Browsing Category "Developpement Durable"

(2) Nouvelle de PARIS -Transports : la gratuité c’est possible sans démagogie, c’est un choix de société, un choix politique !

L’idée de gratuité avance : (extrait de BFMTV.COM)

« Dans un soucis d’équilibre entre social et écologie, Anne Hidalgo réfléchit à la possibilité d’installer la gratuité totale des transports en commun à Paris.
Si la maire de Paris n’a pas précisé quand ni comment, elle a clairement fait un pas vers la gratuité des transports en commun à Paris. Interviewée dans le Journal du Dimanche du 30 décembre 2018, Anne Hidalgo voit dans la gratuité des transports « une des solutions face à la crise qui traverse notre pays », à savoir une crise à la fois sociale et écologique. Read more >>

En cette fin d’année gardons les pieds sur terre enracinés profondément dans nos terroirs. Ensemble pour un autre développement !

Un Sophora géant - Photo de G . Feterman

Un Sophora géant
Photo de G. Feterman

Bonnes Fêtes à toutes et tous!

Que du bonheur pour la prochaine année qui pointe à l’horizon!

L’optimisme puise sa force dans les racines des actions collectives que nous menons et mènerons ensembles.

Christian Pellicani 

Président du MNLE Réseau homme&nature 

Sophora est un genre de plantes arborescentes de la tribu des Sophoreae et de la famille des Fabaceae qui comprend 31 espèces. Ce sont de petits arbres ou arbustes. Ces plantes sont originaires des régions tempérées et chaudes du sud-est de l’Europe à l’Asie, de l’Australasie et des îles de l’océan Pacifique ainsi que de l’ouest de l’Amérique du Sud.

Rencontre Nationale à IVRY sur Seine sur la transition énergétique avec le MNLE

POUR UNE VRAIE TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, ÉCOLOGIQUE ET ET SOCIALE

L’actualité nationale, avec la PPE (Programmation Pluriannuelle de l’Energie), nos propres activités, où les questions de l’énergie sont très présentes (notre colloque des 23 et 24 mars dernier fut très instructif), nous amènent à nous positionner officiellement sur cette question de la transition énergétique.

L’an prochain, lors de notre congrès, nous aurons à définir plus globalement nos orientations, à partir du document de l’AG 2014 mis à jour au congrès de GIVORS, et que nous complèterons de toutes nos évolutions de pensées. Rappelons qu’il s’organise en cinq axes de réflexion-action basés sur les besoins humains chers à notre Mouvement : se nourrir, se loger, se déplacer, s’équiper, partager. Il s’agit de redéfinir un quotidien souhaité, respectueux de la nature, des humains et de leur travail. C’est un complet changement de paradigme : remplacer la concurrence et la compétition généralisée et sauvage entre tous par une solidarité constructive organisant les usages, tenant compte de leur interaction avec le climat et la santé publique, respectant la biodiversité et les limites de ressources, foncières ou naturelles. Les actions locales, indispensables, ne peuvent seules résoudre l’équation : c’est une réponse globale socio-économique qu’il s’agit d’inventer. Ce que nous résumons par « produire et consommer autrement ».

Aujourd’hui, nous abordons le volet spécifique de l’énergie, élément essentiel à la vie, rappelant qu’il s’agit de sortir des énergies fossiles et de la production de gaz à effet de serre.

LE CONSTAT

En avril 2014, les concentrations de CO2 ont dépassé 400 ppm dans l’hémisphère nord (après une légère baisse jusqu’en 1999, la production de GES s’est remise à augmenter depuis). Or, l’écosystème dans lequel nous habitons, la Terre, est un système complexe à l’équilibre fragile. Le gaz carbonique, un des principaux Gaz à Effet de Serre avec le méthane, est indispensable au développement des espèces végétales par le biais de la photosynthèse. Mais trop de GES accentue une évolution climatique préjudiciable à la qualité de vie des humains et autres vivants. Nous ne contestons pas les évolutions naturelles de l’univers (grands cycles du climat). Mais il est clair que les activités humaines telles qu’elles sont organisées dans notre économie libérale, entachent grandement notre milieu, avec ses pollutions tous azimuts, en ville, à la campagne, dans les rivières et les océans. Notre santé, et pas seulement la biodiversité, en est perturbée. C’est pourquoi notre prochaine Université d’Eté abordera le thème « santé et environnement ».

La production de GES a diverses origines, dont certaines sont naturelles. Mais son accélération est due à l’activité humaine. En cause : l’agriculture, les déplacements et transports de marchandises, les activités industrielles, le chauffage des bâtiments (habitat et activités) et de l’eau chaude sanitaire. A chaque fois, il est question d’énergie. Il est indispensable d’agir dans tous ces domaines simultanément, et urgemment, pour éviter la catastrophe (il y a un phénomène de stabilité du CO2 dans l’atmosphère qui emballera le réchauffement climatique si l’on ne réduit drastiquement aujourd’hui nos productions). Read more >>

Convergence sur le Cours d’Estienne d’Orves entre Gilets jaune et Gilets « Rouge et Vert »

Ce samedi, j’ai eu l’occasion de discuter, Cours D’Estienne d’Orves,  avec plusieurs manifestants « gilets jaunes »  gênés par la tournure violente de la manifestation.

J’ai pu développer mon concept de gilet « Rouge et Vert » en expliquant que la gratuité des transports était une des réponses à la question du pouvoir d’achat mais également un moyen d’émettre moins de Co². L’environnement et le social peuvent se conjuguer comme politique alternative au libéralisme.  Nous ne sommes pas  au clair sur tout, mais   j’ai senti un vif intérêt pour ces propositions.

comme par exemple celle de remettre en place l’impôt sur les grandes fortunes (ISF).

