Browsing Category "Débat d’Idée"

(1) Université d’été du PCF

DU 24 AU 26 AOÛT 2018, ANGERS ACCUEILLE L’UNIVERSITÉ D’ÉTÉ DES COMMUNISTES.

L’année 2017-2018 n’a pas été un long fleuve tranquille : des États-Unis de Trump au conflit syrien en passant par la situation politique en Italie ou en Turquie mais aussi, de l’autre côté de la barricade, les grandes luttes des cheminots, #balancetonporc ou la victoire du référendum sur l’IVG en Irlande, un nouveau visage de notre monde s’esquisse. L’université d’été, c’est l’occasion de prendre le temps de faire le point, de prendre le temps de comprendre les mutations à l’œuvre. C’est se préparer à résister aux mauvais coups élaborés par Emmanuel Macron, de la réforme des retraites à la réforme constitutionnelle.

Les communistes préparent leur congrès : l’université d’été 2018 s’inscrit donc dans cette dynamique. Quel combat communiste ? Quelles transformations du PCF pour mener efficacement la lutte de classes du XXIe siècle ? Autant de questions au programme du rendez-vous angevin avec quelques incontournables de 2018 : bicentenaire de Karl Marx, 50eanniversaire de 68. L’édition 2018 prend également une teinte européenne dans le cadre de la préparation de ces élections prévues dans quelques mois.

L’université d’été, c’est enfin 3 jours de découvertes, tous azimuts : sciences, philosophie, arts… et même quelques séances de sport !

6 Août
2018

Venezuela/ Nicolas Maduro : Paris doit sortir de son mutisme (PCF)

Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, a été la cible, samedi 4 août, d’une tentative d’assassinat par drones armés d’explosifs alors qu’il prononçait un discours en public, entouré du ministre de la Défense et du haut commandement militaire, à l’occasion du 81eanniversaire de la Garde nationale bolivarienne dans le centre de la capitale.

Il s’agit d’un acte particulièrement grave qui devrait être unanimement condamné par la communauté internationale quels que soient les commanditaires de l’attentat. Pour leur part, les États-Unis et la Colombie, soupçonnés par Caracas d’être impliqués dans les faits pour en avoir ouvertement appelé à un coup d’État contre Nicolas Maduro lors de la tragique crise de l’été 2017, se sont empressés de nier toute responsabilité sans pour autant condamner fermement l’attaque elle-même. De même, Paris demeure à cette heure particulièrement mutique tandis que la tentative d’attentat était revendiquée sur Twitter par« «Los soldados de Franelas » (« les soldats en T-shirt ») qui se présentent comme un groupe « d’officiers, de sous-officiers et de soldats, en activité et de réserve » opposés au régime.

Le PCF demande au gouvernement et au Président français de sortir de leur silence et d’engager la France aux côtés des pays d’Amérique latine mobilisés pour la paix, la démocratie et la souveraineté du Venezuela.

Le PCF exprime au PSUV son entière solidarité.

(1) Les mauvais choix en matière de Lutte contre le réchauffement climatique : Arret de la filière Hydroliènne par le Gouvernement

En décidant d’abandonner l’usine de Cherboug, le Gouvernement et Naval Energies condamnent tout le secteur Français des  énergies marines.

On n’est pas obligé d’accepter !

Dans le cadre de la XXIIIè Université d’été du MNLE Réseau Homme&Nature qui se tiendra du 4 au 11 septembre près du Havre nous proposerons lors de la rencontre sur les alternatives économiques une mobilisation Nationale pour développer les filières des énergies renouvelables.

Ne plus en parler : Le FAIRE ! 

BULLETIN D’INSCRIPTION 23ème Université d’Eté
du MNLE Réseau Homme&Nature
Sur la thématique : « CLIMAT : QUELS IMPACTS SUR L’EAU ET LES TERRITOIRES »Bulletin-dinscription-UE-2018 :

 

Non a la monarchie présidentielle, Oui a la démocratie citoyenne !

