Browsing Category "Alternative A Gauche"

La nuit du 4 août 1789 suppression des privilèges / Août 2018 Macron veut en créer de nouveaux avec sa réforme constitutionnelle : Il nous faut une nouvelle révolte pour y mettre fin !

La nuit du 4 août 1789, ou simplement nuit du 4 Août, est la séance de l’Assemblée nationale constituante au cours de laquelle fut votée la suppression des privilèges féodaux. Débutée le 4 août 1789 à six heures du soir, elle se prolonge après minuit, jusqu’à deux heures du matin. C’est un événement fondamental de la Révolution française, puisque, au cours de la séance qui se tenait alors, l’Assemblée constituante met fin au système féodal. C’est l’abolition de tous les droits et privilèges féodaux ainsi que de tous les privilèges des classes, des provinces, des villes et des corporations, à l’initiative du Club breton, futur « Club des Jacobins ».

Rappel : Depuis la prise de la Bastille le 14 juillet 1789 s’est développée en France, notamment dans les campagnes, une vague de révoltes appelée la Grande Peur. Dans certaines régions, des paysans s’en prennent aux seigneurs, à leurs biens et à leurs archives, en particulier les livres terriers qui servent à établir les droits seigneuriaux.
La nuit du 4 Août est une réponse à cette insurrection.

L’Assemblée constituante est en train d’élaborer la future constitution ainsi que la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen lorsqu’elle reçoit des récits inquiétants à propos de l’instabilité qui sévit en France. Face à cette crise, deux solutions sont alors envisagées. La première veut réaffirmer les valeurs de la propriété, et donc contrôler la révolte. Cette solution est vite rejetée, car elle n’aurait fait que renforcer l’opposition des paysans au système féodal. La seconde solution envisage d’instaurer un réseau de bureaux de secours, qui permettraient d’aider les plus pauvres. Mais cette solution ne répond pas à l’urgence de la situation.
C’est donc pour sortir de ce blocage que naît l’idée de l’abolition des droits seigneuriaux, laquelle a probablement été pensée lors d’une réunion du club breton, petit groupe de députés qui avaient pris l’habitude de discuter entre eux.

(2) Les mauvais choix en matière de Lutte contre le réchauffement climatique : Les collectivités locales ont un grand rôle à jouer pour limiter l’impact dans les villes

Suite à la présentation de l’étude de l’Agence d’Urbanisme de Marseille sur les » Îlots de Chaleur » urbain je confirme que ce n’est pas fatal et que malgré les dérèglements climatiques on peut aménager différemment le territoire afin d’en limiter les impacts.
Je vous invite à lire l’article de Sylvain Fournier dans la Marseillaise du 2 août 2018 qui traite de cette question importante.
Pour mémoire je développe dans « Rêver Marseille, Pour un autre Développement » aux éditions Gaussen, tout un chapitre sur la place de l’eau et les politiques publiques qu’il faudrait mettre en œuvre.
Le Problème c’est que la présidente de l’AGAM, Laure Agnès CARADEC, adjointe au Maire, en charge de l’urbanisme à la Métropole parle d’or sur le sujet mais approuve et développe des politiques du tout béton et une urbanisation de la ville qui minéralise les espaces.
Il en est de même pour la place des fontaines dans l’espace public. Pour prendre la dimension du problème et de l’hypocrisie de la majorité municipale et métropolitaine regarder le Parcours des fontaines réalisé par l’association le MNLE

 

Non a la monarchie présidentielle, Oui a la démocratie citoyenne !

Non-a-la-monarchie-preěsidentielleOui-a-la-deěmocratie-citoyenne-

 » Emmanuel Macron, Président des riches, agit de plus en plus comme un
monarque méprisant le peuple.
Aujourd’hui, il veut imposer au Parlement, sans consultation des
citoyen.nes, une révision profondément dangereuse de la Constitution et
des institutions de la République. Ce projet vise à concentrer encore plus
les pouvoirs, à en éloigner les citoyens, à réduire le rôle des communes,
du Parlement et le pluralisme de sa composition, à expurger notamment
de la Constitution le terme de « sécurité sociale ».
Nous, citoyen·nes et élu·es de la République française, dénonçons ce
projet et la méthode qui consiste à le faire adopter sans débat public dans
le pays, sans consulter nos concitoyen.nes, alors qu’il s’agit d’un
bouleversement majeur de nos institutions et de la Constitution.
Nous voulons une autre réforme de la Constitution, un processus
démocratique constituant pour une nouvelle République, pour des droits
nouveaux dans toute la société et à l’entreprise. …. »

Empêcher l’étouffement de l’affaire Benalla-Macron

Notre pays traverse une très grave crise institutionnelle et démocratique.