Je me suis fait la réflexion suivante : Parlons-nous plus et vite !

Ils on appris que le groupe GDR, qui regroupe les parlementaires communistes, déposait avec d’autres une motion de censure pour faire tomber le gouvernement. Nous avons des convergences possible et utiles ! Faire peuple ce n’est pas  la construction dans la confusion mais dans l’action!

Lundi matin à Marseille participons à un nouveau rassemblement contre la politique municipale. 

 

 

CLIMAT : RELEVER LE DEFI !

SAMEDI 8 DECEMBRE 2018 à 14H 

MARSEILLE VIEUX PORT 

A l’heure où des marches pour le climat sont organisées partout en France et où la question écologique

est instrumentalisée par le gouvernement pour justifier sa politique anti sociale,

 faisons entendre nos exigences et nos propositions !

Participons nombreuses et nombreux aux marches citoyennes pour le climat.

Noailles : Rencontre avec les commerçants du cours Lieutaud

Avec jean Marc Coppola, j’ai rencontré les commerçants du Cours Lieutaud.

Désolation et difficultés pour des commerçants qui se sentent isolés après la catastrophe de la rue d’Aubagne du 5 novembre 2018. Dégât collatéral des mesures  du périmètre de sécurité l’activité commerciale accuse le coup. Ils proposent la remise en double sens du cours et des mesures d’accompagnements permettant à la clientèle de revenir. 

On a présenté nos propositions que nous défendrons à la mairie de secteur et au conseil municipal  : Actions Logements JCG

Concernant le devenir du Cours Lieutaud, la catastrophe humaine et sociale de la rue d’Aubagne permet au dispositif de voirie d’anticiper le projet qui pointe à l’horizon 2020* (voir la fin du rappel).

Rappel : Le cours Lieutaud est une voie des 1er et 6e arrondissements de Marseille.

Reliant la Canebière au boulevard Baille, il s’agit d’une des plus importantes voies de circulation du centre-ville de Marseille.

Une première voie est ouverte en 1789 entre la place Castellane au Sud et les portes de Rome et d’Aubagne au Nord, sur des terrains appartenant à un certain Lieutaud, fils d’un riche mercier, placé à la tête de la Garde nationale de Marseille en 17901. En 1822, la municipalité envisage un prolongement vers le Nord afin d’alléger la circulation sur la rue de Rome. Le percement a lieu en 18641. La réalisation rencontre des difficultés car les Ponts et Chaussées exigent une pente inférieure à 2 % afin que les lourds convois de charrettes tirées par les chevaux puissent l’emprunter et éviter la rue de Rome. Il est donc décider de « raboter » le point le plus haut et de passer sous la rue Estelle et la rue d’Aubagne 2. Le pont de la rue d’Aubagne est construit en béton armé, technique innovante pour l’époque, mais, décoffré trop tôt, il s’effondre le  faisant cinq morts parmi les ouvriers. Il est ensuite reconstruit en acier.

*Un projet de rénovation du cours Lieutaud est à l’étude : la première partie devrait être réalisée en 2020 avec une réduction du nombre de voies et la plantation d’arbres sur la moitié Sud de la voie

La gratuité des transports : le 1er secteur de Marseille se mobilise

Comment passer réduire la dépendance aux carburants fossiles  : en mettant en place plus de moyens en transports collectifs et en réduisant le prix des abonnements et billets à l’unité : « la Gratuité des transports publics c’est possible! »

Une trentaine de villes en France

Si une telle mesure était prise, ce ne serait pas une première en France. Nous avons comptabilisé près d’une trentaine de communes qui ont passé le cap du tout gratuit. Une grande majorité de ces municipalités ont moins de 20.000 habitants et leur réseau ne se compose que de bus: elles sont loin des coûts supportés par les grandes villes.

 À ce jour, Niort est la plus grande ville française à proposer des transports en commun gratuits, avec 58.600 habitants. Dès septembre 2018, Dunkerque et ses près de 90.000 habitants va lui emboîter le pas et passer devant.

Des stratégies diverses

En France et dans le monde, la gratuité des transports publics prend des formes diverses. En ciblant un public défavorisé, certaines villes comme Paris ou Toulouse voit la gratuité comme un outil d’équité sociale. Sur ce point, la « ville rose » va même plus loin, en incluant les jeunes de moins de 26 ans et les demandeurs d’emploi.

Tallinn, capitale de l’Estonie, va même déjà plus loin: tous ses résidents prennent le réseau de bus et de tram gratuitement. C’est ce modèle qu’aimerait appliquer Anne Hidalgo, qui a lancé une étude à ce titre, dans la perspective des municipales de 2020.

À Chengdu, en Chine, les transports collectifs sont gratuits de 5 à 7 heures du matin. L’objectif est de désengorger les lignes durant les heures d’affluence, en incitant les usagers à se rendre plus tôt au travail. À Calgary, au Canada, le réseau de tram est gratuit dans le centre-ville. La mairie cherche ainsi à réduire le trafic automobile et la pollution au cœur de la métropole de l’Ontario. Et ça marche, si l’en on croit l’exemple estonien de Tallin, qui tire un bilan plutôt positif du passage au tout gratuit: elle a réussi à faire baisser les embouteillages de 15% en un an, après l’application de la mesure en 2012.