Articles par " Christian Pellicani"
21 Fév
2019

21 Février 2019, Hommage à Missak Manouchian : mort fusillé à trente-sept ans au fort du Mont-Valérien le 21 février 1944

 Missak, dit Micheln 1, Manouchiann 2, né le  à Hısn-ı Mansur dans l’Empire ottoman, mort fusillé à trente-sept ans au fort du Mont-Valérien le , est un poète2 arménien et immigrérésistant.

Rescapé du génocide arménien et formé au métier de menuisier, il se réfugie en 1925 en France, pays de « préférence »3 qu’adoptera sa veuve. Ouvrier tourneur autodidacte, il s’engage à la suite de la crise du 6 février 1934 dans le militantisme antifasciste qu’anime le mouvement communiste, et devient en juillet 1935 un cadre du Komintern en prenant la direction de la revue du HOCComité de secours pour l’Arménie, puis de l’Union populaire franco-arménienne, relais successifs du syndicat de la Main-d’œuvre immigrée auprès des ouvriers arméniens.

Il entre dans la Résistance en 1941  et est versé en février 1943 dans les FTP-MOI de la région parisienne. Alors que les arrestations se multiplient, il est choisi en août 1943 pour en être le commissaire militaire et est arrêté trois mois plus tard.  Il meurt « en soldat régulier de l’Armée française de la Libération »5avec vingt-deux de ses camarades de l’Affiche rouge« étrangers et nos frères pourtant »3.

« La vie n’est pas dans le temps, mais dans l’usage. »

— M. Manouchian.

Mobilisation citoyenne à l’Agora Guy Hermier (7e) pour participer à l’enquête publique sur le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI)

Après la nouvelle séance de travail au siège des élus Communistes de Marseille, ce mercredi matin, Cours Jean Ballard, nous avons présenté à la presse nos réflexions sur le document du PLUI soumis à l’enquête publique : conf presse 20 02 2019 PLUI  

On a fini la journée à l’Agora Guy Hermier, rue Chateaubriand, autour des planches du 7e arrondissement.

La discussion déborde sur l’absence de lieux culturelles et d’équipements publics au niveau du 1er Secteur.

Il est proposé d’engager un travail sur la réouverture du musée de « la Marine » dans les locaux du Palais de la Bourse sur la Canebière.

Nous proposons de signer la pétition en ligne mais également d’engager une campagne pour sauver le musée de la marine et de l’inscrire dans le projet de musée multipolaire de la mer que nous portons depuis deux ans à partir des différents sites  de l’Estaque à la Pointe Rouge en (ref « livre Rêver Marseille, pour un autre développement » de Christian Pellicani aux éditions  Gaussen)

 Nous soutenons la pétition.

 

Forte mobilisation pour dénoncer l’antisémitisme

Il est important que la lutte contre l’antisémitisme suscite une large mobilisation, considère le secrétaire national du Parti communiste français, Fabien Roussel.

L’EAU : Bien commun, un cycle à préserver ! Au cœur du prochain Forum Mondial de l’Eau

La formation de l'eau

La formation de l’eau

Pour un Forum alternatif mondial de l’eau à Dakar en 2021

Création d’un espace permanent  « Eau bien Commun».

Le Conseil mondial de l’eau à annoncé la tenue d’un Forum mondial de l’eau à Dakar en 2021.

Le soleil fait fondre lentement la neige

Le soleil fait fondre lentement la neige

Afin de préparer la réaction à cette manifestation sur le continent Africain les acteurs du FAME* : EBC PACA et le MNLE réseau Homme&Nature propose la création à Marseille ville du FAME 2012 et de la GREMME* en 2015 d’un espace permanent « Eau bien Commun».

La vitrine des marchands d’eau : le CME

Le CME est une association loi de 1901. Il prétend regrouper sur le plan mondial tous les acteurs de l’eau, des institutions internationales, des États, des multinationales aux associations d’usagers, de façon « équilibrée ».

C’est en fait une machine de guerre à ambition totalitaire contre le développement de la gestion politique, publique, et résiliente de l’eau par l’institution de « communs » et la planification démocratique. Le CME prône des concessions diverses, y compris sous forme de délégations de service public, aux transnationales

L'eau s'écoule lentement vers le ruisseau, qui rejoint la rivière

L’eau s’écoule lentement vers le ruisseau, qui rejoint la rivière

comme Véolia et Suez. Ces formes d’appropriation privée et de marchandisation seraient, dans sa doctrine, le seul moyen efficace pour résoudre la crise mondiale de l’accès à l’eau, sans cesse aggravée par la croissance démographique et par le réchauffement climatique[i]. Les solutions de marché, mises en œuvre depuis plus de trente ans selon ces principes, n’ont pas fait progresser le droit humain effectif à l’accès à l’eau, y compris dans les pays du « Nord ». Malgré tout, les négociations climatiques, de la COP 20 de Lima à la COP 23 de Bonn, ont promu les investissements privés dans le domaine du grand et du petit cycle de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène, en lieu et place de la gestion et des financements publics, réduits à de maigres fonds dont on espère un effet de levier au bénéfice du secteur privé.

