre  aujourd’hui 2,95 % sur Paris et le département des Hauts de Seine.

Puisque le gouvernement nous a voulu Métropole ‐ et de surcroît une des 3 métropoles à statut particulier avec Paris et Lyon ‐ dont il attend un rayonnement national et
international dynamique, il faut qu’il nous permette d’accéder à des ressources économiques à la hauteur de cette attente. Il lui appartient de proposer cette possibilité
de variation du VT, voire de modifier l’assiette de prélèvement du VT.
Cette possibilité d’augmentation pourrait s’appliquer uniformément sur tout le territoire métropolitain ou, comme en région parisienne, d’une manière différenciée en
fonction des bassins d’emplois et des flux de déplacements. Par exemple : 2,95 % pour une zone comprise entre Marseille, Aubagne, Aix et Vitrolles‐Marignane et d’autres taux
décroissants jusqu’à 2% sur les autres territoires.
C’est la possibilité d’une recette supplémentaire du VT qui peut aller jusqu’à 155M€/an.
Autrement dit, sur la base de la prévision budgétaire 2018, de quoi couvrir la généralisation de la gratuité. Voire de dégager un delta pour l’investissement, si minime soit il.
2°) La participation d’équilibre de la métropole
Elle est aujourd’hui à hauteur de 67,5 € par habitant.
Dans l’état actuel de faiblesse des ressources financières d’Aix Marseille Provence, il n’est pas concevable d’augmenter sa participation d’équilibre à hauteur de 125 +120 M€
= 225 M€ pris sur le budget général donc sur les ressources financières et fiscales Read more >>

HABITAT INDIGNE A MARSEILLE L’URGENCE D’UN AUDIT !

COMMUNIQUE DE PRESSE : Communiqué de Presse Habitat Indigne mai 2019

de

Jean-Marc COPPOLA, Conseiller Municipal de Marseille

Christian PELLICANI, Conseiller Métropolitain, Conseiller d’Arrondissements 1/7

HABITAT INDIGNE A MARSEILLE
L’URGENCE D’UN AUDIT !

Le 6 novembre 2018, au lendemain du drame de la rue d’Aubagne qui a vu la disparition de
8 personnes sous les décombres de deux immeubles, le Ministre de l’Intérieur,
Christophe CASTANER avait promis un «audit de l’Habitat Indigne».
Etait-ce une déclaration à l’emporte pièce du ministre habitué aux « sorties » intempestives ?
Toujours est-il que c’est un engagement annoncé, et largement repris par les médias, au nom de
l’Etat, de faire effectuer par les Collectivités un audit de l’Habitat Indigne à Marseille, c’est à dire un
diagnostic «immeuble par immeuble» pour aboutir à «un programme ambitieux de
préservation des conditions de sécurité, avant d’envisager les aménagements
nécessaires».
Plus de six mois après cette tragédie, et alors qu’une pétition pour soutenir la « Charte du
relogement à Marseille » a recueilli plus de 10 000 signatures en quelques jours, un audit de
l’habitat indigne est nécessaire, urgent et indispensable pour agir efficacement en direction
des familles concernées.
Or, à ce jour, aucune action n’a été engagée, aucun appel d’offre pour réaliser cet audit n’a
été lancé de la part de la Métropole, ce qui nous conforte dans la critique que nous
émettons sur l’inaction de la Ville et de la Métropole sur l’habitat indigne.
Il est certain que cet audit risque de renforcer les responsabilités passées des élus en charge de la
gestion de la Ville et de la Métropole, alors que nous savons déjà que l’habitat indigne à Marseille
toucherait près de 6 000 propriétés identifiées comme fragiles soit près de 44 400
logements, généralement dans les quartiers les plus populaires et menace la santé et la sécurité
de 100 000 habitants de la ville.
En conséquence, nous demandons instamment à la Présidente de la Métropole d’engager
l’appel d’offre nécessaire à l’audit annoncé en prenant les décisions réglementaires
nécessaires.
Les conditions de vie et de santé de milliers de Marseillaises et de Marseillais sont en jeu.

Élus Front de Gauche

Pavillon Daviel – 2e

étage – Bureau 203 – 13233 Marseille Cedex 20 –  04 91 55 13 65
elusfdg@marseille.fr

Le PCF et le PTB à la poursuite des évadés fiscaux à la frontière franco-belge !

Samedi 4 mai, le Parti du Travail de Belgique et le Parti communiste se sont retrouvés à Néchin pour unir leur force contre la fraude fiscale. Avec Ian Brossat, Fabien Roussel du PCF et Raoul Hedebouw, Marc Botenga du PTB

Nouveau coup de Jarnac* dans le projet de « Décentralisation : Révision constitutionnelle » à l’été, projet de loi en 2020, fiscalité… Répondre en Votant Ian BROSSAT le 26 Mai !