Non-a-la-monarchie-preěsidentielleOui-a-la-deěmocratie-citoyenne-

 » Emmanuel Macron, Président des riches, agit de plus en plus comme un
monarque méprisant le peuple.
Aujourd’hui, il veut imposer au Parlement, sans consultation des
citoyen.nes, une révision profondément dangereuse de la Constitution et
des institutions de la République. Ce projet vise à concentrer encore plus
les pouvoirs, à en éloigner les citoyens, à réduire le rôle des communes,
du Parlement et le pluralisme de sa composition, à expurger notamment
de la Constitution le terme de « sécurité sociale ».
Nous, citoyen·nes et élu·es de la République française, dénonçons ce
projet et la méthode qui consiste à le faire adopter sans débat public dans
le pays, sans consulter nos concitoyen.nes, alors qu’il s’agit d’un
bouleversement majeur de nos institutions et de la Constitution.
Nous voulons une autre réforme de la Constitution, un processus
démocratique constituant pour une nouvelle République, pour des droits
nouveaux dans toute la société et à l’entreprise. …. »

Empêcher l’étouffement de l’affaire Benalla-Macron

Notre pays traverse une très grave crise institutionnelle et démocratique.

L’affaire Benalla est devenue officiellement une « affaire Macron » puisque le Président de la République revendique en être « le seul responsable », tout en affirmant n’avoir à en rendre compte devant aucune institution de la République, et surtout pas au Parlement. La démocratie est bafouée comme jamais. Le danger est d’autant plus grand qu’au même moment, Emmanuel Macron fait tout pour imposer une révision de la Constitution aggravant tous ses traits anti-démocratiques, même s’il vient d’en être provisoirement empêché par la suspension des travaux parlementaires sur cette révision.

Ce scandale d’État est révélateur de ce qui doit cesser au plus vite dans notre République: l’omnipotence et l’impunité dont jouit le Président de la République, hors de tout contrôle démocratique. Les conséquences de cette affaire seront durables, mais elles ne sont pas jouées. L’avenir ne sera pas le même selon que l’emportera dans l’opinion la colère, le dégoût, le discrédit de la démocratie ou au contraire la mobilisation populaire pour exiger la transparence et la justice jusqu’au bout dans cette affaire, l’abandon de la révision constitutionnelle programmée par Macron et au-delà une refondation démocratique de nos institutions jusqu’à l’avènement d’une nouvelle République fondée sur une nouvelle Constitution.

Une bataille majeure est désormais engagée. Les parlementaires communistes et notre parti l’avaient lancée avant même l’affaire Benalla en prêtant leur nouveau serment du jeu de Paume le 9 juillet, quand Emmanuel Macron est venu devant le congrès à Versailles.
Quels premiers enseignements tirer de cette affaire? Read more >>

Casseur dans l’ombre de l’Élysée, Briseur de Grève au parlement : La politique autrement a une drôle d’allure !

 LA POSTE : UN DÉPUTÉ EN COSTUME DE BRISEUR DE GRÈVEMardi, 24 Juillet, 2018

Par Cécile Rousseau

« Un élu de LaREM est venu distribuer du courrier en plein mouvement des postiers dans les Hauts-de-Seine.

Outrepasser le droit ne semble pas un problème pour certains représentants de LaREM. Alors qu’une centaine de facteurs des Hauts-de-Seine sont en grève depuis le 26 mars pour exiger de meilleures conditions de travail et la réintégration du secrétaire départemental de SUD PTT, Gaël Quirante, le député de la dixième circonscription Gabriel Attal est venu distribuer le courrier ,… »

Lire la suite dans le quotidien l’humanité.

L’annonce par ce député plutôt réactionnaire  » de la mise en place d’une plateforme d’entraide des usagers pour contourner le mouvement social…. » devrait faire réfléchir plus d’un démocrate, d’un progressiste.

 La révolution conservatisme travaille à gagner l’adhésion des « gens » !

Il n’y a pas de pause dans la bataille des idées : « la guerre idéologique fait rage » 

Le député de la majorité s’inscrit dans une tradition  et essai de donner une dimension citoyenne : Le « syndicalisme jaune » (connu également sous les appellations de mouvement jaunesyndicats jaunesles jaunes ou « droite prolétarienne1 ») est un mouvement syndicaliste français, connu également sous cette dénomination dans d’autres pays, tant francophones qu’anglophones (« yellow unions »).

Cette forme de syndicalisme (constitué en opposition aux syndicats « rouges », c’est-à-dire socialistes ou communistes) refuse certains modes d’action comme la grève et l’affrontement avec le patronat. Pour les grévistes, les jaunes sont les non-grévistes. Ce qualificatif, en se généralisant, a pris un sens péjoratif, désignant les « traîtres ». (chacun pourra se reconnaître ou se situer ) 

5è République / Affaire Benalla : on atteint les limites du supportable !

« Pour une 6eme République citoyenne »

En finir avec le président des riches !