Browsing Category "Débat d’Idée"
6 Juin
2018

La Marseillaise VIVRA !

La mobilisation a été payante.

Tous les fossoyeurs du Quotidien La Marseillaise et les vautours qui guettaient sa dépouille en sont pour leurs frais.

Les lecteurs, les Amis du journal doivent poursuivre les actions pour donner au journal les moyens de son développement !

 

 

Rencontre débat à la Marseillaise avec Roger Martelli : Communistes en 1968, le grand malentendu

Martelli Roger, Communistes en 1968, le grand malentendu, « Histoire », Les Éditions sociales, Paris, 2018, Isbn : 9782353670536, 304 p., 148×236 mm, 22 €, Sortie en librairie le 3 mai 2018.

Il est des moments où une force bien installée se heurte à des évolutions sociales qui la déconcertent et auxquelles elle ne sait pas s’adapter. Il est des événements si déstabilisants que, si l’on n’y prend garde, le mort finit par saisir le vif. C’est ce qui est advenu au Parti communiste français en 1968. 

 

 

 

En mai, il ne veut voir, dans le grand mouvement né de la colère étudiante, que ce qu’il connaît : une pulsion du mouvement ouvrier historique, une resucée de juin 1936. Il ne comprend pas que le mouvement tumultueux annonce l’entrée dans une phase nouvelle, qui se défie de tous les ordres du passé, qui affaiblit les stratégies habituelles et que les cultures anciennes ne peuvent plus englober.
Un peu plus tard, à l’été, le PCF est confronté à un autre événement qui va contribuer à éroder un autre identifiant du communisme du XXe siècle. En août 1968 l’invasion de la Tchécoslovaquie par l’Union soviétique et par plusieurs de ses alliés met fin au « Printemps de Prague », une des tentatives visant à réconcilier enfin le parti pris égalitaire et l’irrépressible désir de liberté. Cette fois, le PCF se résout, la mort dans l’âme, à refuser l’acte désastreux. Mais il hésite à aller jusqu’au bout de son choix, par réalisme et par peur de se renier. L’addition sera lourde… mais plus tard.
L’ouverture des archives permet de jeter un œil nouveau sur les péripéties de cette année 1968. Ce livre essaie de mettre en perspective les regards neufs des historiens.

Roger Martelli, historien, est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire du communisme en France. Il a été dirigeant du PCF.

Définir un plan climat-air-énergie territorial : Formation du CIDEFE A Corbas dans le Rhône

Dans un contexte national et international où s’affirment avec force les enjeux climatiques et de pollutions, des actions locales pertinentes et utiles sont de plus en plus souvent souhaitées par les habitant·e·s. Ces actions peuvent se décliner autour d’un Plan climat-air-énergie. Un certain nombre de villes en ont déjà défini un. D’autres commencent à y réfléchir dans le cadre des prochains programmes municipaux (2020-2026). Au-delà des effets d’annonces, il est possible de développer des actions concrètes répondant à la nécessité d’agir posée par les citoyens.

présentation de la séance par Thierry Haon
– Contexte Corbas et Métropole

Mathieu GUEDON, responsable du pôle Bailleurs-Collectivités-Tertiaire
ALEC (Agence locale de l’agglomération lyonnaise)
1. Rappel des caractéristiques des causes principales du changement climatique
et de son évolution (vidéo)
2. Les caractéristiques du « problème climat » : implications éthiques et
pratiques
3. Agir localement sur un problème global : les logiques d’action
échange avec les participants
 Christian Pellicani, président du MNLE Réseau Homme-Nature, conseiller
métropolitain Aix-Marseille-Provence
– Comment agir pour faire face au changement climatique, notamment au
regard des énergies renouvelables et autres actions à développer ?
– Comment ces questions se posent-elles sur les territoires pour une
association militant dans le cadre du développement durable ?
– Comment sensibiliser l’ensemble des acteurs·trices, élu·e·s, citoyen·ne·s ?
Quelles sont les résistances ?
– Expérience de l’élu métropolitain

Confrontation à la Marseillaise sur les sujets développés dans « Rêver Marseille, pour un autre développement » !

Pari réussi pour cette rencontre autour d’un projet alternatif pour Marseille.

 

 

N’en déplaise aux observateurs équipés d’œillères : La Marée 2 / Macron et son gouvernement 0

cette immense banderole illustre le soutien aux cheminots .

La partie n’est pas finie ! La myopie journalistique sur France 3 national ce soir ne peut masquer la mobilisation croissante contre l’austérité et la politique d’Emmanuel Macron. D’autres mobilisations sont à programmer. 

Il faudra retrouver dans les urnes des prochaines échéances les bulletins du rassemblement pour licencier le MEDEF, MACRON et sa majorité!

 

Soirée culture : De l’Art pariétal à l’édition de l’ivres

Présentation par David GAUSSEN de sa maison d’édition à l’ALCAZAR

Nous avons voyagé dans le temps avec la conférence de Pedro LIMA à l’Atelier des Arts sur l’art pariétal* à partir de son livre « Tout  Lascaux » aux dix ans de la maison d’édition Gaussen dans les locaux de la bibliothèque de l’ALCAZAR  à Marseille.

Conférence de Pedro LIMA à l’Atelier des Arts

Deux grands talents dans la Cité phocéenne :

Pédro LIMA, journaliste scientifique, donne vie et rend intelligible, au travers de ses conférences, l’art pariétal

La timidité et la modestie de David GAUSSEN cache une grande compétence professionnelle  et un homme très cultivé. La production de 100 livres par sa maison d’édition lui donne une notoriété sur Marseille.

*Dans le cadre de l’étude de l’art préhistorique, l’expression « art pariétal » (du latin parietalis, « relatif aux murs » au sens de paroi), désigne l’ensemble des œuvres d’art au sens large (sans appréciation esthétique) réalisées par l’Homme sur des parois de grottes. La plupart des auteurs l’opposent aujourd’hui à l’art rupestre (du latin rupes, « roche »), art sur rocher à l’air libre, mais aussi à l’art mobilier (que l’on peut déplacer) et à l’art sur bloc1. Le pariétaliste est le chercheur qui étudie les œuvres pariétales.