Browsing Category "Developpement Durable"

Navettes Maritimes : 25 avril conférence de presse sur le Vieux Port

Navettes Maritimes  « batobus »

 L’association CITOYEN13 vous invite à la

  Conférence de presse du mercredi 25 avril 2018 à 11h00 sur le Vieux port devant l’embarcadère des navettes Maritimes

 Lancement des actions 2018 pour le développement des « Batobus » 

 Citoyen13@gmail.com – tel 0686846013

Notre Dame des Landes le dialogue de la Cannonière !

Les idées d’alternatives résistent au temps et à la violence du système.

CP

Purement  scandaleux !

Comme pour Sarkozy le Peuple est train de rédiger la lettre de licenciement de MACRON !


 

Déclaration du MNLE sur la REFORME DE LA SNCF ET PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT

La privatisation du service public ferroviaire et le changement de statut des cheminots participeront ils efficacement à la réduction des émissions de gaz à effet de serre ? NON !

Le Mouvement National de Lutte pour l’Environnement – Réseau Homme&Nature  (MNLE) dénonce l’hypocrisie du gouvernement, des parlementaires et du président de la République qui déréglementent et favorisent le transport par cars en concurrence avec les services ferroviaires dans les territoires, en particuliers les plus défavorisés. Les mêmes,  actionnaires uniques de la SNCF, poussent l’entreprise publique à fermer des triages de fret comme à Miramas dans les Bouches du Rhône et favorisent la concurrence du transport de marchandises par les filiales routières de la SNCF et des entreprises européennes de transports ne respectant aucune norme sociale, défonçant nos routes payées par nos impôts (ce pourquoi la dette de la SNCF devrait être prise en compte par l’Etat).

Le gouvernement Macron/Philippe prolonge les mauvaises politiques des gouvernements précédents en aggravant la situation climatique, sociale et économique ainsi que la dégradation du service aux usagers.

Le développement du transport public ferroviaire de voyageurs et de marchandises est la seule réponse d’intérêt général pour permettre, à partir des gares ou des pôles logistiques,  la mise en place de moyens de transports alternatifs, doux et moins polluants,  respectueux de la nature et des populations. Le libre accès aux transports publics urbains devrait compléter le dispositif.

Le gouvernement va légaliser, au travers de la réforme du statut des cheminots,  un vol en bande organisé d’un de nos biens communs constitués par des décennies d’investissements publics dans la recherche, l’innovation et l’aménagement du territoire. Après les autoroutes, France télécom, EDF/GDF, les barrages… on ne peut pas rester neutre et passif devant cette spoliation des biens communs de la Nation. Ce sont nos impôts qui ont payé, ce sont les actionnaires qui vont toucher les dividendes. Si une activité est bénéficiaire, elle doit bénéficier aux autres. C’est ce que l’on appelle la péréquation, permettant à tout citoyen d’être à égalité devant le service.

Au-delà des cheminots, nos dirigeants s’attaquent à l’équilibre fragile des territoires. Ils  légifèrent en outre contre la démocratie par des lois qui visent à restreindre les droits d’alertes des salariés avec la suppression des CHSCT mais également l’intervention des citoyens en tant que lanceurs d’alertes.

Le MNLE se joint aux mobilisations en cours et souhaite participer à la constitution d’un pôle de résistance citoyen, associatif et syndical,  pour agir au niveau du droit, et avec des actions sur le terrain visant un développement durable de tous les territoires.       

 

           MONTREUIL, LE 8 AVRIL 2018  

Notre Dame des Landes : Le césarisme* n’a plus cours….., ouvrons un autre chapitre citoyen

Nous condamnons vivement cette conception du retour à l’Etat de droit mobilisant 2500 hommes de troupe ce jour, pour engager l’expulsion par la force de personnes impliquées dans la Zone à Défendre (ZAD), alors que la lutte a permis l’abandon de ce projet d’aéroport contesté depuis les années 2000. La violence étatique n’a jamais résolue les conflits et prive le département de Loire Atlantique d’ une solution durable, plutôt que d’aller d’échec en échec  contre l’intérêt général.

Le moment venu, chacun pourra faire le terrible constat : En l’abandonnant, l’Etat aurait du en tirer toutes les conséquences notamment la nécessiter de remettre à plat les projets dont l’existence qui résultaient du projet transfert de l’aéroport et faire de ce territoire de lutte, un lieu d’expérimentation agricole, dont la France a énormément besoin, plutôt que satisfaire formellement aux tenants du libéralisme agricole.

 QcM

  • :*Le césarisme est un régime politique inspiré du gouvernement de type monarchique que voulait imposer Jules César à Rome, où le pouvoir est concentré entre les mains d’un homme fort, chef militaire charismatique, appuyé par le peuple. Ce type de régime comporte une forte dimension démagogique, voire « populiste », dans le sens où le chef prétend tirer sa légitimité directement du peuple et contre l’élite.

lundi 9 avril rassemblement devant le conseil municipal de Marseille

Dès 8h00, rassemblement pour dénoncer le PPP pour la rénovation des écoles, contre la transformation de la villa Valmer en hôtel et contre le vote du budget 2018.

