Browsing Category "Débat d’Idée"

(6) GREMME : La constitution de la Coordination « EAU BIEN COMMUN » au niveau national, dite « EBC » est dans les tuyaux !

IMG_4795Les acteurs du succès de l’organisation de la Grande Rencontre Euro-Méditerranéenne à Marseille sur l’Eau (GREMME) ont jeté les bases d’une coordination nationale qui prendra le nom : d’Eau Bien Commun.

Un plan d’action partagé a été adopté : actions contre les coupures d’eau, participation au FSM de Tunis, élaboration d’un KIT pour les travaux de la COP 21 et le développement d’un outil internet partagé pour accompagner les citoyens et associations qui engagent des actions pour revenir en gestion publique directe (régie) de l’eau dans leurs communes.

Prochaine étape : adoption des statuts définitifs et élection d’un bureau pour le dépôt des statuts.

A suivre !

 

(5) GREMME : Conclusions et déclarations !

déclaration  conclusion de la GREMME 7 février 2015 17h30 v2Les portes de la région se referment sur les derniers responsables et bénévoles d’EBC PACA qui remettent en place les salles de réunions. IMG_4698Plusieurs centaine de militants associatifs, de syndicalistes et d’élus  ont occupé pendant deux jours l’hémicycle et l’ensemble des salles du conseil régional au travers de débats dans 34 ateliers.  Les organisateurs ont proposé une déclaration en fin de travaux destinés à la presse (jointe en jpeg).   Pour notre part nous avons lancé un appel après l’atelier sur la confrontation des points de vues des parie politique sur l’eau : Déclaration des élus progressistes à la GREMME 7 février 2015gremme 2015  

(4) GREMME : les débats investissent l’hôtel de la région !

En séance plénière et en  atelier les réflexions construisent de nouvelles propositions pour une gestion durable, solidaire et démocratique de la ressource en eau. 
IMG_4718IMG_4747GREMME

6 Fév
2015

La Grande rencontre Euroméditérranéenne de Marseille sur l’eau (GREMME) va se tenir les 6 et 7 février au Conseil Régional de la citée phocéenne. Cette prolongation des Forums alternatifs mondiaux vise à approfondir la réflexion collective.

GREMMEPar communiqué, L’association MNLE Réseau Homme&Nature ,  annonce qu’elle organisera quatre ateliers qui viendront enrichir les travaux qui vont servir de base aux FSM de Tunis ( Forum social Mondial de Tunis). L’événement se tiendra à l’occasion de la Grande rencontre Euroméditérranéenne de Marseille sur l’eau, connue sous l’appellation GREMME.

Ateliers MNLE Réseau Homme&Nature : Organisation ateliers GREMME – MNLE R&H

  Cet événement se déroulera les 6 et 7 février dans les locaux du Conseil Régional. « Elle est organisée dans le droit fil du FAME  (Forum alternatif mondial de l’eau) 2012 et prépare la tenue des ateliers sur l’eau du Forum social mondial qui se tiendra à Tunis trois mois plus tard. L’ensemble des entités et des personnes participantes se réuniront autour de cette charte. La GREMME est un forum thématique tel que défini par le mouvement des forums sociaux mondiaux » résume le communiqué.

 

Chantiers d’espoir – L’appel

La publication de l’appel « Chantiers d’Espoir » était initialement prévue le jeudi 8 janvier 2015. Les attentats de Paris ont bouleversé la situation politique et le pays tout entier. À l’horreur générée par une telle barbarie a succédé une formidable mise en mouvement citoyenne.  Il importe aujourd’hui que cet élan de solidarité ne reste pas sans suites : pire, que ce souffle libérateur ne soit pas anéanti par les préjugés et le racisme dont les musulmans et les juifs sont au cours de cette période les principales victimes et qui montrent à quel point la haine et la peur ont été déverrouillées ; que le repli sur soi et la surenchère sécuritaire ne viennent pas étouffer le débat pluraliste, la liberté d’expression et confisquer la parole citoyenne  dans une société  où les injustices et la ségrégation n’ont jamais été aussi fortes.  Les enjeux du vivre ensemble, de la fraternité, de l’égalité et de la laïcité sont essentiels pour rendre possible une véritable république, une société plus juste et plus démocratique. Une question a émergé avec force des rassemblements spontanés qui ont eu lieu : « dans quelle société voulons-nous vivre ? » De ce point de vue le travail envisagé à travers les « Chantiers d’Espoir » nous paraît plus nécessaire que jamais.

