Browsing Category "Alternative A Gauche"

(18) La campagne des élections européennes s’accélère : Un large comité de soutien National et Européen

La maire de Barcelone, Ada Colau, le philosophe Henri Pena-Ruiz… les appels à voter PCF dimanche prochain arrivent de divers horizons de la gauche.

Au jeu de la redistribution des cartes à gauche, le PCF marque des points. La liste conduite par Ian Brossat pour les européennes de dimanche prochain engrange, depuis quelques jours, les soutiens venus de différents horizons. L’un d’eux est arrivé d’Espagne en fin de semaine. La maire de gauche de Barcelone, Ada Colau, « espère voir à Bruxelles » l’élu parisien : « Grâce à lui, cela fait quatre ans que ­Barcelone et Paris partagent une stratégie pour lutter contre la spéculation immobilière et encadrer les loyers », rappelle-t-elle. « Ce soutien donne de la ­crédibilité à notre conviction qu’il est possible de transformer l’Union européenne à la condition que les forces progressistes s’unissent », se félicite la tête de liste PCF.

Plan Local de l’Habitat (PLH) : La présidente esquive le débat, réaction de Marc Poggiale du Président du Groupe  » Métropole à Gauche »

DÉCLARATION DE MARC POGGIALE
CONSEILLER MÉTROPOLITAIN DE MARSEILLE : http://pourunterritoiresolidaire.fr/

 

En retirant son projet de Plan Local de l’Habitat (PLH), la métropole illustre
une nouvelle fois son incapacité à se construire par un débat politique ouvert,
préférant privilégier un faux consensus sur le dos de l’Etat.
Oui, l’Etat a sa part de responsabilité pour avoir imposé cette métropole et sans
la doter de ressources, des équipements à la hauteur de ses compétences.
Oui, le gouvernement n’aide en rien quand il pousse les feux d’une fusion
Métropole Département tout en repoussant le moment du projet et du calendrier.
Mais prétexter de ces constats pour retirer ce projet de PLH relève d’une volonté
d’occulter tout débat sur la question essentielle qui plombe un développement
inclusif et soutenable de notre métropole : celle des ségrégations sociales et
territoriales. Read more >>

(1) LE TEMPS DES ALTERNATIVES : Colloque à Toulon les 16 et 17 mai 2019

Colloque à Toulon les 16 et 17 mai 2019

En direct : Lucien FRAU du MNLE et Alain Patouillard  de la revue Naturellement ont  participé aux travaux de ces deux journées de réflexions.

L’Autre voie pour l’Humanité

En ces temps de luttes sociales et de contestation populaire, apporter des Éléments de réflexion pour sortir du capitalisme autour d’un débat citoyen en présence de 18 intellectuels sur les cent un contributeurs du livre « L’autre voie pour l’humanité » coordonnée par André PRONE, ne peut être qu’utile. On aurait pu croire, vu la centralité du thème, qu’il y ait une sorte de redondance dans les analyses. Eh bien non ! C’est tout le contraire qui s’est produit. Chaque auteur, en fonction de sa sensibilité et de son parcours intellectuel, a abordé le sujet sous un angle différent. Et c’est ce que nous tenterons de faire vivre dans ce colloque en regroupant les interventions dans une continuité constructive ou reconstructive de la nécessaire sortie du capitalisme.

QcM

16 mai 2019 – Métropole : La gratuité des transports en débat

Aspect économique de la gratuité des transports métropolitains

Il faut bien enregistrer le fait que nous ne sommes plus sur 5 budgets de territoires additionnés (5 puisque le Pays de Martigues et le SAN Ouest Provence avaient mutualisé
leur réseau transport) mais sur un budget métropolitain des transports urbains, interurbains et scolaires.
Il se traduit chaque année par un budget annexe qui globalise dépenses et recettes. Pour le budget 2018,

