Browsing Category "Droits de l’Homme"

Journée mondiale de l’eau de 2012 à 2021 : Pour un Forum alternatif mondial de l’eau à Dakar en 2021 Création d’un espace permanent  « Eau bien Commun».

Le Conseil mondial de l’eau à annoncé la tenue d’un Forum mondial de l’eau à Dakar en 2021.

FAME 2012 à Marseille

FAME 2012 à Marseille

Le CME est une association loi de 1901. Il prétend regrouper sur le plan mondial tous les acteurs de l’eau, des institutions internationales, des États, des multinationales aux associations d’usagers, de façon « équilibrée ».

C’est en fait une machine de guerre à ambition totalitaire contre le développement de la gestion politique, publique, et résiliente de l’eau par l’institution de « communs » et la planification démocratique. Le CME prône des concessions diverses, y compris sous forme de délégations de service public, aux transnationales comme Véolia et Suez. Ces formes d’appropriation privée et de marchandisation seraient, dans sa doctrine, le seul moyen efficace pour résoudre la crise mondiale de l’accès à l’eau, sans cesse aggravée par la croissance démographique et par le réchauffement climatique[i]. Les solutions de marché, mises en œuvre depuis plus de trente ans selon ces principes, n’ont pas fait progresser le droit humain effectif à l’accès à l’eau, y compris dans les pays du « Nord ». Malgré tout, les négociations climatiques, de la COP 20 de Lima à la COP 23 de Bonn, ont promu les investissements privés dans le domaine du grand et du petit cycle de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène, en lieu et place de la gestion et des financements publics, réduits à de maigres fonds dont on espère un effet de levier au bénéfice du secteur privé.

Conférence de presse de ce 22 mars 2019 à l'occasion de la journée mondiale de l'eau .

Conférence de presse de ce 22 mars 2019 à l’occasion de la journée mondiale de l’eau .

Comme l’ont rappelé un certain nombre de nos amis, les stratégies d’entrisme dans le CME sont vouées à l’échec et contreproductives pour notre camp. Ses partisans ont pu constater depuis l’inanité, un peu obstinée, de leur démarche.

Le forum alternatif mondial de l’eau, tenu à Marseille en 2012 avec succès, a bien défini démocratiquement, sur la base des diagnostics, des revendications et des réalisations des mouvements sociaux, la nécessité de défendre et de promouvoir un forum thématique indépendant des États néolibéraux et des multinationales.

Mais ses participants n’ont pas réussi à se libérer du rythme trisannuel imposé par le CME et de ce face-à-face souvent inégal.

Pour ces raisons, du point de vue global, il nous semble nécessaire de se réunir et d’organiser un FAME massif à Dakar en mars 2021.

Rajendra Singh nous a alerté sur les raisons de l’organisation par le Conseil mondial de l’eau de son forum en Afrique subsaharienne après celui de Brasilia cette année : « Les compagnies mondiales de l’eau comme Veolia utilisent le Conseil mondial de l’eau comme plate-forme pour pénétrer dans les pays pauvres en développement comme le Sénégal où elles ont signé un contrat pour construire une usine de traitement de l’eau à grande échelle en février 2017 juste avant que le Sénégal n’obtienne l’organisation du Forum mondial de l’eau. Simple coïncidence ? » Ainsi, la Société nationale des eaux du Sénégal (SONES) a attribué à Veolia la conception et la construction d’une usine de production et  développement, l’AFD, se félicitait que cinq bailleurs multilatéraux, dont elle est le chef de file, AFD, BEI, BID, BM et BAD, finançaient des opérations profitables « pour les constructeurs de station de traitement d’eau (Suez Environnement, Véolia, Saur), les entreprises de fourniture de canalisations (Saint-Gobain PAM), les entreprises de travaux (SADE, Eiffage, Sogea-Satom) et les fabricants de pompes et les équipementiers en électricité. » Elle applaudissait aux « retombées importantes en termes de diplomatie économique ». Read more >>

(2) Rencontre « Une autre voie pour l’Humanité » Un livre qui a débordé sur « l’Ecomunisme »

   Passionnante,  la soirée a débordé sur l’ECOMUNISME !

Lire dans le N° 129 de la revue naturellement l’article d’André Prone qui aborde les questions d’environnement et de marchandisation.

Les participants on pu explorer lors de cette conférence les chemins pour sortir du système capitaliste.

(5) PLUI / PLHi : Évolutions législatives sur le logement

voici les principales mesures de la loi Elan concernant le logement : (loi du 23 novembre 2018 portant évolution du logement, de l’aménagement et du numérique) :

  • Cession d’une partie du parc de logements sociaux à des bailleurs privés (pour que les organismes HLM se refinancent).
  • Assouplissement de l’obligation de réalisation de logements sociaux (en lien avec la mesure précédente) : les logements sociaux vendus pourront encore être comptabilisés dans l’obligation de 25% de logements sociaux sur un territoire pendant 10 ans.
  • Réforme de la trêve hivernale : la trêve hivernale (du 1er novembre au 31 mars) ne s’appliquera plus pour les squatteurs, mais uniquement pour les locataires « réguliers ». Jusqu’ici, les squatteurs bénéficiaient d’un délai de deux mois avant d’être expulsés. Désormais, le délai est supprimé : les squatteurs pourront être expulsés immédiatement.

La loi permet également au maire d’encadrer les loyers dans les zones tendues. Néanmoins, c’est au bon vouloir des maires et c’est une pratique souvent censurée par le juge pour atteinte au droit de propriété…

En bref, cette loi ne contient pas de véritables mesures en faveur de l’accès au logement des précaires, elle permet surtout de protéger davantage les propriétaires et les bailleurs.

Forte mobilisation pour dénoncer l’antisémitisme

Il est important que la lutte contre l’antisémitisme suscite une large mobilisation, considère le secrétaire national du Parti communiste français, Fabien Roussel.