Browsing Category "Developpement Durable"

(12) Déambulation automnale dans un printemps Austral : Découverte des Séquoias Géants de Queenstown

Queenstown (en maori : Tāhuna) est une ville néo-zélandaise de la région Otago au sud-ouest sur l’Île du Sud. La ville est construite autour d’une anse sur le lac Wakatipu, un long lac mince formé comme un boulon et a de spectaculaires vues sur les montagnes voisines.

La ville est surtout connue des amateurs de sensations fortes (saut à l’élastique, rafting, hors-bord, parapente, parachute, etc.). Durant la saison hivernale, de nombreux skieurs viennent glisser sur les Remarkables, montagnes situées non loin de la ville.

Mais aussi pour ses « Séquoia géant » (Sequoiadendron giganteum) est une espèce de conifères de la famille des Taxodiaceae (classification classique) ou des Cupressaceae (classification phylogénétique)1. Il est l’unique représentant actuel du genre Sequoiadendron. Un certain nombre de caractères biologiques l’apparentent aux deux autres espèces de la sous-famille des Sequoioideae (en) : le séquoia à feuilles d’if qui est plus grand et qui pousse le long des côtes californiennes ainsi que le Metasequoia glyptostroboides, plus petit et originaire de Chine.

États Généraux de l’alimentation : Macron annonce du libéralisme par ordonnance

Le Président de la République a annoncé mercredi 11 octobre à Rungis, une série de propositions destinée au monde agricole et agroalimentaire.

L’ambition est juste d’instaurer une police des prix entre les producteurs, transformateurs et distributeurs notamment. A y regarder de plus près, Emmanuel Macron a en quelque sorte annoncé du libéralisme par ordonnance, lors de ce point d’étape des États Généraux de l’alimentation.

En effet, derrière ses propos « d’arrêter les productions qui ne marchent pas… ne s’inscrivant pas dans la concurrence internationale, de conditionner les aides à la taille des organisations de producteurs, de restructuration, de produire plus… », le président actualise les vieilles recettes libérales qui ont conduit un agriculteur sur trois à vivre avec moins de 350 euros par mois, ainsi que la disparition d’une ferme toutes les cinq minutes jusqu’au suicide agricole tout les deux jours.

Pour promouvoir une agriculture durable, le PCF propose un autre paradigme alimentaire construit avec les paysans et la société :

-L’instauration d’un moratoire immédiat, financier, fiscal de l’agriculture française pour permettre aux exploitations de retrouver leurs équilibres économiques.

-La création d’un fond de soutien à l’agriculture paysanne et ses filières relocalisées, courtes, de proximité et biologiques,

-La promotion d’une nouvelle politique agricole et alimentaire (PAC) en Europe, qui réponde en priorité aux besoins des citoyens, débarrassée des accords de libres échanges (CETA, Mercosur…) avec pour objectif la souveraineté alimentaire des peuples et la transition écologique.

Les propositions de loi portées par les parlementaires communistes en faveur d’un encadrement des marges et pratiques des transformateurs et la grande distribution sont à disposition du Chef de l’État et du parlement pour avoir le courage d’affronter la rémunération du travail paysan.

(12) Déambulation automnale dans un printemps Austral : Fox Glacier/ Te Moeka o Tuawe , Extraordinaire !

Fox Glacier / Te Moeka o Tuawe est un glacier maritime tempéré de 13 kilomètres de long situé dans le parc national Westland Tai Poutini, sur la côte ouest de l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande. Il a été nommé en 1872 après une visite par le Premier ministre de la Nouvelle Zélande Sir William Fox .  À la suite de l’adoption du Ngai Tahu Claims Settlement Act de 1998 , le nom du glacier a été officiellement changé en Fox Glacier / Te Moeka o Tuawe.

(11) Déambulation automnale dans un printemps Austral : Glacier Franz Josef

La Nouvelle-Zélande contient de nombreux glaciers , situés pour la plupart à proximité de la principale ligne de partage des Alpes du Suddans l’ île du Sud . Ils sont classés comme des glaciers de montagne des latitudes moyennes. Il y a dix-huit petits glaciers dans l’ île du Nordsur le mont Ruapehu .

Un inventaire des glaciers de l’île du Sud compilé dans les années 1980 indiquait qu’il y avait environ 3.155 glaciers d’une superficie d’au moins un hectare.  Environ un sixième de ces glaciers couvrait plus de 10 hectares.