les données sont les suivantes :
652 M€ en dépenses de fonctionnement
120 M€ en dépenses d’investissement, dont 85 M€ en équipements + 25,5 M€ en
charges financières de remboursement et 9,5 M€ en dépenses d’ordres.
Les recettes essentielles de fonctionnement pour couvrir les dépenses se ventilent
comme suit :
334 M€ du versement transport : 51%
125 M€ de participation d’équilibre de la métropole : 19% ‐ et 67,5 € par habitant
57 M€ des dotations et participations ‐ Etat, Départements, Région, Communes : 9%
120 M€ recettes voyageurs : 18%
C’est sur cette dernière ligne de recettes voyageurs de 120 M€, qu’intervient le coût d’un accès gratuit généralisé.
Tout en sachant que sa mise en oeuvre génèrera un triple mouvement :
> Une hausse de la fréquentation qu’il faudra assumer par une hausse de l’offre de TC (à évaluer avec l’expérience du Pays d’Aubagne)
> Une baisse des dépenses de fonctionnement, de par la suppression des titres de transports (entre 1 et 1,5 M€ probablement), du contrôle et de la répression des fraudes
(probablement entre 25 et 30 M€) sachant évidemment, qu’il faudra ré‐affecter tous les agents RTM aujourd’hui en charge de la fraude.
> Un report modal bénéfique à la réduction des dépenses de voiries, de santé et d’environnement, par exemple l’entretien des façades
Pour compenser la suppression des 120 M€ de recettes voyageurs, il faut agir sur les 3 autres sources essentielles de recettes.

1°) Le Versement Transport
La participation des entreprises au fonctionnement des TC est actuellement plafonnée à
2% sur tout le territoire de la métropole AMP et repose uniquement sur une assiette
« personnels » à partir de 11 salariés.
Or en région parisienne le taux du VT est revu régulièrement à la hausse, pour atteindre  aujourd’hui 2,95 % sur Paris et le département des Hauts de Seine.

Puisque le gouvernement nous a voulu Métropole ‐ et de surcroît une des 3 métropoles à statut particulier avec Paris et Lyon ‐ dont il attend un rayonnement national et
international dynamique, il faut qu’il nous permette d’accéder à des ressources économiques à la hauteur de cette attente. Il lui appartient de proposer cette possibilité
de variation du VT, voire de modifier l’assiette de prélèvement du VT.
Cette possibilité d’augmentation pourrait s’appliquer uniformément sur tout le territoire métropolitain ou, comme en région parisienne, d’une manière différenciée en
fonction des bassins d’emplois et des flux de déplacements. Par exemple : 2,95 % pour une zone comprise entre Marseille, Aubagne, Aix et Vitrolles‐Marignane et d’autres taux
décroissants jusqu’à 2% sur les autres territoires.
C’est la possibilité d’une recette supplémentaire du VT qui peut aller jusqu’à 155M€/an.
Autrement dit, sur la base de la prévision budgétaire 2018, de quoi couvrir la généralisation de la gratuité. Voire de dégager un delta pour l’investissement, si minime soit il.
2°) La participation d’équilibre de la métropole
Elle est aujourd’hui à hauteur de 67,5 € par habitant.
Dans l’état actuel de faiblesse des ressources financières d’Aix Marseille Provence, il n’est pas concevable d’augmenter sa participation d’équilibre à hauteur de 125 +120 M€
= 225 M€ pris sur le budget général donc sur les ressources financières et fiscales Read more >>

(17) La campagne des élections européennes s’accélère : Comme prévu, malgré le risque de mauvais temps nous avons fait la visite du Frioul avec la liste du comité de soutien en main !

Reportage de QcM :

Jean Marc Coppola, Audrey Garino et Christian Pellicani ont fait ce matin une visite du quartier de l’Archipel du Frioul et du port. 

Accueil chaleureux dans une matinée plutôt automnale.

A l’heure de l’apéro avec des plaisanciers, des entrepreneures, des salariés, des commerçants et habitants  nous avons échangé sur les enjeux européens mais également locaux. Signe du temps le soleil est enfin de la partie.

Le Frioul est un quartier de Marseille qui mérite une grande attention.

 En juin, la délégation reviendra pour faire le point sur les dossiers en cours, avant le conseil d’arrondissements qui chaque année se réuni sur l’Archipel. 

 

Humour Métropolitain : l’installation de lampadaires solaires couchés sur les quais du port du Frioul. Plus sérieusement aucune réflexion sur l’exposition au vent du port n’a été mené pour l’implantation du mobilier.

 On est prêt pour assumer le portage en 2020 !

HABITAT INDIGNE A MARSEILLE L’URGENCE D’UN AUDIT !