 Pour signer l’appel: www.chantiersdespoir.fr


 

« Chantiers » parce que nous voulons construire une alternative. « Espoirs » parce que nous sommes convaincus, chacune et chacun, forts de la diversité de nos engagements et points de vue, que cette alternative est possible.

Cet appel et le processus qu’il initie sont nés de l’urgence de reconstruire une perspective commune face aux inégalités qui explosent, à la stigmatisation, au déclassement et à l’abandon organisé de franges entières de la population…

Comment un Président élu avec la force de 17 millions de voix a-t-il pu mettre en œuvre une politique qu’il dénonçait hier ? Comment une partie de la gauche, qui affirmait pourtant un idéal de changement, de progrès social et de justice, a-t-elle pu à ce point tourner le dos aux exigences qui l’ont portée au pouvoir ?

Pour nous, cette sidération s’est transformée en colère. Une colère qui s’est exprimée par de multiples mobilisations sociales portées par des associations, des syndicats, des partis ou des collectifs. Pour d’autres, cette sidération s’est traduite par un désintérêt de la politique et l’abstention, ou pire encore par un vote de repli et de haine.

Nous refusons de laisser les responsables politiques au pouvoir mener notre pays dans le mur. Nous refusons le « il n’y a pas d’autre solution possible » qui sert de prétexte à tous les renoncements. Cette impasse de la soumission renforce le poids des idées de  régression, galvanise le Medef, accélère le retour d’une droite revancharde et place l’extrême droite au cœur du débat de société. Nous refusons la logique libérale et productiviste qui détruit nos vies, enferme des millions de gens dans le chômage et la précarité et menace l’avenir de la planète.

Nous croyons aux valeurs d’égalité, de justice et de solidarité dont la gauche a été porteuse historiquement. Nous voulons agir pour redonner goût à la citoyenneté, à la fabrication de la politique et de la démocratie, et inventer les contours d’un projet émancipateur du XXIe siècle.

Nous pensons que le temps est venu que les hommes et femmes de bonne volonté, convaincus qu’il est possible et nécessaire de changer le réel, prennent la parole. Membres ou pas d’une association, d’un syndicat ou d’un parti politique, nous pouvons, nous allons faire renaître l’espoir. Un autre partage des richesses et des ressources est possible. Une transition écologique est urgente. L’égalité entre les individus, quels que soient leur sexe, couleur de peau, origine, religion, sexualité, handicap est une condition de la démocratie. Des réponses au chômage peuvent et doivent être apportées sans attendre un hypothétique retour de la croissance. La vie politique peut s’écrire autrement que par une succession d’affaires financières et juridiques qui détériorent toujours plus l’action publique. Il est temps de construire une démocratie « vraie » dépassant la monarchie élective de la Ve république pour se réapproprier la souveraineté populaire, lui offrir de nouvelles formes d’expression, et créer des institutions qui permettent la participation effective de toutes et tous aux affaires qui les concernent.

Nous voulons dépasser la résignation et proposons d’échanger pour construire ensemble un autre chemin collectif. Un chemin dans lequel le progrès humain sera possible pour nous, pour les générations futures.

Nous mobiliser, ensemble, pour élaborer une alternative politique, sociale et écologiste : c’est l’objet des chantiers d’espoir que nous vous proposons de construire. À travers ce rassemblement inédit, l’objectif est de mettre en mouvement nos concitoyens et bâtir ainsi une majorité d’idées dans le pays, de montrer qu’il est possible de faire autrement en dessinant les mesures urgentes de transformation sociale et écologique que mettrait en œuvre un gouvernement qui ne renonce pas face à la finance.

Dans cette perspective, nous proposons de susciter des rencontres, partout en France, pour tracer un nouveau chemin. Des rencontres, connectées, pour échanger et inventer ensemble le projet et la stratégie à mettre en œuvre pour mettre un coup d’arrêt à l’avancée de la droite et de l’extrême droite. Et de redonner des couleurs, de la saveur et du tranchant aux valeurs d’égalité et de liberté, de faire émerger une alternative à gauche porteuse d’une politique, citoyenne, féministe, écologiste et solidaire.

Pour signer l’appel: www.chantiersdespoir.fr

J-10 pour réussir la GREMME !

Conf-de-presse-21-10-2014-La MarseillaiseGREMME

10 jours pour réussir la grande rencontre Euro-Méditerranéenne à Marseille sur l’Eau (GREMME). Mobilisons-nous pour ce bien commun en participant le 4 février à Martigues à la conférence sur la gouvernance de l’eau (Hôtel de ville) et Les 6 et 7 février à l’hôtel de la région.

