Articles par " Christian Pellicani"
31 Mar
2018

– « Louise Michel, la passion » ; conférence-lecture

– « Louise Michel, la passion » ; conférence-lecture
   A  Gréasque, à la Médiathèque R.  Daugey,   
     Jeudi  5 avril à 18 h 30, 
   Avec Marie-Noëlle Hôpital (auteure) et Gérard Leidet (historien du mouvement ouvrier provençal), 
    membres de Promémo.
 

Observatoire des politiques publiques : contribution sur « LA MER DANS LES POLITIQUES PUBLIQUES À MARSEILLE; LE PAYSAGE DE LA VILLE »

 La mer n’habite pas seulement Marseille par la présence du port et son importance dans l’histoire de la ville : elle y construit l’environnement urbain. Le paysage de la ville est façonné par la mer de trois façons.

D’abord, la mer et la ville se font, en quelque sorte, face, puisque la mer longe la ville tout le long d’un littoral qui lui fait face du Nord au Sud. C’est le cas de toutes les villes qui se situent au bord de la mer : le long du rivage, l’environnement urbain fait face à ce que l’on peut appeler l’environnement maritime. Ce face à face est, en soi, lourd de sens : il signifie que l’espace de la ville se fonde sur une forme de confrontation avec la mer qui symbolise à la fois la contrainte exercée par la mer, qui est une forme de limite du pouvoir des hommes, et l’ouverture de la ville sur le large, sur le monde.

Par ailleurs, la mer façonne le paysage en structurant l’aménagement de l’espace urbain. C’est autour de la mer, en quelque sorte en l’encerclant, qu’a été aménagé le Lacydon, devenu le « Vieux Port », d’où est née Marseille. Puis, au fil des siècles, c’est en développant les installations et les aménagements portuaires que la croissance de la ville a été scandée par la construction du port, puis par celle des arsenaux, puis par la naissance du port de la Joliette, qui a, en quelque sorte, donné le signal du développement des quartiers du Nord de la ville ?

Enfin, c’est autour de la mer, parce que c’est autour de l’axe qui prolonge la mer, notamment par la Canebière, que la mer a structuré les identités sociales de la ville en construisant l’opposition entre les quartiers du Nord et les quartiers du Sud. C’est autour de la mer que s’est instaurée la confrontation sociale qui fonde l’histoire politique de la ville : c’est ainsi que cet axe autour duquel la ville s’est construite que s’est exprimée, au cours de l’histoire, à Marseille la confrontation entre les classes sociales qui leur a donné leurs identités politiques.

Bernard Lamizet

D’Affaires en affaires le bruit des boulets résonne au passage de l’ancien président de la république !

Nicolas Sarkozy renvoyé en correctionnelle pour « corruption » et « trafic d’influence » à la Cour de cassation

Les juges financiers ont signé l’ordonnance de renvoi ouvrant la voie au procès de cette affaire de trafic d’influence à la Cour de cassation, dans laquelle l’ex-président avait été placé sur écoute.

« M. Sarkozy est déjà sous le coup d’une ordonnance de renvoi, rendue cette fois dans le dossier Bygmalion, pour lequel le juge Serge Tournaire souhaite le voir comparaître pour « financement illégal de campagne électorale ». Si l’affaire dite Azibert peut paraître a priori plus anecdotique, la perspective de devoir affronter un procès pour « corruption active » et « trafic d’influence actif », des incriminations dégradantes pour un ancien chef de l’Etat, ne devrait pas réconcilier M. Sarkozy avec la justice en général, et les juges d’instruction en particulier. »

On est loin de l’arrogance de « Casse-toi, pauv’ con ! »*

Rappel :

*« Casse-toi, pauv’ con ! » c ‘est une phrase prononcée par Nicolas Sarkozy, alors en fonction de président de la République française, en réponse à une personne refusant sa poignée de main et lui ayant déclaré : « Ah non, touche-moi pas ! Tu me salis ! ». Prononcée lors de sa visite officielle au Salon de l’agriculture le , cette réplique est rapidement devenue célèbre grâce à la reproduction de l’enregistrement vidéo et à sa diffusion par Internet

 

Réaction à Marseille : les communistes et républicains mobilisés contre l’antisémitisme, le racisme et le terrorisme ! A Paris, Pierre Laurent participe à la marche blanche.

