Browsing Category "Alternative A Gauche"

La convergence des luttes et mouvements prend corps : Ce 5 février 2019 fera date dans l’histoire du mouvement social !

Groupe Front de Gauche Marseille : Conseil municipal du 4 février 2019, « Orientations budgétaires 2019 » Intervention de Jean-Marc COPPOLA

Le débat concernant les orientations budgétaires 2019 se tient dans un contexte particulier.

Jean Marc Coppola avant le conseil municipal avec Christian Pellicani

Jean Marc Coppola avant le conseil municipal avec Christian Pellicani

3 mois après le drame et les morts de la rue d’Aubagne, une prise de conscience massive est survenue quant à l’état d’indigence dans lequel se trouve notre ville.

Habitants, associations, acteurs socio-économiques, artistes et bien d’autres se lèvent pour dénoncer les conditions de vie des marseillais et les choix politiques qui y ont conduit. Ils appellent à une mobilisation sans précédent pour changer l’avenir de Marseille et de ses habitants.

Mais à la lecture de ce rapport, force est de constater que cette prise de conscience est restée loin, très loin des bancs de la majorité.

Si je devais le définir d’un mot, celui qui me vient à l’esprit est INCURIE.

Un rapport quasi copier-coller des orientations budgétaires que vous nous proposez depuis un quart de siècle, exception faite d’un point sur lequel je me garderai bien de contrarier votre analyse. C’est le couple heureux que vous semblez former avec l’Etat.

Dans un autre temps, on aurait pu dire blanc bonnet – bonnet blanc tant vos objectifs de baisse de la dépense publique coïncident avec ceux du gouvernement. Vous survendez ainsi une contractualisation avec l’Etat qui limite pourtant toute capacité d’initiative politique à notre ville puisqu’elle interdit toute hausse de plus de 1,25% des dépenses de fonctionnement.

Satisfait d’avoir signé un contrat qui grave l’austérité de vos politiques dans le marbre, vous poussez même le zèle jusqu’à annoncer une baisse d’1,9% des dépenses de fonctionnement, ouvrant la voie à un nouveau recul des politiques publiques dans notre ville. Read more >>

Succès de la Mobilisation de ce samedi 2 février 2019 « pour le logement et le droit à la ville » le « soutien au délogé.es et futur.es » pour obtenir vérité et justice pour le victimes de Noailles

 

Elections eurpéennes 2019 : Les communistes du 7èm ont voté à plus de 90% pour la liste soumise aux suffrages des adhérents

Après le vote la direction de section a fait le plan de travail pour le premier trimestre. Ils appellent au meeting, à travailler le PLUI avec la population et à des rencontres avec la population autour des cahier d’espoirs.

Une prime aux camarades du Frioul qui ont fait le déplacement jusqu’au siège de la section pour s’exprimer sur la liste.

Audrey Garino, secrétaire de la section, appelle à la mobilisation pour le 1er meeting qui se tiendra au Docks des Suds le 5 février en soirée après la grande mobilisation de la journée des syndicats et gilets jaunes qui convergent contre les politiques de Macron et de son gouvernement.

 

Conseil d’Arrondissement du 1er secteur : L’opposition fait entendre sa voix !

A deux élus de l’opposition on a réussi à mettre en débat  au conseil :  l’annulation du PPP écoles par le tribunal Administratif, la décision d’annulation, par le même tribunal administratif, la délibération de la ville sur  la fermeture de la plage des Catalans le soir. Concernant les rapports sur l’habitat et la rénovation des logements on a mis facilement en évidence que la mairie de Marseille, la majorité de jean claude Gaudin essaient de rattraper 23 ans de non investissement sur le bâtit et

Le public reste attentif aux débats.

Le public reste attentif aux débats.

notamment sur le patrimoine publique pour lequel la majorité municipale a une lourde responsabilité lorsqu’on en mesure l’état aujourd’hui après des année de laisser-aller. J’ai pu obtenir un accord de principe pour que le 7 février 2019 la délégation d’associatifs, syndicalistes et citoyens qui m’accompagneront à la rencontre avec le commissaire enquêteur pour examiner le PLUI puissent le faire dans de bonnes conditions  permettant l’étude des planches en version papier car le numérique limite la compréhension  et le décryptage des documents.