A l’issue du séminaire gouvernemental du 29 avril, Edouard Philippe a présenté un calendrier des réformes pour les trois prochains mois. En ce qui concerne les collectivités territoriales, Sébastien Lecornu a brossé à grands traits comment allaient s’articuler les différents volets. « Statut de l’élu, révision de la loi NOTRe [nouvelle organisation territoriale de la République], « je souhaite que cela puisse être bouclé avant les élections municipales ».
Après la mascarade du compte rendu du grand débat qui ne répond en rien aux attentes de l’ensemble des acteurs. Organisations Syndicales et mouvement des Gilets Jaunes restent mobilisés malgré les provocations du gouvernement et la répression policière préventive instaurée comme la règle pour démobiliser les manifestants.
La pression de la rue garde toute sa pertinence et elle est  plus que jamais nécessaire. Nous devons trouver une issu politique en battant ce pouvoir qui de Macron à ses députés dans les territoires portent une pédagogie du renoncement pour nous faire accepter un recul de civilisation afin de protéger les nantis du système du CAC 40 aux MEDEF.
Les élections européennes sont le premier Acte de la reconquête pour les progressistes et la Gauche.
A la proportionnelle avec un seuil de 5% pour élire des représentants au parlement nous devons laisser aucun citoyen au bord du chemin le 26 mai 2019.
Malgré l’absence de volonté de rassemblement et l’hypocrisie de certain qui en parle pour plus tard pour en faire une opération vote utile de type PS nous devrons pour l’Acte II au moment  des élections municipale de 2020 nous retrouver pour chasser les marchands du conseil Municipal.
En attendant pour le 26 Mai que tous les progressistes gagnent des élus.
Pour moi je choisi ceux qui sont restés fidèles à leur vote de 2005 en votant contre le traité de MASSTRICHT tout en  proposant une autre construction européenne !
Pour moi c’est Ian BROSSAT et sa liste !

* L’expression « coup de Jarnac » désigne un coup violent, habile et imprévu. Il a pris une connotation de coup déloyal ou pernicieux, qui n’existait pas à l’origine. Dans son sens premier et d’escrime, il s’agit d’un coup à l’arrière du genou ou de la cuisse, rendu célèbre par Guy Chabot de Jarnac, qui le porte lors d’un duel judiciaire en 1547 devant le château de Saint-Germain-en-Laye

Charte du relogement : objectif 10 000 signature !

[A PARTAGER MASSIVEMENT]#LaGrandePétition#Objectif10000#CharteDuRelogement
Depuis 6 mois, vous connaissez la situation : 3000 délogé·es, fin des repas gratuits, menaces de supprimer les hôtels, réintégrations des logements catastrophiques, marchands de sommeil qui se délectent, relogements lointains, crise humanitaire et sanitaire, évacuations traumatisantes, enfants qui décrochent de l’école …
Les délogé·es ont fait cette vidéo pour expliquer à tout le monde cette situation catastrophique.
[A PARTAGER MASSIVEMENT] #LaGrandePétition c’est ici : https://lemouvement.ong/pour-une-charte-du-relogement-a-marseille/ #Objectif10000 #CharteDuRelogement Les délogé·es ont fait cette vidéo pour…

(2) Tour de France « POUR UNE VRAIE TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, ÉCOLOGIQUE & SOCIALE » : Harfleur, les rapports Citoyens /élus-es au cœur du débat

Contre la privatisation des barrages

Contre la privatisation des barrages

POUR UNE VRAIE TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, ÉCOLOGIQUE & SOCIALE

  • Notre notion de triple écologie (urbaine, industrielle, agricole incluant la pêche

 il apparaît que si la priorité doit être donnée aux énergies renouvelables, les réponses données aujourd’hui par notre monde économique ne sont pas adaptées, recherchant partout le profit immédiat.

 Les politiques publiques sont seules capables d’investir rapidement en amortissant sur le long terme.

Le contrôle citoyen, qui suppose une éducation populaire à la hauteur et des institutions lui donnant toute sa place, doit être le garant des choix effectués.

Ces choix doivent être basés sur la solidarité, la complémentarité, et non la concurrence, ainsi que sur la satisfaction des besoins humains fondamentaux, démocratiquement établis.

  • Du local :
    Les politiques publiques sont seules capables d’investir rapidement en amortissant sur le long terme.
  • Au cœur des Métropoles les communes restent le moteur de l’action locale !
  • Au Global :

  Constitution d’un grand service public de l’énergie :

  • Constitution d’un grand service public de l’énergie,  affranchi de l’économie de marché. Il associera (avec son personnel et ses organisations syndicales) l’état, les collectivités territoriales, et les usagers. Il devra être doté de crédits conséquents (par exemple en réemployant les crédits de la filière nucléaire militaire, inutile et dangereuse). Il aura pour mission de développer dès maintenant recherche et réalisations dans les énergies renouvelables, en particulier hydrauliques (hydroliennes marines, turbines au fil de l’eau en rivières, sans oublier les barrages, indispensables pour assurer un niveau d’étiage utile aux humains et à la biodiversité). Les techniques de stockage, comme l’hydrogène, le développement de techniques de récupérations (chaleur des réseaux d’assainissement ou rapprochement d’industriels ayant besoin de calories de ceux consommant des frigories) feront partie des missions. Il devra assurer l’indépendance énergétique de notre pays. Ce qui n’exclut pas la coopération entre pays européens, souhaitable dans un esprit de solidarité et non de  concurrence.
  • Ce service public aura aussi en charge la garantie de sécurité maximum des installations, quelles qu’elles soient (barrages, réacteurs, déchets ….).

Pour une charte du relogement à Marseille : Si nous atteignons 10000 signatures, notre proposition devra être votée lors du prochain Conseil municipal

Depuis le 5 novembre, plus de 2600 personnes ont été délogées à Marseille dans des conditions précaires, incertaines. Hôtels avec des enfants, changements récurrents, fin de la gratuité de la cantine, réintégrations dans leur logement calamiteux, la situation est intolérable dans la 2eme ville de France.
Les délogés ont besoin de votre soutien. Ils ont contribué à une charte du relogement avec les associations et collectifs qui militent au quotidien pour que soit sécurisé le processus et que leurs droits soient respectés.

Après avoir adopté le principe d’une charte, la mairie de Marseille freine des quatre fers !
Si nous atteignons 10 000 signatures, notre propositions devra être votée lors du prochain conseil municipal.