Browsing Category "Droits de l’Homme"

La marseillaise du 12 septembre 2018 : Le pluralisme de la presse va-t-il passer au pilon ?

Article à lire  : la démocratie est en danger !

Le projet de loi sur la distribution de la presse proposant d’abroger la loi Bichet, garante de l’équité de traitement des titres, met le feu aux poudres.
Petits éditeurs et élue, montent au créneau. La CGT du livre appelle à un mouvement, mercredi.

« Résistance pour une presse libre

 l’Ancien résistant Gaulliste, Robert Bichet a initié la loi éponyme de 1947, encadrant la distribution de la presse en
France à la sortie de la guerre et ce, en droite ligne du programme national de la résistance qui « prévoyait d’assurer la liberté de la presse, son honneur et son
indépendance à l’égard de l’Etat, des puissances de l’argent et des influences étrangères ». Trois principes en sont issus : « la liberté de choix de l’éditeur, l’impartialité
de la distribution, et la solidarité entre éditeurs » via les coopératives. Trois piliers qui garantissent, dans les faits, la liberté et le pluralisme de la presse française. S.F. »

Accueil des migrants : Honte à l’état et aux collectivités locales qui laissent les personnes sans moyens d’hygiène

Lundi 30 juillet, visite du quartier Colbert :

Halle Puget (crédit photo Marius Rivière)

Halle Puget (crédit photo Marius Rivière)

Place de la Halle Puget, rue des Pénitents Bleus, la communauté européenne finance un lieu d’accueil pour les demandeurs d’asiles.

La mission est mise en œuvre avec une absence totale d’humanité pour le public ciblé mais également pour accompagner la cohabitation avec les

 Rue des pénitents bleus (crédit Photo Marius rivière)

Rue des pénitents bleus (crédit Photo Marius rivière)

habitants du quartier qui pour beaucoup sont dans un grand dénuement.

Plus généralement le quartier compris entre les rues Colbert et de la rue St barbe est laissé à l’abandon alors que les commerçants et habitants essaient de vivre normalement et font des efforts pour leur quartier.

Je propose, en tant qu’élu de ces arrondissements, une autre rencontre le 6 août à 17h30 pour mettre en place un collectif de travail et d’action pour le quartier

Casseur dans l’ombre de l’Élysée, Briseur de Grève au parlement : La politique autrement a une drôle d’allure !

 LA POSTE : UN DÉPUTÉ EN COSTUME DE BRISEUR DE GRÈVEMardi, 24 Juillet, 2018

Par Cécile Rousseau

« Un élu de LaREM est venu distribuer du courrier en plein mouvement des postiers dans les Hauts-de-Seine.

Outrepasser le droit ne semble pas un problème pour certains représentants de LaREM. Alors qu’une centaine de facteurs des Hauts-de-Seine sont en grève depuis le 26 mars pour exiger de meilleures conditions de travail et la réintégration du secrétaire départemental de SUD PTT, Gaël Quirante, le député de la dixième circonscription Gabriel Attal est venu distribuer le courrier ,… »

Lire la suite dans le quotidien l’humanité.

L’annonce par ce député plutôt réactionnaire  » de la mise en place d’une plateforme d’entraide des usagers pour contourner le mouvement social…. » devrait faire réfléchir plus d’un démocrate, d’un progressiste.

 La révolution conservatisme travaille à gagner l’adhésion des « gens » !

Il n’y a pas de pause dans la bataille des idées : « la guerre idéologique fait rage » 

Le député de la majorité s’inscrit dans une tradition  et essai de donner une dimension citoyenne : Le « syndicalisme jaune » (connu également sous les appellations de mouvement jaunesyndicats jaunesles jaunes ou « droite prolétarienne1 ») est un mouvement syndicaliste français, connu également sous cette dénomination dans d’autres pays, tant francophones qu’anglophones (« yellow unions »).

Cette forme de syndicalisme (constitué en opposition aux syndicats « rouges », c’est-à-dire socialistes ou communistes) refuse certains modes d’action comme la grève et l’affrontement avec le patronat. Pour les grévistes, les jaunes sont les non-grévistes. Ce qualificatif, en se généralisant, a pris un sens péjoratif, désignant les « traîtres ». (chacun pourra se reconnaître ou se situer ) 

Journée commémorative organisée à l’occasion de la journée Nationale à la Mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’Etat français, Hommage aux « Juste de France ».

 Émouvante cérémonie  gâchée par le discours de ceux et celles qui au nom des victimes de la Shoah gomment ou ignorent les atteintes actuelles faites aux peuples du Moyens Orient.   
Christian PELLICANI, élu Front de gauche, membre du PCF avec les portes drapeaux.

Christian PELLICANI, élu Front de gauche, membre du PCF avec les portes drapeaux.

