Articles par " Christian Pellicani"

Un nouveau samedi de luttes avec des convergences : Pour l’eau publique, contre les PPP écoles à Marseille, pour le pouvoir d’achat avec la CGT et contre la Municipalité avec les habitants de Noailles !

Rouge et Vert avec le MNLE pour la gratuité des transports

Rouge et Vert avec le MNLE pour la gratuité des transports

Avec la CGT à la préfecture contre la politique gouvernementale

Avec la CGT à la préfecture contre la politique gouvernementale

Avec la délégation d'ONG Indiennes contre la gestion des politiques publiques de l'Eau par le conseil mondial  de l'eau en réunion à Marseille

Avec la délégation d’ONG Indiennes contre la gestion des politiques publiques de l’Eau par le conseil mondial de l’eau en réunion à Marseille

Noailles : Rencontre avec les commerçants du cours Lieutaud

Avec jean Marc Coppola, j’ai rencontré les commerçants du Cours Lieutaud.

Désolation et difficultés pour des commerçants qui se sentent isolés après la catastrophe de la rue d’Aubagne du 5 novembre 2018. Dégât collatéral des mesures  du périmètre de sécurité l’activité commerciale accuse le coup. Ils proposent la remise en double sens du cours et des mesures d’accompagnements permettant à la clientèle de revenir. 

On a présenté nos propositions que nous défendrons à la mairie de secteur et au conseil municipal  : Actions Logements JCG

Concernant le devenir du Cours Lieutaud, la catastrophe humaine et sociale de la rue d’Aubagne permet au dispositif de voirie d’anticiper le projet qui pointe à l’horizon 2020* (voir la fin du rappel).

Rappel : Le cours Lieutaud est une voie des 1er et 6e arrondissements de Marseille.

Reliant la Canebière au boulevard Baille, il s’agit d’une des plus importantes voies de circulation du centre-ville de Marseille.

Une première voie est ouverte en 1789 entre la place Castellane au Sud et les portes de Rome et d’Aubagne au Nord, sur des terrains appartenant à un certain Lieutaud, fils d’un riche mercier, placé à la tête de la Garde nationale de Marseille en 17901. En 1822, la municipalité envisage un prolongement vers le Nord afin d’alléger la circulation sur la rue de Rome. Le percement a lieu en 18641. La réalisation rencontre des difficultés car les Ponts et Chaussées exigent une pente inférieure à 2 % afin que les lourds convois de charrettes tirées par les chevaux puissent l’emprunter et éviter la rue de Rome. Il est donc décider de « raboter » le point le plus haut et de passer sous la rue Estelle et la rue d’Aubagne 2. Le pont de la rue d’Aubagne est construit en béton armé, technique innovante pour l’époque, mais, décoffré trop tôt, il s’effondre le  faisant cinq morts parmi les ouvriers. Il est ensuite reconstruit en acier.

*Un projet de rénovation du cours Lieutaud est à l’étude : la première partie devrait être réalisée en 2020 avec une réduction du nombre de voies et la plantation d’arbres sur la moitié Sud de la voie

Proposition d’un vœu au conseil d’Arrondissement du 1er Secteur ; Pour un acte de justice en faveur de l’ensemble des sinistrés à Marseille

Madame le maire je vous propose un vœu en direction du Maire de Marseille et des conseiller municipaux afin qu’au conseil du 10 décembre une décisions soit prise en faveur des sinistrés; Les conseils d’arrondissements n’ont pas de compétence en matière de fixation des taux de la fiscalité et d’exonérations des taxes; Mais élus de proximité nous pouvons et devons demander au conseil municipal et au maire de Marseille pas une aumône mais une décision de justice en faveur de l’ensemble des victimes dont le point de départ est au cœur de l’effondrement des immeubles  63 et 65 rue d’Aubagne. :

« Monsieur le Maire,

Suite au drame de la rue d’Aubagne, nous devons faire face, aujourd’hui, à des dégâts collatéraux qui touchent tous les citoyens de notre territoire (habitants, commerçants, propriétaires occupants ou non, locataires, associations, etc.) évacués sur la base d’un principe de précaution mais qui, aujourd’hui, s’apparente à une évacuation définitive du quartier de Noailles en particulier.

Le conseil d’arrondissement du 1er et 7em arrondissements propose :

– de prononcer l’exonération de la taxe des enseignes, reçue le 6 novembre 2018, par les commerçants et les artisans, pour 2018,

– d’engager l’exonération des taxes d’habitations et foncières 2019 pour l’ensemble des habitants et commerçants du quartier de Noailles, et également pour tous les Marseillais évacués de leurs commerces ou logements sur l’ensemble de la ville et qui se trouvent aujourd’hui démunis pour un temps indéterminé.

Nous   demandons de soutenir par une subvention exceptionnelle et

Forfaitaire l’ensemble des associations évacuées de leur siège social sur le territoire de la ville, sans oublier celle dont la domiciliation est dans la cité des associations au 93, la canebière dans le 1er.

Que la même attention soit accordée aux commerçants et artisans du Cours Lieutaud qui se trouvent en grande difficulté.

Nous demandons une délibération au prochain conseil municipal prenant en compte notre vœu. »

Comptant sur vous pour inscrire ce vœu à l’ordre du jour de notre conseil d’arrondissement.