COMMUNIQUE DE PRESSE : Communiqué de Presse Habitat Indigne mai 2019

de

Jean-Marc COPPOLA, Conseiller Municipal de Marseille

Christian PELLICANI, Conseiller Métropolitain, Conseiller d’Arrondissements 1/7

HABITAT INDIGNE A MARSEILLE
L’URGENCE D’UN AUDIT !

Le 6 novembre 2018, au lendemain du drame de la rue d’Aubagne qui a vu la disparition de
8 personnes sous les décombres de deux immeubles, le Ministre de l’Intérieur,
Christophe CASTANER avait promis un «audit de l’Habitat Indigne».
Etait-ce une déclaration à l’emporte pièce du ministre habitué aux « sorties » intempestives ?
Toujours est-il que c’est un engagement annoncé, et largement repris par les médias, au nom de
l’Etat, de faire effectuer par les Collectivités un audit de l’Habitat Indigne à Marseille, c’est à dire un
diagnostic «immeuble par immeuble» pour aboutir à «un programme ambitieux de
préservation des conditions de sécurité, avant d’envisager les aménagements
nécessaires».
Plus de six mois après cette tragédie, et alors qu’une pétition pour soutenir la « Charte du
relogement à Marseille » a recueilli plus de 10 000 signatures en quelques jours, un audit de
l’habitat indigne est nécessaire, urgent et indispensable pour agir efficacement en direction
des familles concernées.
Or, à ce jour, aucune action n’a été engagée, aucun appel d’offre pour réaliser cet audit n’a
été lancé de la part de la Métropole, ce qui nous conforte dans la critique que nous
émettons sur l’inaction de la Ville et de la Métropole sur l’habitat indigne.
Il est certain que cet audit risque de renforcer les responsabilités passées des élus en charge de la
gestion de la Ville et de la Métropole, alors que nous savons déjà que l’habitat indigne à Marseille
toucherait près de 6 000 propriétés identifiées comme fragiles soit près de 44 400
logements, généralement dans les quartiers les plus populaires et menace la santé et la sécurité
de 100 000 habitants de la ville.
En conséquence, nous demandons instamment à la Présidente de la Métropole d’engager
l’appel d’offre nécessaire à l’audit annoncé en prenant les décisions réglementaires
nécessaires.
Les conditions de vie et de santé de milliers de Marseillaises et de Marseillais sont en jeu.

Élus Front de Gauche

Pavillon Daviel – 2e

étage – Bureau 203 – 13233 Marseille Cedex 20 –  04 91 55 13 65
elusfdg@marseille.fr

EXIGEONS UNE TABLE RONDE SUR L’AVENIR DU TRIAGE SNCF DE MIRAMAS !

C’est de manière très solennelle que nous voulons vous alerter  sur  la situation très préoccupante  de Fret SNCF et du Triage SNCF de Miramas. Après la loi voté l’année dernière, le démantèlement de la SNCF s’accélère pour qu’en janvier 2020 elle « éclate » en plusieurs Sociétés Anonymes et que soit filialisé Fret SNCF.

LE FRET SNCF AU BORD DU PRECIPICE !

Dernier exemple en date, le dernier train de Fret SNCF qui transportait des fruits et légumes  de Perpignan au marché de Rungis à Paris va être supprimé par la Direction SNCF, 20 000 camions par an prendront le relais ! 600 emplois sont en cours de suppression à Fret SNCF pour 2019…

Dans un courrier unitaire adressé au 1er ministre, selon les Fédérations syndicales des Cheminots avec la politique en cours et la perspective de sa filialisation « même recapitalisée, Fret SNCF ne serait pas viable et pourrait faire faillite en quelques mois » ! N’est-ce pas justement là, l’objectif recherché pour laisser la place aux entreprises  Privés et aux camions ! 

AVENIR DU TRIAGE SNCF DE MIRAMAS :

LA MÉTROPOLE & LE PRÉFET, DOIVENT SANS ATTENDRE, ORGANISER UNE TABLE RONDE (voir pièce jointe)

La Métropole et le Préfet doivent être partie prenante et intéressée par ces sujets et ouvrir la concertation avec toutes les parties prenantes, avec l’organisation, sans attendre, d’une table ronde sur l’avenir du Triage SNCF de Miramas en lien avec l’activité portuaire et industrielle du département.

 C’est le sens de la lettre ouverte des Cheminots Communistes et de la Fédération du PCF 13.

 Marcel Almero et Henry Bascunana

Responsables des Cheminots Communistes de Miramas et de Marseille