Le devoir de mémoire doit éclairer nos actions et combats du quotidien contre l’antisémitisme, le racisme, les atteintes aux droits de l’Homme, pour la Paix et le désarment !

La Chanson de Jean Ferrat : « Nuit et brouillard » conforte le sens de la commémoration.

Regrettable : pas un député de Marseille et des élus de La république en Marche (LREM) en panne ce 23 juillet 2018.

Rappel :

Le discours de Jacques Chirac du 16 juillet 1995 prononcé auprès du monument rappelant la rafle du Vélodrome d’Hiver a marqué le 53e anniversaire de cette rafle ayant eu lieu durant la Seconde Guerre mondiale. C’est par ce discours qu’est reconnue, pour la première fois, la responsabilité de la France dans la déportation vers l’Allemagne de Juifs français au cours de l’occupation du pays par les nazis. Les autorités françaises vichystes avaient en effet collaboré avec les occupants, en procédant à des arrestations et à des rafles de Juifs afin de les leur livrer.

 

Samedi 7 juillet sur la Canebière dans la Marche des Fiertés : Le PCF plus que jamais présent pour répondre aux besoins des personnes LGBTI

Les problématiques LGBTI sont toujours d’actualité, politiques avant tout. Militant·e·s politiques, nous nous devons de les aborder. Il y a urgence à les considérer : on a beau être en 2018, donner de la visibilité aux personnes LGBTI, les LGBTI-phobies ne reculent pas. Aujourd’hui, en France, le risque de suicide des jeunes LGBTI demeure une cruelle réalité, jusqu’à quatre fois plus
élevé pour les jeunes trans. Les personnes LGBTI rencontrent par ailleurs des difficultés pour accéder aux soins, à un emploi, à la pratique du sport… Cela s’inscrit dans un contexte général de hausse des discriminations sexistes, racistes, liées au handicap…
En paraphrasant Jaurès, nous affirmons qu’on ne combat pas les discriminations si on ne les combat pas toutes. Cela guide notre action.

Communistes, nous avons toute notre place dans ces luttes LGBTI. L’émancipation humaine n’est pas le parent pauvre de nos ambitions de transformations de la société, elle y est au cœur : nous ne militons pas que pour nous libérer de l’oppression de la finance, mais aussi des oppressions de ceux et celles qui cherchent à diviser les Français·e·s. Ces deux types d’oppressions se nourrissent mutuellement ; combattre efficacement l’une, c’est mettre un sérieux coup à l’autre.

Aéroport de Marignane à 9h50 : « Colère des vacanciers qui depuis deux jours attendent l’avion pour la destination de leurs vacances. »

La compagnie Low cost ne répond plus alors qu’ils réclament un avion de substitution après la panne du leur.

La Colère monte et ils attendront jusqu’à ce samedi  soir 7 juillet, soit deux jours d’attentes.

Les chantres de la libération des services devraient méditer : la gestion au rabais des services de transports dysfonctionnent et pénalisent les voyageurs.

Bien sur l’apparence de prix toujours plus bas se fait au détriment de l’entretient, de la sécurité, du personnel…

La présence de la journaliste de la Marseillaise sur place a été appréciée !

 

 

URGENT/Élections en Turquie : Arrestation de la délégation du PCF en Turquie

dernière Minute : Relâchés à la fin du scrutin. Selon les informations d’Europe 1, les trois Français arrêtés ont été entendus par le procureur au commissariat d’Agri, avant d’être relâchés et invités à rester à leur hôtel par le consulat de France en fin d’après-midi. « Nous avons été arrêtés à 10h30 et retenus à la gendarmerie jusque 17h, à la fin des opérations de vote. On nous a dit qu’il n’y aurait pas de poursuites contre nous car notre présence n’était pas délictuelle », a expliqué Hulliya Turan à l’AFP.

La délégation du PCF qui séjourne en Turquie à Agri comme observateur des élections présidentielles et législatives a été arrêtée et ses membres ont comparu ce matin devant le procureur de la république.

Le pouvoir turc veut ainsi étouffer toutes les voix qui dénoncent les fraudes massives à l’œuvre, notamment en véhiculant sur Twitter que « les membres de la délégation seraient de faux observateurs qui tenteraient de manipuler les élections ».

Le PCF condamne ces méthodes qui ne font que le renforcer résolument à rester aux côtés des démocrates de Turquie qui entendent mettre un terme à la dictature de R.T. Erdogan.

La délégation se compose de Christine Prunaud, Sénatrice des Côtes d’Armor, Hulliya Turan, Secrétaire départementale du Bas-Rhin et Pascal Torre, Membre du secteur des Relations Internationales au PCF.

Parti communiste français,

Paris, le 24 juin 2018.