Browsing Category "Débat d’Idée"

Conseil d’Arrondissement du 5 avril : La mairie dans ses nouveaux locaux sur la Canebière

L’ancienne Maison de la Région accueille la Mairie des 1er et 7em arrondissements (premier secteur) sur la Canebière .

Avec Eric Scotto (élu PS) on a voté contre le « Compte d’Exécution » 2017. ce document qui atteste de la gestions des fonds public dépensés par la mairie de Secteur montre qu’une fois de plus en section fonctionnement  plus d’un million d’euros n’a pas été engagé dans des arrondissements qui nécessitent la réponse à de nombreux besoins et  229 000.00 € d’investissements n’ont pas été réalisé.

Les moyens mis à la disposition de la démocratie de proximité par le maire de Marseille sont très faible et là la majorité de secteur annule des crédits?

j’ai voté, seul, une fois de plus contre le projet d’Hôtel sur la villa Valmer.

Bonne Nouvelle : la commission des noms de rue de juin 2018 examinera le dossier d’attribution du nom de « Louise Michel » pour une place situé à l’intersection des rues de la Fare, Francis de Pressence et des Petites Maries dans le 1er Arrondissement.  la Place Louise Michel que nous réclamons depuis longtemps avec les associatifs et les habitants du 1er secteur.

 

QcM : Communiqué de presse « Nous vous invitons à venir rencontrer Christian PELLICANI pour la présentation de son livre »

« Rêver Marseille

Pour un autre développement de la ville » paru aux éditions Gaussen.

 Petit déjeuner de presse le :

Mercredi 4 avril à 10h30

Bar le Terminus

8, avenue Pasteur

13007 Marseille

Présentation officielle du livre le :

Jeudi 12 avril à partir de 18h

Théâtre Mazenod

88, rue d’Aubagne

13001 Marseille

Dans cet ouvrage, Christian PELLICANI présente un « coup d’œil sur 40 années au service de la collectivité » ainsi que les principales thématiques qu’il souhaite développer pour Marseille.

Pour l’élu, il n’y a pas de progrès sans écologie. « La lutte pour l’environnement est primordiale pour l’avenir de l’humanité. C’est en partie l’objet de ce livre que de démontrer comment il est possible d’agir au niveau d’une ville comme Marseille, qui souffre d’un cruel défaut d’action publique mais dispose d’extraordinaires atouts pour y parvenir. »

Christian PELLICANI continue son combat pour l’eau, un bien commun à préserver avant qu’il ne soit trop tard. « La prise de conscience est nécessaire, mais elle ne suffit pas si elle n’est pas accompagnée d’une politique publique volontariste. La question de l’eau doit être au cœur du programme de la prochaine mandature, municipale mais surtout métropolitaine. »

Initiateur des « batobus », Christian PELLICANI veut aller plus loin sur la question des transports. Depuis Gaston Defferre, « la question de la mobilité n’a plus été à l’ordre du jour, d’où l’énorme retard de notre agglomération. »

Parler de Marseille sans parler de culture serait de l’ordre de la faute grave. Christian PELLICANI l’absence d’une politique locale d’envergure et dénonce « la destruction méthodique au cours de ces dernières années des équipements culturels. La Marseille de demain doit être fière de son patrimoine et de son identité multiple et rendre à ses habitants l’accès au savoir et à la pratique culturelle. »

Contact presse : Stéphanie Fernandez Recatala pour Tiers Secteur Média

                         sfernandezrecatala@gmail.com

                         06 75 03 07 65

Dès le 3 avril Appel à la « Résistance dans la rue, devant les tribunaux et dans les urnes ! »

A partir du 3 avril tous dans l’action avec les Cheminots, les salariés, les enseignants, les étudiants et les retraités pour faire échec aux politiques de régression sociale mise œuvre par Macron et sa majorité.
En tant qu’usager et contribuable on ne peut pas accepter la légalisation du vol de nos bien communs : EDF, les aéroports, les barrages, la SNCF….
La liste est longue des biens communs et collectifs crées et développer par l’impôts que les gouvernements depuis Sarkozy ont mis à disposition des vautours de la finance. La session du capital des autoroutes en est l’illustration de ce vol organisé.

Appel à la « Résistance dans la rue, devant les tribunaux et dans les urnes ! »

31 Mar
2018

– « Louise Michel, la passion » ; conférence-lecture

– « Louise Michel, la passion » ; conférence-lecture
   A  Gréasque, à la Médiathèque R.  Daugey,   
     Jeudi  5 avril à 18 h 30, 
   Avec Marie-Noëlle Hôpital (auteure) et Gérard Leidet (historien du mouvement ouvrier provençal), 
    membres de Promémo.
 