Le rapport N°1 n’est pas Mieux :Présentation du rapport sur la situation en matière de Développement Durable 2017.

 Notre groupe votera contre.

   Le rapport  propose de prendre acte de la présentation du rapport annuel de développement durable de la  Ville de Marseille 2017 ci-annexé , car l’article 255 de la loi n°2010-788 du 12 juillet 2010 dite loi « GRENELLE 2 » portant « Engagement National pour l’Environnement » a rendu obligatoire pour toutes les collectivités de plus de 50 000 habitants, la présentation d’un rapport sur la situation en matière de développement durable, préalablement au débat sur le projet de budget, et pouvant, à défaut, entacher le budget d’irrégularité en entraînant l’annulation de la délibération le portant.

Devant l’obligation réglementaire le Maire  présente un catalogue de « Greenwashing » des actions menées avec sa majorité sur cinq axes touchant aux compétences de la ville et celles qui touchent à la gestion interne des services :

1 : lutte contre le changement climatique et protection de l’atmosphère,

2 : préservation de la biodiversité, et protection des milieux et des ressources,

3 : cohésion sociale et solidarité entre les territoires et les générations,

4 : épanouissement de tous les êtres humains,

5 : dynamique de développement suivant des modes de production et de consommation responsables.

Pour mémoire les grands enjeux environnementaux sont aujourd’hui portés par la métropole : transports, déchets, assainissement, eau, économie…

Ne tournons pas au tour du pot. Read more >>

Discutons, échangeons, débattons sur les transports et la mobilité

 La réunion de ce vendredi 6 avril 2018 à partir de 18h00
sur les transports et la mobilité a rassemblé des  militants, des citoyens et associatifs à la 

Section PCF du 3ème, 21 boulevard Leccia, 13003 Marseille

pcf131003@gmail.com – 04 91 50 53 37

En présence de :

Christian PELLICANI, élu à La Métropole
Jean Marc COPPOLA, conseiller Municipal
Georges CHAHINE, longtemps élu au Conseil d’Administration de la RTM

 Sujets abordés :
Les déplacements des personnes à mobilité réduites (PMR)
Les déplacements en bus de jour comme de nuit
La Belle Navette, un projet proposé par le collectif
Brouettes et Compagnies imaginé par des habitants de la Belle De Mai
Les besoins des citoyens de nos quartiers

Décision de créer un collectif de citoyens et d’usagers pour un développement des transports collectifs !

Observatoire des politiques publiques : contribution sur « LA MER DANS LES POLITIQUES PUBLIQUES À MARSEILLE; LE PAYSAGE DE LA VILLE »

 La mer n’habite pas seulement Marseille par la présence du port et son importance dans l’histoire de la ville : elle y construit l’environnement urbain. Le paysage de la ville est façonné par la mer de trois façons.

D’abord, la mer et la ville se font, en quelque sorte, face, puisque la mer longe la ville tout le long d’un littoral qui lui fait face du Nord au Sud. C’est le cas de toutes les villes qui se situent au bord de la mer : le long du rivage, l’environnement urbain fait face à ce que l’on peut appeler l’environnement maritime. Ce face à face est, en soi, lourd de sens : il signifie que l’espace de la ville se fonde sur une forme de confrontation avec la mer qui symbolise à la fois la contrainte exercée par la mer, qui est une forme de limite du pouvoir des hommes, et l’ouverture de la ville sur le large, sur le monde.

Par ailleurs, la mer façonne le paysage en structurant l’aménagement de l’espace urbain. C’est autour de la mer, en quelque sorte en l’encerclant, qu’a été aménagé le Lacydon, devenu le « Vieux Port », d’où est née Marseille. Puis, au fil des siècles, c’est en développant les installations et les aménagements portuaires que la croissance de la ville a été scandée par la construction du port, puis par celle des arsenaux, puis par la naissance du port de la Joliette, qui a, en quelque sorte, donné le signal du développement des quartiers du Nord de la ville ?

Enfin, c’est autour de la mer, parce que c’est autour de l’axe qui prolonge la mer, notamment par la Canebière, que la mer a structuré les identités sociales de la ville en construisant l’opposition entre les quartiers du Nord et les quartiers du Sud. C’est autour de la mer que s’est instaurée la confrontation sociale qui fonde l’histoire politique de la ville : c’est ainsi que cet axe autour duquel la ville s’est construite que s’est exprimée, au cours de l’histoire, à Marseille la confrontation entre les classes sociales qui leur a donné leurs identités politiques.

Bernard Lamizet