(6) Déambulations Automnales : Les Pouilles / Matera et ses maisons troglodytes

Matera est une ville italienne d’environ 60 500 habitants, chef-lieu de la province de même nom, située en Basilicate.
Considérée comme l’une des plus vieilles cités habitées au monde, Matera est célèbre pour ses habitats troglodytiques (les Sassi di Matera, littéralement pierres de Matera), classés sur la liste du Patrimoine mondial de l’humanité établie par l’Unesco.
La ville est désignée pour être la capitale européenne de la culture pour l’Italie en 2019.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La Gravina a creusé le calcaire du plateau des Murge, où s’étale Matera. De nombreuses grottes naturelles ont ainsi été creusées et ont servi de refuge aux hommes depuis le paléolithique ; ce serait l’un des plus anciens sites préhistoriques. Grecs et Romains ont à leur tour occupé les lieux, à la croisée des routes commerciales (Matera était l’une des étapes de la Via Appia).
Le calcaire ne permettant pas de retenir les eaux pluviales dans une nappe phréatique, l’eau de pluie est recueillie dans des citernes. Au cours de l’histoire de nombreuses grottes ont abrité des églises rupestres. Aux VIIe et VIIIe siècles, les grottes devinrent le refuge de moines byzantins, qui transformèrent leurs murs en chapelles. On peut ainsi y admirer des fresques à forte influence byzantine.
Pendant la domination normande, la ville connaît une période de prospérité, on y construit le château et les remparts. La population s’accroit, elle est contrainte d’occuper les grottes situées en dehors de la protection des remparts. Elle occupe alors deux amphithéâtre naturels, le Sasso Caveoso et le Sasso Barisano. Jusqu’au XVIe siècle, la vie s’organise avec et autour du relief.
Pendant la période d’occupation catalane / espagnole[réf. nécessaire], la ville ne possède plus le même rayonnement. Les priorités artistiques de l’époque dénigrent les Sassi, qui deviennent méprisés et abritent une population de plus en plus démunie et qui occupe les lieux par défaut4.
La pièce principale sur le devant était occupée par la famille et les animaux domestiques étaient rentrés le soir dans la pièce du fond. La natalité était élevée dans ces quartiers : jusqu’à six enfants vivants, et tout le monde s’entassait dans une seule pièce qui servait de salle à manger, de chambre à coucher et d’atelier ; le bébé dormait souvent dans le dernier tiroir de la commode. Même au XXe siècle, ni l’eau courante, ni l’évacuation des eaux usées n’avaient été installées.
C’est seulement en 1953 que le dernier habitant est parti, à la suite d’une décision politique, en raison des conditions d’insalubrité de ces quartiers. C’est la loi De Gasperi, qui, en 1952, imposa l’évacuation des sassi et le relogement de leur population. À cette époque, 15 000 personnes vivaient là dans des conditions sanitaires très rudimentaires.

La Gravina a creusé dans le calcaire le site sur lequel des habitants troglodytiques se sont installés depuis le paléolithique jusqu’au milieu du XXe siècle.
Depuis, un énorme projet d’aménagement s’est mis en place, confié aux meilleurs urbanistes du pays, pour créer de nouveaux quartiers, tout en essayant de préserver la sociabilité particulière des sassi. Dans les parties récentes, les façades des maisons sont construites et certains toits servent de rues aux étages supérie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.