Browsing Category "Developpement Durable"

(2) Les mauvais choix en matière de Lutte contre le réchauffement climatique : Les collectivités locales ont un grand rôle à jouer pour limiter l’impact dans les villes

Suite à la présentation de l’étude de l’Agence d’Urbanisme de Marseille sur les » Îlots de Chaleur » urbain je confirme que ce n’est pas fatal et que malgré les dérèglements climatiques on peut aménager différemment le territoire afin d’en limiter les impacts.
Je vous invite à lire l’article de Sylvain Fournier dans la Marseillaise du 2 août 2018 qui traite de cette question importante.
Pour mémoire je développe dans « Rêver Marseille, Pour un autre Développement » aux éditions Gaussen, tout un chapitre sur la place de l’eau et les politiques publiques qu’il faudrait mettre en œuvre.
Le Problème c’est que la présidente de l’AGAM, Laure Agnès CARADEC, adjointe au Maire, en charge de l’urbanisme à la Métropole parle d’or sur le sujet mais approuve et développe des politiques du tout béton et une urbanisation de la ville qui minéralise les espaces.
Il en est de même pour la place des fontaines dans l’espace public. Pour prendre la dimension du problème et de l’hypocrisie de la majorité municipale et métropolitaine regarder le Parcours des fontaines réalisé par l’association le MNLE

 

(1) Les mauvais choix en matière de Lutte contre le réchauffement climatique : Arret de la filière Hydroliènne par le Gouvernement

En décidant d’abandonner l’usine de Cherboug, le Gouvernement et Naval Energies condamnent tout le secteur Français des  énergies marines.

On n’est pas obligé d’accepter !

Dans le cadre de la XXIIIè Université d’été du MNLE Réseau Homme&Nature qui se tiendra du 4 au 11 septembre près du Havre nous proposerons lors de la rencontre sur les alternatives économiques une mobilisation Nationale pour développer les filières des énergies renouvelables.

Ne plus en parler : Le FAIRE ! 

BULLETIN D’INSCRIPTION 23ème Université d’Eté
du MNLE Réseau Homme&Nature
Sur la thématique : « CLIMAT : QUELS IMPACTS SUR L’EAU ET LES TERRITOIRES »Bulletin-dinscription-UE-2018 :

 

(7) Déambulations Estivales 2018 (nocturne2) : Eclipse Lunaire, un spectacle stelaire !

L’éclipse lunaire du  est la seconde éclipse de Lune de l’année 2018. Il s’agit d’une éclipse totale ; elle est la deuxième éclipse totale d’une série de trois, se produisant à environ 6 mois d’intervalle. C’est aussi une éclipse totale centrale, la Lune passant par le centre de l’ombre de la Terre.

Cliquer sur l'image pour voir l'animation.

Cliquer sur l’image pour voir l’animation.

C’est la première éclipse  lunaire centrale depuis celle du 15 juin 2011.

Puisqu’elle se produit lorsque la Lune est proche de l’apogée, cette éclipse sera aussi la plus longue éclipse lunaire totale du xxie siècle, avec une phase de totalité de près de 103 minutes1.

Le petit point lumineux sous la lune c’est la planète Mars.

(1) Ticket à l’unité des Bateaux Bus à Toulon :2,00 € et 5,00 € à Marseille : chercher l’erreur ?

Comme pour les transports scolaires de la Métropole Aix-Marseille : les tarifs augmentent et les parents trinques. 

Les usagers des Navettes Maritimes à Marseille paient 3,00 € de plus leur billet de transport à l’unité soit 250% de plus que sur le territoire de TPM.

C’est un racket !

On va ouvrir l’ensemble des dossiers transports et vous demander de vous mobiliser.

Le 19 septembre dans le cadre de la semaine européenne de la mobilité nous vous proposons de participer à l’Atelier qui se tiendra à  l’AGORA Guy Hermier  (32, rue Chateaubriand, entrée rue sauveur Tobelem 13007 Marseille) sur la thématique des transports à 18h 00.