Glacier Franz Josef / Kā Roimata o Hine Hukatere est un glacier maritime tempéré de 12 km de long [1] situé dans le parc national Westland Tai Poutini, sur la côte ouest de l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande. Avec le glacier Fox à 20 km au sud et un troisième glacier, il descend des Alpes du Sud à moins de 300 mètres au-dessus du niveau de la mer. [2]

La zone entourant les deux glaciers fait partie de Te Wahipounamu , un parc du patrimoine mondial . La rivière émergeant du terminal de glacier de Franz Josef est connue comme la rivière Waiho 

(10) Déambulation automnale dans un printemps Austral : Les Pancake Rocks à Punakaki

Les Pancake Rocks sont un karst de Nouvelle-Zélande qui forment un petit cap sur la côte occidentale de l’île du Sud.

La roche calcaire d’une portion du littoral appelée Dolomite Point est érodée par les vagues et la corrosion par l’eau qui leur font prendre des aspects ruiniformes et a permis l’apparition de geysers maritimes. L’aspect quasi unique de Pancake Rocks tient aussi à la stratification fine de la roche qui, par érosion différentielle, prend l’aspect d’un empilement de blocs rocheux fins et horizontaux, d’où leur nom par analogie avec les pancakes.

(8) Déambulation automnale : Visite du Abel NELSON Park

Le parc national Abel Tasman est un parc national situé sur la pointe nord-ouest de île du Sud de la Nouvelle-Zélande. Fondé en 1942, il est le plus petit des parcs nationaux du pays, à seulement 225 km² de superficie. Il est nommé en honneur de l’explorateur Abel Tasman, qui devient en 1642 le premier Européen à voir la Nouvelle-Zélande.

Il consiste en paysages légèrement accidentés au nord des vallées des fleuves Takaka et Riwaka ; au nord il est cerné par les eaux des baies Golden et Tasman. Une partie de la côte sablonneuse est une « réserve scénique » (« Scenic Reserve »), recouvrant 774 hectares (soit environ 70 km de côte).

Le Department of Conservation régit le parc et la réserve scénique est régie par le Tasman District Council. Toute activité se déroulant dans les eaux de la côte tombe sous sa responsabilité. Le parc et la réserve sont sous des règlements différents.

L’ Abel Tasman Coast Track est un chemin très prisé des personnes faisant du trekking ; il suit les méandres de la côte. L’ Abel Tasman Inland Track, parcourant l’intérieur, est moins fréquenté.

La ville la plus proche est Motueka, à 20 km au nord.

(7) Déambulation automnale : Changement d’iles en bateau de Wellington à Picton

Trois heures dix minutes en Férry pour passer de l’île du Nord à celle du SUD.

Wellington / Picton changement de décors pour notre expédition en Terre Australe. Toujours autant de moutons mais on trouve au Sud une île beaucoup plus sauvage même si l’agriculture prend une grande place.

Picton (MāoriWaitohi) is a town in the Marlborough Region of New Zealand’s South Island. The town is located near the head of the Queen Charlotte Sound, 25 km (16 mi) north of Blenheim and 65 km (40 mi) west of WellingtonWaikawa lies just north-east of Picton, and is often considered to be contiguous part of Picton.

Picton is a major hub in New Zealand’s transport network, connecting the South Island road and rail network with ferries across Cook Strait to Wellington and the North Island. The town has a population of 4,340 (June 2016),[1] making it the second-largest town in the Marlborough Region behind Blenheim. It is the easternmost town in the South Island with a population of at least 1,000 people.

The town is named after Sir Thomas Picton, the Welsh military associate of the Duke of Wellington, who was killed at the Battle of Waterloo.

 

Europacity : un désastre environnemental loin des besoins des populations

Dimanche 8 octobre le Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG) organise une initiative à Paris, place de la République: nous y serons à nouveau !

L’opposition à ce mega projet consumériste, grand temple de la consommation et du divertissement du Grand Paris s’amplifie. Ainsi, le rapport de l’enquête publique sur la révision du Plan Local d’Urbanisme de Gonesse a rendu un avis négatif. Il souligne les impacts environnementaux négatifs contraires aux engagements de la France, en matière de préservation des terres agricoles et de lutte contre le réchauffement climatique. Il juge également les promesses de créations d’emplois peu crédibles.

 La Famille Mulliez (Auchan), alliée au milliardaire chinois Wanda, rêve d’une métropole béton sur les 300 hectares de terres agricoles fertiles. Un projet démesuré, de plus de 3 milliards d’euros, censé accueillir 30 millions de visiteurs par an. Bonjour l’atmosphère pour les habitant-es de proximité, sans compter la congestion automobile quotidienne déjà à saturation sur les autoroutes A1 et A3.  Read more >>