Par ailleurs, nous poursuivons avec le Groupe Front de Gauche la mise à disposition des documents du PLUI et le travail en commun au 8, cours jean Ballard, 13001, 2èm Étage. les 6, 13, 20 et 27 février de 9h00 à 12h30

(4) Rappel / Rassemblement contre Macron et Gaudin : La mobilisation de dimanche matin 27 janvier à 10h00 Place du 4 Septembre pour remplir les cahiers de doléances, revendicatifs et d’espoir !

cahier_de_l_espoir_propositions_coul_a5_coul

A cette occasion nous relançons notre émission « deux poids et deux mesures  » afin de dénoncer les abus  qui créent des inégalités, de la misère et de l’injustice.

 

Rappel : Deux poids et deux mesures : en jugeant différemment une même chose, selon les personnes, les circonstances, les intérêts…

Voilà une expression qui date du milieu du XVIIIe siècle (chez Voltaire, paraît-il) mais qui n’a visiblement pas du tout passionné les lexicographes.

Lancement de la campagne  : « Deux Poids et Deux Mesures » le 19 septembre 2018 à 11h00 sous l’Ombrière  au Vieux Port.

Pour illustrer le sujet : les tarifs des tickets à l’unité des dessertes maritimes de  Toulon et Marseille 

2 € à Toulon et 5 € à Marseille : Pourquoi ?

 

Les Amis de l’Huma mettent en débat le changement climatique et les solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre

Contribution :

Climat,

Sortir du capitalisme pour sauver la planète et l’humanité

L’Alternative « Produire et consommer autrement »

Pas simple mais incontournable (Hommage à François Cosserat)

Christian PELLICANI

Président du MNLE

Conseiller à la Métropole Aix-Marseille

Notre façon de produire s’est emballée ces dernières décennies sous l’impact de multiples facteurs dont les principaux sont: nouvelles techniques, essor démographique, appétit du lucre. Ce dernier est trop souvent mal pris en compte. Il est à la base du gaspillage constaté dans la production des produits de grande consommation, aliments compris. Il en fait partie intégrante. Il n’est pas un accident c’est  une conséquence du mode de production  dominant et des inégalités sociales qu’il provoque.

Cette explosion de la production- consommation s’est appuyée sur l’existence de ressources fossiles, pétrole, gaz et charbon, à faible coût économique. L’agriculture, contrairement aux apparences, n’a pas fait bande à part. Une tonne d’engrais, c’est en gros une tonne équivalent pétrole. Mais ce n’est pas tout. L’azote que cette énergie permet de capter est aussi, une fois épandu, à l’origine d’émissions qui vont entrer dans la danse des perturbateurs du climat. Et ceci de manière non marginale. De fait, par un ensemble de mécanismes entremêlés, le dispositif global de production assis sur une consommation massive d’énergies fossiles carbonées, a perturbé pour le moins deux cycles biogéochimiques, celui du carbone et celui de l’azote.

Le changement climatique est un effet des perturbations du cycle du carbone. Celles du cycle de l’azote y participent également mais elles ajoutent un impact direct sur l’eau et les sols, aggravé  par le productivisme agricole qui engendre ses propres effets négatifs. La production agricole patine alors que les besoins augmentent. Il ne suffit pas, pour régler la question de la nourriture, de mettre en accusation la consommation de viande. C’est beaucoup plus complexe.

Quelles cibles ?

Nous sommes à l’âge des énergies fossiles carbonées. Mais il devra être beaucoup plus court que celui du bronze ou du fer sinon les effets négatifs seraient insupportables. Mais avons-nous les clés d’un futur apaisé ? Ce n’est pas sûr. Les conférences internationales se suivent mais n’apportent aucune rupture.

N’est-ce pas le paradigme qu’il faut changer ?

L’économie est celle d’une offre de plus en plus dominée par les multinationales. Le projet de traité transatlantique leur attribuerait encore plus de pouvoir.   Le paradis mondial du libre-échange est un mirage dangereux mais qui malheureusement fait un large consensus, parfois et même souvent parce qu’aucun autre modèle n’apparaît crédible. Depuis près de deux siècles, la société vit sur le mythe de la main invisible du marché qui serait seule capable de mettre en œuvre une organisation rationnelle de l’économie. Beaucoup font le constat que les résultats sociaux et environnementaux ne sont pas au rendez-vous, que le pire n’est pas arrivé. Mais pourtant la logique destructrice est poussée plus loin. Tout juste propose-t-on quelques ajustements qui ne sont souvent que des leurres ou des vœux pieux. Read more >>