Cerise sur le gâteau : à Toulon les bateaux ont une motorisation hybrides !

(2) Deambultions Estivales 2018 : Randonné dans le Mercantour

La Madone de Fenestre est un sanctuaire situé sur la commune de Saint-Martin-Vésubie, à 1 904 m d’altitude dans le parc national du Mercantour dans les Alpes-Maritimes, France.

Lieu-dit de Saint-Martin-Vésubie à 13 km par la D94, le sanctuaire est entouré de divers sommets, notamment la Cime du Gélas (3 143 m) et cols accessibles par des sentiers de randonnées au départ du parking situé en contrebas.

Frioul : La rénovation de l’Hôpital Caroline se poursuit

L’hôpital Caroline a été construit entre 1823 et 1828 par Michel-Robert Penchaud sur l’île de Ratonneau, au large de Marseille.

Le but de cet hôpital était d’accueillir les voyageurs arrivant sur Marseille et qui étaient mis en quarantaine, notamment lors de soupçons d’épidémie de fièvre jaune.

Cet hôpital porte le prénom de la duchesse de Berry, Caroline de Bourbon-Siciles (1798-1870).

La construction répondait à plusieurs préoccupations des services sanitaires :

  • nécessité d’avoir un lieu aéré, car on compte sur le vent pour chasser les miasmes de la maladie ;
  • proximité de la mer pour faciliter les communications, et permettre de pomper l’eau dont on a besoin pour laver les sols ;
  • isolement strict, pour la quarantaine ;
  •  facilité de garde et de surveillance.

Le projet exécuté à partir de 1823 peut abriter 48 malades et 24 convalescents. Tous sont cantonnés dans des quartiers distincts, isolés entre eux, coupés de l’extérieur par une enceinte. Au centre du dispositif, la capitainerie est le lieu d’où l’on peut tout voir, se rendre partout. À mi-chemin entre malades et convalescents, la chapelle visible de tous prend la forme d’un temple grec. Parties vitrées entre les colonnes, permettant aux malades d’assister aux offices depuis les fenêtres des dortoirs, son podium sert de sas pour entreposer matériel et médicaments nécessaires aux malades.

L’architecture est en parfaite adéquation avec l’usage qui doit en être fait, et les bâtiments construits avec la plus stricte économie. On trouve donc partout répété un module de base à réaliser avec des éléments calibrés, que l’on a pu produire en série.

Les conditions de navigation moderne ont fait rapidement paraître obsolète le nouveau lazaret comme instrument de quarantaine, en même temps que le débat scientifique autour des épidémies faisait évoluer le comportement des médecins envers les malades. L’hôpital Caroline a surtout servi aux militaires malades de retour d’Afrique ou de Crimée. Transformé en 1850 par l’architecte Vaucher, il forme avec le port de Pomègues et celui du Frioul, le complexe du « Lazaret des îles », considéré comme le plus vaste et le meilleur de Méditerranée.

L’hôpital est utilisé jusqu’en 1941, lors d’une épidémie de typhus dans les prisons.

Il est détruit par les bombardements aériens à la libération de Marseille en août 1944, et abandonné, jusqu’à l’acquisition des îles par la ville de Marseille en 1978. L’hôpital fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 1.

Aujourd’hui en cours de restauration par l’association ACTA VISTA, l’hôpital Caroline accueille diverses animations. La plus connue est le festival MIMI, porté par l’Aide aux musiques innovatrices (A.M.I). Ce festival se tient chaque année mi-juillet dans la cour de l’ancien hôpital et présente des artistes innovants venus de tous les horizons, musicaux ou géographiques2.

Sans intervention humaine pas de plages propre même en Guadeloupe !

avant intervention pour le nettoyage de la plage

après

après

(3) Fête du MNLE le 30 juin 2018 à Carro : Développement Durable, Quels choix industriels ? Le temps des alternatives

Pierre Dharreville, Député des bouches du Rhône et Jeremy Bacchi, Secrétaire Fédéral du PCF sont passés débattre à Carro avec les militants  du MNLE.