 

13 Jan
2015

Déclaration du Front de gauche sur les élections départementales

Les élections départementales de mars 2015 seront un test politique important.

Elles interviendront dans un contexte d’aggravation de la politique libérale conduite par le président de la République et son gouvernement, une politique au service du MEDEF dont  le cours autoritaire face aux luttes populaires renforce le discrédit sans précédent de l’exécutif.

La crise politique s’aggrave de jour en jour, la base sociale du président et de son premier ministre ne cesse de se réduire. Ce pouvoir est aujourd’hui minoritaire dans le cœur de celles et ceux qui restent attachés aux valeurs de la gauche. Minoritaire dans le peuple, sans majorité absolue à l’Assemblée Nationale, battu au Sénat, l’exécutif n’a pas la légitimité pour appliquer une politique, contraire à ses engagements électoraux, qui divise et décourage le monde du travail, les classes populaires et la jeunesse. .

Cette crise politique est désormais une crise de régime, celle de cette monarchie présidentielle qu’est la 5ème République.

Pour les populations déjà durement éprouvées, les conséquences sont très lourdes. Les départements sont en effet un maillon essentiel des politiques publiques dans notre pays. Avec 72 milliards d’euros de dépenses chaque année, ils gèrent notamment toutes les politiques sociales : assistantes sociales, versement des allocations de solidarité (RSA, APA, PCH, …), placement et suivi des mineurs étrangers, politiques en direction de l’enfance en danger, PMI, etc …
Cette situation est d’autant plus dangereuse qu’elle ouvre la voie au retour d’une droite confortée dans ses choix réactionnaires ; elle permet au Front national en masquant ses véritables objectifs, de se présenter comme une alternative.

Le Front de gauche s’oppose à la fois  à la politique d’austérité menée par le gouvernement et à l’offensive de la droite et de l’extrême droite.

En dépit de multiples protestations, l’existence même des départements  est menacée.  Manuel Valls  passe en force.

Pourtant  le nouveau découpage des cantons est l’objet de nombreux recours auprès de la justice, le sort réservé aux départements en liaison avec la mise en place des métropoles n’est pas connu et les compétences  des conseillers départementaux n’ont pas encore été clarifiées.

La réforme territoriale mise en place cherche uniquement à répondre aux impératifs sans fin de compétitivité des grandes entreprises, par la mise en concurrence des territoires, l’éloignement des citoyennes et des citoyens de leurs élu-e-s, la mise en cause des services publics pour  préparer leur externalisation et le transfert de tout ce qui est rentable pour satisfaire aux exigences financières des groupes privés. Elle rompt avec les principes républicains d’égalité et de solidarité territoriale. Le soi-disant « choc de simplification » est une recentralisation qui se fait au détriment du bien commun que constitue la démocratie locale. Il s’agit en réalité d’un processus « dé-constituant » qui mine toujours plus la souveraineté populaire.

Cette réforme s’inscrit dans le cadre des politiques d’austérité qui cherchent à soumettre toute l’Union européenne aux exigences des marchés. Les collectivités territoriales sont sommées de réduire leurs dépenses et leurs effectifs, condamnées à voir leurs dotations drastiquement réduites alors qu’elles assurent 70% de l’investissement public et jouent un rôle indispensable en période de crise pour les populations.
Déjà des coupes budgétaires touchent de nombreux secteurs. Le financement des associations, les politiques culturelles et sportives sont remises en cause.
En supprimant « l’entrave à la concurrence » que constitue la clause de compétence générale des collectivités, le gouvernement est cohérent : il s’inscrit dans le cadre de la négociation du Grand Marché Transatlantique (TAFTA).

Il faut ouvrir une autre voie.
Le FdG veut être un outil au service de cet objectif.

Le Front de gauche appelle à susciter la plus large implication citoyenne possible, bien au delà des partis politiques,  de celles et ceux qui opposent la nécessité de politiques alternatives aux choix de ce gouvernement, qu’il s’agisse de syndicalistes, de personnalités de la vie associative ou de simples citoyen-ne-s engagé-e-s.

Mobilisons-nous pour sauvegarder et promouvoir les politiques publiques de solidarité que nos élu-e-s  se sont efforcé-e-s de mettre en œuvre dans de très nombreux territoires, pour faire échec aux politiques d’austérité et à la réforme territoriale.

Mobilisons-nous pour développer une démocratie de proximité, ajustée aux besoins et à l’expérience des citoyens.

Nous les appelons à ne pas traduire leur déception par l’abstention, à contribuer par leur vote à faire émerger une alternative de transformation sociale et écologique dans tout le pays, à faire élire de nombreuses élues et élus qui défendront ces orientations dans les collectivités locales en empêchant la droite et l’extrême-droite de gagner la très grande  majorité des départements.