Après la mort du gendarme Arnaud Beltrame des suites de ses blessures dans la prise d’otages à Trèbes, nouvel assassinat antisémite: Mirelle Knoll, 85 ans, poignardée à 11 reprises et brûlée à Paris.

Marie France Palloix, Christian Pellicani et  Isabelle Pasquet élu-es  PCF sur la liste du Front de Gauche à Marseille se sont mobilisés avec de nombreux militants et personalités comme Audrey Garino, directrice du quotidien la Marseillaise.

 Même émotion à Paris :

Parti vers 18 h 30-19 h de la place de la Nation, le cortège de plusieurs milliers de personnes était guidé par des représentants de la société civile, roses blanches en main. Ils ont parcouru quelques centaines de mètres pour rallier l’immeuble de la victime, là où Mireille Knoll a été tuée, dans le XIe arrondissement.

De nombreux élus, ministres et personnalités politiques étaient aussi là, de tous bords. Des membres du gouvernement, comme Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, Françoise Nyssen (Culture) et Jean-Michel Blanquer (Éducation). Des représentants de parti : Christophe Castaner, délégué général de LREM, ou Laurent Wauquiez, président de Les Républicains, le secrétaire général du PCF Pierre Laurent. La maire de Paris Anne Hidalgo (PS) était aussi de cette marche.

 

 

RÊVER MARSEILLE, pour un autre développement : conférence de presse

Les Éditions Gaussen

Invitent la presse

à rencontrer Christian Pellicani

autour d’un café

à l’occasion de la sortie de son livre

RÊVER MARSEILLE

(en librairie le 5 avril)

Le mercredi 4 avril à 10h30

au

Bar Terminus

8, avenue Pasteur

13007 Marseille

26 Mar
2018

Retour sur le changement d’heure

L’heure d’été est un système consistant à ajuster l’heure locale officielle, en ajoutant une heure à celle du fuseau horaire dit « normal » (qui définit l’heure qui prévaut en hiver), pour une période allant généralement du début du printemps au milieu de l’automne, ce qui a pour effet de retarder l’heure à laquelle le Soleil se lève et se couche.

L’heure d’été est principalement utilisée dans les régions tempérées, où les variations saisonnières de luminosité rendent cette mesure pertinente. Pour l’Europe, la période s’étend du dernier dimanche de mars au dernier dimanche d’octobre. Pour l’Amérique du Nord, et depuis 2007, cette période estivale débute dans la nuit du deuxième dimanche de mars, tandis que le retour à l’heure d’hiver se fait le premier dimanche de novembre.

L’intérêt de l’heure d’été réside, selon ses promoteurs, dans les économies d’énergie qu’elle est censée permettre afin de profiter plus tard de la lumière solaire pendant la période estivale ; cette approche est cependant rejetée par ses détracteurs et mise en doute par la Commission européenne qui parle d’économies relativement limitées. D’après cette dernière, le maintien de l’heure d’été en Europe devrait être essentiellement motivé par le confort des loisirs en soirées estivales.

Lors du passage à l’heure d’été, les horloges sont avancées de soixante minutes, entre minuit et h du matin selon les pays, de sorte qu’il est couramment dit qu’« une heure de sommeil est perdue ». Lors du passage à l’heure d’hiver, les horloges sont retardées de soixante minutes et « une heure de sommeil est gagnée ».

Climat / Transition énergétique : travail studieux du réseau Homme&Nature à Montreuil ce samedi 24 mars 2018

Après l’audition de 8 responsables associatifs, syndicalistes et de professionnel la direction du MNLE a mis en débat dans son mouvement la rédaction d’une position qui sera traduite en cahier d’acteur dans le cadre du débat national sur la Programmation pluriannuelle de l’énergie qui se tient Du 19 mars 2018 au 30 juin 2018.

La réduction des gaz à effet de serre et les enjeux climatiques sont au cœur de l’approche que souhaite développer l’association.