L’affaire Benalla est devenue officiellement une « affaire Macron » puisque le Président de la République revendique en être « le seul responsable », tout en affirmant n’avoir à en rendre compte devant aucune institution de la République, et surtout pas au Parlement. La démocratie est bafouée comme jamais. Le danger est d’autant plus grand qu’au même moment, Emmanuel Macron fait tout pour imposer une révision de la Constitution aggravant tous ses traits anti-démocratiques, même s’il vient d’en être provisoirement empêché par la suspension des travaux parlementaires sur cette révision.

Ce scandale d’État est révélateur de ce qui doit cesser au plus vite dans notre République: l’omnipotence et l’impunité dont jouit le Président de la République, hors de tout contrôle démocratique. Les conséquences de cette affaire seront durables, mais elles ne sont pas jouées. L’avenir ne sera pas le même selon que l’emportera dans l’opinion la colère, le dégoût, le discrédit de la démocratie ou au contraire la mobilisation populaire pour exiger la transparence et la justice jusqu’au bout dans cette affaire, l’abandon de la révision constitutionnelle programmée par Macron et au-delà une refondation démocratique de nos institutions jusqu’à l’avènement d’une nouvelle République fondée sur une nouvelle Constitution.

Une bataille majeure est désormais engagée. Les parlementaires communistes et notre parti l’avaient lancée avant même l’affaire Benalla en prêtant leur nouveau serment du jeu de Paume le 9 juillet, quand Emmanuel Macron est venu devant le congrès à Versailles.
Quels premiers enseignements tirer de cette affaire? Read more >>

5è République / Affaire Benalla : on atteint les limites du supportable !

« Pour une 6eme République citoyenne »

En finir avec le président des riches !

 

(1) Ticket à l’unité des Bateaux Bus à Toulon :2,00 € et 5,00 € à Marseille : chercher l’erreur ?

Comme pour les transports scolaires de la Métropole Aix-Marseille : les tarifs augmentent et les parents trinques. 

Les usagers des Navettes Maritimes à Marseille paient 3,00 € de plus leur billet de transport à l’unité soit 250% de plus que sur le territoire de TPM.

C’est un racket !

On va ouvrir l’ensemble des dossiers transports et vous demander de vous mobiliser.

Le 19 septembre dans le cadre de la semaine européenne de la mobilité nous vous proposons de participer à l’Atelier qui se tiendra à  l’AGORA Guy Hermier  (32, rue Chateaubriand, entrée rue sauveur Tobelem 13007 Marseille) sur la thématique des transports à 18h 00.

Cerise sur le gâteau : à Toulon les bateaux ont une motorisation hybrides !

Succès populaire de la Fête de la Citoyenneté

Les communistes remercient Jean Marc Coppola et Jérémy Bacchi pour leur participation. 

Merci au Groupe Los Fralibos pour l’animation musicale de la soirée.

A Paco pour sa cuisine et Daniel pour la technique et Carlos et son fils pour la mise en place du camion nécessaire à la sécurité de la fête.

Bravo aux militantes et militants du 7em arrondissement.

Le débat a débouché sur une proposition adopté collectivement de faire vivre l’Agora Guy Hermier comme un lieu de débats et d’échanges sur les questions touchants à la politique municipale et Métropolitaine.  

Les participants ont pris date pour l’initiative Dans le Square Louise Michel qui a été validé au dernier conseil municipal. Les 20 et 21 octobre on sera tous ensembles rassemblés pour en fêter la création dans le 1er arrondissement.

Vive la fête du 13 juillet !