Browsing Category "Départementales"

DISPARITION DU DÉPARTEMENT : coup fatal pour la démocratie sociale

L’organisation territoriale n’est pas neutre, elle résulte d’une histoire et répond à des objectifs politiques. Le triptyque
commune-département-État hérité de la Révolution française visait en premier lieu l’administration de la vie collective des
citoyen-ne-s dans la proximité et dans l’égalité des territoires, rompant avec l’Ancien Régime et son organisation à
géométrie variable.
Depuis les grandes lois de décentralisation de 1982, la volonté de démocratiser la gestion des affaires locales a prévalu.
Puis, les grandes réformes territoriales menées à partir de 2009, à l’issue desquelles la Métropole Aix-Marseille-Provence a été imposée à la population des Bouches-du-Rhône, marquent une rupture. Créée le 1er janvier 2016, contre l’avis de 109 maires sur les 119 que comptent les Bouches-du-Rhône, sans concertation avec la population, la Métropole est aujourd’hui confrontée à d’importantes difficultés de fonctionnement liées à une dette écrasante et à l’éloignement toujours plus grand des citoyen-ne-s, accentuées par une baisse des dotations de l’Etat. Read more >>

(2) Réformes institutionnelles : Réaction des élus au projet de fusion avec la Métropole AIX-MARSEILLE

Dans les Bouches du Rhône, le groupe Communistes et Partenaires s’oppose à la fusion Département Métropole.

Claude Jorda, Président du Groupe au Conseil Départemental des Bouches du Rhône.

(1) Réformes institutionnelles : Grand Paris, les trois départements de la petite couronne parisienne menacés

À la tête du Val-de-Marne, Christian Favier (PCF) lance une pétition pour défendre l’avenir de cette institution et « ses services publics du quotidien ». 

Le préfet d’Ile-de-France privilégie un scénario supprimant les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne.

L’Elysée prépare la refonte de l’organisation institutionnelle de l’Île-de-France. Avec l’essor de la Métropole du Grand Paris, les départements de la petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne) pourraient disparaître. Leurs présidents évoquent un «projet extravagant», «méprisant pour les citoyens».