Observatoire des politiques publiques : contribution sur « LA MER DANS LES POLITIQUES PUBLIQUES À MARSEILLE; LE PAYSAGE DE LA VILLE »

 La mer n’habite pas seulement Marseille par la présence du port et son importance dans l’histoire de la ville : elle y construit l’environnement urbain. Le paysage de la ville est façonné par la mer de trois façons.

D’abord, la mer et la ville se font, en quelque sorte, face, puisque la mer longe la ville tout le long d’un littoral qui lui fait face du Nord au Sud. C’est le cas de toutes les villes qui se situent au bord de la mer : le long du rivage, l’environnement urbain fait face à ce que l’on peut appeler l’environnement maritime. Ce face à face est, en soi, lourd de sens : il signifie que l’espace de la ville se fonde sur une forme de confrontation avec la mer qui symbolise à la fois la contrainte exercée par la mer, qui est une forme de limite du pouvoir des hommes, et l’ouverture de la ville sur le large, sur le monde.

Par ailleurs, la mer façonne le paysage en structurant l’aménagement de l’espace urbain. C’est autour de la mer, en quelque sorte en l’encerclant, qu’a été aménagé le Lacydon, devenu le « Vieux Port », d’où est née Marseille. Puis, au fil des siècles, c’est en développant les installations et les aménagements portuaires que la croissance de la ville a été scandée par la construction du port, puis par celle des arsenaux, puis par la naissance du port de la Joliette, qui a, en quelque sorte, donné le signal du développement des quartiers du Nord de la ville ?

Enfin, c’est autour de la mer, parce que c’est autour de l’axe qui prolonge la mer, notamment par la Canebière, que la mer a structuré les identités sociales de la ville en construisant l’opposition entre les quartiers du Nord et les quartiers du Sud. C’est autour de la mer que s’est instaurée la confrontation sociale qui fonde l’histoire politique de la ville : c’est ainsi que cet axe autour duquel la ville s’est construite que s’est exprimée, au cours de l’histoire, à Marseille la confrontation entre les classes sociales qui leur a donné leurs identités politiques.

Bernard Lamizet

Réaction à Marseille : les communistes et républicains mobilisés contre l’antisémitisme, le racisme et le terrorisme ! A Paris, Pierre Laurent participe à la marche blanche.

Après la mort du gendarme Arnaud Beltrame des suites de ses blessures dans la prise d’otages à Trèbes, nouvel assassinat antisémite: Mirelle Knoll, 85 ans, poignardée à 11 reprises et brûlée à Paris.

Marie France Palloix, Christian Pellicani et  Isabelle Pasquet élu-es  PCF sur la liste du Front de Gauche à Marseille se sont mobilisés avec de nombreux militants et personalités comme Audrey Garino, directrice du quotidien la Marseillaise.

 Même émotion à Paris :

Parti vers 18 h 30-19 h de la place de la Nation, le cortège de plusieurs milliers de personnes était guidé par des représentants de la société civile, roses blanches en main. Ils ont parcouru quelques centaines de mètres pour rallier l’immeuble de la victime, là où Mireille Knoll a été tuée, dans le XIe arrondissement.

De nombreux élus, ministres et personnalités politiques étaient aussi là, de tous bords. Des membres du gouvernement, comme Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, Françoise Nyssen (Culture) et Jean-Michel Blanquer (Éducation). Des représentants de parti : Christophe Castaner, délégué général de LREM, ou Laurent Wauquiez, président de Les Républicains, le secrétaire général du PCF Pierre Laurent. La maire de Paris Anne Hidalgo (PS) était aussi de cette marche.

 

 

RÊVER MARSEILLE, pour un autre développement : conférence de presse

Les Éditions Gaussen

Invitent la presse

à rencontrer Christian Pellicani

autour d’un café

à l’occasion de la sortie de son livre

RÊVER MARSEILLE

(en librairie le 5 avril)

Le mercredi 4 avril à 10h30

au

Bar Terminus

8, avenue Pasteur

13007 Marseille

Climat / Transition énergétique : travail studieux du réseau Homme&Nature à Montreuil ce samedi 24 mars 2018

Après l’audition de 8 responsables associatifs, syndicalistes et de professionnel la direction du MNLE a mis en débat dans son mouvement la rédaction d’une position qui sera traduite en cahier d’acteur dans le cadre du débat national sur la Programmation pluriannuelle de l’énergie qui se tient Du 19 mars 2018 au 30 juin 2018.

La réduction des gaz à effet de serre et les enjeux climatiques sont au cœur de l’approche que souhaite développer l’association.