Au plan national nous entendons prendre appui sur ces élections pour mettre en mouvement une force capable de construire l’alternative nécessaire à gauche, en nous appuyant sur les luttes et les résistances qui s’opposent à la politique suivie et que nous entendons contribuer à développer.

Rien n’est possible sans la mise en mouvement du peuple, sans la mise en mouvement des citoyennes et des citoyens qui aspirent à un renouveau de la politique.

C’est sur ces bases que le FdG entend impulser des candidatures citoyennes dans tout le pays.

Nous n’entendons pas le faire seuls.

C’est pourquoi nous, l’ensemble des composantes du FdG, nous nous adressons à tous nos partenaires potentiels de la gauche et de l’écologie qui refusent la politique du gouvernement. Nous voulons construire ces candidatures avec celles et ceux dont l’engagement associatif ou syndical témoigne de la volonté d’imposer une autre politique.

Ensemble nous pouvons résister à l’austérité, promouvoir la démocratie locale et l’intervention citoyenne, contre la réforme territoriale. Nous voulons gagner des élus prêts à agir sur ces bases pour construire de nouvelles majorités anti-austérité dans les Conseils Départementaux.

Le FdG invite toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans cette démarche à construire des candidatures de large rassemblement en s’appuyant sur des assemblées citoyennes, au niveau des cantons, pour discuter et décider  dans la concertation du contenu des propositions et des candidatures. Cette démarche contribuera à impulser une  dynamique populaire indispensable pour gagner.

Le FdG propose que l’ensemble de ces candidatures soit identifié nationalement par une appellation et des propositions inscrites dans un document qui fasse référence. Dans chaque département ces candidatures se présenteront comme une alternative à celles des forces qui soutiennent la politique gouvernementale.

Le FdG entend contribuer à cette construction commune en proposant des actions et des mesures permettant de répondre aux urgences sociales et écologiques actuelles.

-Agir contre les politiques d’austérité dans les départements, contre la réduction des dotations aux collectivités locales imposées par le gouvernement, contre les diktats de l’Europe.

-Dans l’esprit de la VIème République à laquelle nous aspirons, combattre la réforme territoriale et donner plus de pouvoirs aux citoyens par une démocratie participative de proximité. Construire une véritable coopération de projets entre les territoires, basée sur la solidarité et non sur la concurrence.
Nos élu-e-s respecteront des principes susceptibles de rétablir la confiance en la politique par de bonnes pratiques de gestion, la transparence des décisions, la participation citoyenne, les compte rendus de mandat, l’exigence de probité, la lutte contre le trafic d’influence, et tendre vers le non cumul des mandats.

-Soutenir les mobilisations contre l’austérité, ainsi que celles qui promeuvent un nouveau type de progrès humain durable, non productiviste, respectueux de la planète, tourné vers la satisfaction des besoins sociaux, l’égalité hommes-femmes.

-Affirmer notre solidarité avec les mouvements sociaux contre la  répression patronale ou gouvernementale et la criminalisation de ces mouvements.

Définir les grands axes d’une politique alternative à l’échelle des territoires :

– Réforme globale de la fiscalité locale permettant plus de justice et mettant à contribution les actifs financiers des grandes entreprises.

– Construction entre les départements, les communes et l’État, de politiques  publiques de solidarité et notamment  d’un véritable service public d’aide à la personne dans lequel l’Etat assurerait la responsabilité du financement des allocations sociales en se basant sur la solidarité nationale.

– Mesures d’urgences pour les collectivités qui sont asphyxiées financièrement, en leur permettant l’accès à des crédits à taux bas, comparables à ceux que la BCE distribue aux banques (0,05%) et en refusant le paiement des emprunts toxiques.

-Engager une transition écologique dans chaque département en matière de transports publics, de soutien à l’agriculture paysanne, de protection de la biodiversité, de gestion naturelle des massifs forestiers, de désobéissance aux règles européennes de libre échange et de privatisation des sous-sols (GMT-TAFTA)…

-Nous refusons les projets qui ne répondent pas à l’intérêt général et sont écologiquement nuisibles et exigeons le recours au référendum quand un projet  local est contesté.

Le 17 décembre 2014

Read more >>

Charlie Hebdo : « détermination à faire vivre les valeurs de Liberté, d’Egalité et de Fraternité »

 Marche silencieuse pour Charlieje-suis-charlie2

Au Vieux-Ports

 

Marseille

 

Samedi 10 janvier à 15h