La source alimente nos fontaines

La source alimente nos fontaines

Comme l’ont rappelé un certain nombre de nos amis, les stratégies d’entrisme dans le CME sont vouées à l’échec et contreproductives pour notre camp. Ses partisans ont pu constater depuis l’inanité, un peu obstinée, de leur démarche.

Le forum alternatif mondial de l’eau, tenu à Marseille en 2012 avec succès, a bien défini démocratiquement, sur la base des diagnostics, des revendications et des réalisations des mouvements sociaux, la nécessité de défendre et de promouvoir un forum thématique indépendant des États néolibéraux et des multinationales.

Mais ses participants n’ont pas réussi à se libérer du rythme trisannuel imposé par le CME et de ce face-à-face souvent inégal.

Le Forum Alternatif Mondial de L’Eau

Pour ces raisons, du point de vue global, il nous semble nécessaire de se réunir et d’organiser un FAME massif à Dakar en mars 2021. Read more >>

Déambulation Hivernal avec un temps printanier : Découverte de Roubion

Roubion, Alpes-Maritimes (France) – Juillet 1990.

Roubion est une commune française située dans le département des Alpes-Maritimes en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Ses habitants sont appelés les Roubionnais.

Le village apparaît dans les textes sous plusieurs noms : Robio, en 1067, Rubion, et Robionum, en 1293, Robjono, en 1333, Robion, en 1795. Le village est appelé Roubion en 1860. Ce nom vient de la racine «rup» qui désigne une falaise.
La seigneurie de Roubion appartient à la famille de Beuil jusqu’à sa chute, en 1621. La seigneurie passe alors aux Badat puis aux Caissotti. La seigneurie est érigée en comté en 1684 au profit des Caissotti de Roubion.
Le village subit des dégâts et est incendié pendant les guerres de la ligue d’Augsbourg et de la succession d’Espagne qui virent le village traversé par les troupes françaises et savoyardes.

Lieux et monuments
Le site archéologique de la Tournerie.
Vestiges du château féodal sur la barre de Castel. Le château existait déjà au XIIe siècle.
Tours et pigeonnier.
Station de ski familiale du hameau d’altitude de Vignols.
Remparts et portes du XIIe et XIVe siècles.
Fontaine du Mouton du XVIIIe siècle, sur la place du village.
Les portes peintes de Roubion

Cinéma : La commune de Roubion et plus particulièrement son épicerie (imaginaire, elle) sert de cadre au début du film Minuscule 2, les mandibules du bout du monde, puisque que c’est de cet endroit que partent vers les quatre coins du monde des cartons de purée de châtaignes, dont celui allant en Guadeloupe et dans lequel une petite coccinelle est enfermée.

 

1e étape du Tour de france de la Transition énergétique : Rencontre avec Emile Tornatore, ancien maire du Broc (06)

Le MNLE Réseau Homme&Nature commence son Tour de France  vendredi  15 février 2019 par une rencontre autour de l’Olivier entre Emile Tornatore, ancien Maire du Broc, et Albert Roumieu, auteur de « l’Olivier Passionnément ». La réunion  débouche sur la présentation d’une réalisation de développement durable et de production d’énergie alternative au Fioul et Gaz.

Cette commune des Alpes-Maritimes chauffe des bâtiments publics aux noyaux d’olive… et en vend aux particuliers.

En 2005, en installant une chaudière à bois pour chauffer moulin, pôle culturel et crèche, la commune avait déjà innové dans les énergies vertes.
Elle a franchi un nouveau pas cette année : dans la chaudière, on ne brûle plus des pellets, granulés de bois recyclé achetés jusque-là, mais les noyaux des olives pressées au moulin. Une énergie verte, ressource gratuite, sans même le coût carbone du transport: le moulin est à proximité immédiate de la chaudière.

Techniquement, c’est l’installation d’un séparateur à grignons (1) qui permet de les récupérer après l’extraction de l’huile : seule la pulpe part désormais en compostage au Centre de valorisation organique

.