Cordialement

 

Christian Pellicani

Conseiller du 1er secteur

Conseiller Métropolitain

 

Copie : de ma lettre au maire de Marseille

Dans l’attente,

La gratuité des transports : le 1er secteur de Marseille se mobilise

Comment passer réduire la dépendance aux carburants fossiles  : en mettant en place plus de moyens en transports collectifs et en réduisant le prix des abonnements et billets à l’unité : « la Gratuité des transports publics c’est possible! »

Une trentaine de villes en France

Si une telle mesure était prise, ce ne serait pas une première en France. Nous avons comptabilisé près d’une trentaine de communes qui ont passé le cap du tout gratuit. Une grande majorité de ces municipalités ont moins de 20.000 habitants et leur réseau ne se compose que de bus: elles sont loin des coûts supportés par les grandes villes.

 À ce jour, Niort est la plus grande ville française à proposer des transports en commun gratuits, avec 58.600 habitants. Dès septembre 2018, Dunkerque et ses près de 90.000 habitants va lui emboîter le pas et passer devant.

Des stratégies diverses

En France et dans le monde, la gratuité des transports publics prend des formes diverses. En ciblant un public défavorisé, certaines villes comme Paris ou Toulouse voit la gratuité comme un outil d’équité sociale. Sur ce point, la « ville rose » va même plus loin, en incluant les jeunes de moins de 26 ans et les demandeurs d’emploi.

Tallinn, capitale de l’Estonie, va même déjà plus loin: tous ses résidents prennent le réseau de bus et de tram gratuitement. C’est ce modèle qu’aimerait appliquer Anne Hidalgo, qui a lancé une étude à ce titre, dans la perspective des municipales de 2020.

À Chengdu, en Chine, les transports collectifs sont gratuits de 5 à 7 heures du matin. L’objectif est de désengorger les lignes durant les heures d’affluence, en incitant les usagers à se rendre plus tôt au travail. À Calgary, au Canada, le réseau de tram est gratuit dans le centre-ville. La mairie cherche ainsi à réduire le trafic automobile et la pollution au cœur de la métropole de l’Ontario. Et ça marche, si l’en on croit l’exemple estonien de Tallin, qui tire un bilan plutôt positif du passage au tout gratuit: elle a réussi à faire baisser les embouteillages de 15% en un an, après l’application de la mesure en 2012.

Évacuation des logements et commerces sur Marseille : Des décisions d’urgences formulées par les élus communistes

Monsieur le Maire,

Suite au drame de la rue d’Aubagne, nous devons faire face, aujourd’hui, à des dégâts collatéraux qui touchent tous les citoyens de notre territoire (habitants, commerçants, propriétaires occupants ou non, locataires, associations, etc.) évacués sur la base d’un principe de précaution mais qui, aujourd’hui, s’apparente à une évacuation définitive du quartier de Noailles en particulier.

Je vous demande instamment – avec mes camarades Jean-Marc Coppola et Valérie Diamanti, élus au Conseil Municipal, et Marc Poggiale, élu au Conseil de la Métropole – de prononcer l’exonération de la taxe des enseignes, reçue le 6 novembre 2018, par les commerçants et les artisans, pour 2018, mais aussi d’engager l’exonération des taxes d’habitations et foncières 2019 pour l’ensemble des habitants et commerçants du quartier de Noailles, et  pour tous les Marseillais évacués de leurs commerces ou logements sur l’ensemble de la ville  qui se trouvent aujourd’hui démunis pour un temps indéterminé.

Nous vous demandons de soutenir par une subvention exceptionnelle et forfaitaire l’ensemble des associations évacués de leur siège social sur le territoire de la ville et d’engager un FISAC spécifique pour les acteurs économiques.

Nous demandons la même attention pour les commerçants et artisans du cours Lieutaud qui se trouvent en grande difficulté.

En espérant que vous inscrirez au Conseil Municipal de décembre 2018 ces mesures dans l’ordre du jour du conseil. Nous avons également demandé un Conseil Municipal extraordinaire sur le logement et l’habitat à Marseille. Dans cette logique, nous soutenons l’idée de réquisition des logements vacants pour y reloger les personnes en difficultés qu’elles soient locataires ou propriétaires occupants. Les pieds d’immeubles appartenant à la collectivité devraient pouvoir accueillir les commerçants ou associations en rupture d’activités car victimes d’une situation qui n’est pas de leur fait.

Nous demandons la transmission des expertises avec une publication des conclusions et un calendrier de réintégrations des habitants dans leurs logements ou commerces avec des préconisations si elles s’avèrent nécessaires. Les habitants souhaitent revenir dans leur quartier !

 

Christian Pellicani

Conseiller du 1er Secteur

Conseiller Métropolitain

38e congrès, Fabien Roussel élu secrétaire national du Parti Communiste Français : un texte profondément remanié, un nouveau logo et une nouvelle direction

Publié le 24/11/2018 par PCF

Pour le pouvoir d’achat, augmentons les salaires et les retraites !

Motion présentée par Fabien Roussel et Pierre Laurent

De tout le pays monte la colère populaire contre l’injustice sociale et fiscale.

Qu’ils portent des gilets jaunes, des blouses blanches ou des robes noires, des millions de femmes et d’hommes n’acceptent plus le sort qui leur est fait. Ils le disent haut et fort : « Trop, c’est trop ! On ne peut continuer à vivre avec des salaires de misère, des pensions sans cesse rognées, des allocations sacrifiées sur l’autel de l’austérité. »

Nous sommes des leurs ! Read more >>